L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Heidegger, à plus forte raison
de Collectif
Fayard 2007 /  28 €- 183.4  ffr. / 533 pages
ISBN : 2-213-63223-5
FORMAT : 15,0cm x 23,5cm

L'auteur du compte rendu : agrg dhistoire, Nicolas Plagne est un ancien lve de lEcole Normale Suprieure. Il a fait des tudes dhistoire et de philosophie. Aprs avoir t assistant lInstitut national des langues et civilisations orientales, il enseigne dans un lyce de la rgion rouennaise et finit de rdiger une thse consacre lhistoire des polmiques autour des origines de lEtat russe.

Tu t'étonnes et tu n'es pas le seul que ma ''dénazification'' n'ait toujours pas été réglée (Heidegger, 1946)

Au printemps 2005 paraissait chez Albin Michel Heidegger. Lintroduction du nazisme dans la philosophie dE.Faye (Livre de Poche, 2007) ; grand renfort de battage mdiatique, ce pav, fruit de 5 ans de travail, fut prsent lopinion comme le grand livre de philosophie de lanne, un joyau de la production intellectuelle franaise, la salutaire et urgente dmystification dune idole profondment nocive de lenseignement de terminale et des tudes universitaires. Enfin, aprs cinquante ans et plus de ruses lches et perverses du coupable et de complicits ngationnistes (au moins rvisionnistes) franaises, lincurable nazi Heidegger tait dmasqu et lessence nihiliste, belliciste, antismite - hitlrienne ! - de son ontologie tale au grand jour! La violence de la charge navait dgale que celle de lopration dintimidation : campagne mdiatique avec ptition pour le droit, prtendument menac, dtudier Heidegger librement (!), o tout le ban et larrire-ban des bonnes consciences et surtout des incomptences en la matire apposa sa signature; dbat dloyal lAssociation des Professeurs de Philosophie de lEnseignement Public avec claque pour E. Faye : un vnement qui discrdite cette association, autant que la publication dshonore Albin Michel. Opration de toute vidence destine faire taire les admirateurs de Heidegger, traits comme des sectaires fanatiques philo-nazis (radicaux) et dcourager des universitaires, honntes lecteurs du philosophe, dexprimer leurs dsaccords avec les mthodes et les conclusions dE. Faye.

Devant ces procds de terreur intellectuelle, on a vu plus dun professeur de philosophie confier en priv son tonnement et son mpris, mais ctait comme un orage laisser passer Alibi de la lchet devant une vidente diffamation? E. Faye et ses amis demandaient tout de mme le classement de Heidegger dans le rayon idologie nazie et son interdiction dans lenseignement ! Dautres se rfugiaient dans une prudente neutralit, acceptant de facto le diktat des campagnes mdiatiques en matire intellectuelle! Ctait bien pratique de laisser E. Faye et Cie la corve de nous dbarrasser une fois pour toutes dun auteur que bien des universitaires navaient jamais aim, ni souvent beaucoup tudi. Il y eut bien quelques ples de rsistance: A. Finkielkraut avec peine sur France Culture ; Lapenselibre.org, tous les auteurs de Parolesdesjours, Parutions.com sous notre plume, dautres isols. Les bras en tombent de lire dans Libration (8.2.07) que le mauvais livre dE. Faye ne valait mme pas la peine dune rfutation, car lpoque ce mme journal jugeait (sous la plume dun journaliste aujourdhui indisponible) quil valait au moins un grand dbat ! Pour ne rien dire des pages du Monde et de son philosophe Roger Pol-Droit : relire absolument!

Cest dans ce climat dtestable que Gallimard, redoutant visiblement un procs scandaleux lissue incertaine sur des matires philosophiques dont les juges ne sont pas coutumiers, dans un contexte de judiciarisation croissante de la vie intellectuelle, renona publier le manuscrit de spcialistes de Heidegger gravement insults. Il parat toujours Lib, 8.2.07 - que Gallimard (qui dite la traduction complte de Heidegger) aurait ainsi dsavou Heidegger plus forte raison du fait de la prtendue confusion du texte et de la mesquinerie suppose des critiques adresses E. Faye ! En fait, de confusion et de mesquinerie, point. Seulement des analyses rigoureuses, qui prennent le problme par tous les bouts et ne laissent pas pierre sur pierre des rvlations dE. Faye. Et comment rfuter une imposture intellectuelle sans mettre en cause lignorance arrogante et/ou la malhonntet de son auteur? Il faudrait encore mnager celui qui vous a dfis publiquement et calomnis ? En fait, les anciens supporters dE. Faye tremblent depuis un an lide de voir cet ouvrage paratre et tout est bon pour jeter davance sur lui le discrdit. Le plus fort est quau moment o limposture dE. Faye sort en livre de poche, cest encore aux auteurs de Heidegger plus forte raison quon reproche quoi ? De publier leur rponse chez un grand diteur (vraiment attach la libert dexpression) et de se dfendre! Et la critique doit-on sen tonner ? - vient dun journal qui contribua au lancement dE. Faye mais semble vouloir discrtement effacer les traces. Double Bind : Franois Fdier et ses collgues auront toujours tort, car ils ont eu celui davoir raison trop tt et leur intgrit est une insulte aux opportunistes et aux intellectuels dvoys. Une loi de ltre, dirait Heidegger.

De la lecture des essais qui composent le volume, on sort convaincu que le pseudo-cartsien E. Faye na les ides ni claires ni distinctes ni innes. Si les philosophes srieux nont certes pas besoin de 530 pages de rfutation pour le comprendre, lopinion et les autorits rpublicaines (qui ont droit des explications sur ce que lEcole et lUniversit donnent lire aux jeunes) doivent avoir le moyen dtudier le dossier et de trancher en connaissance de cause. Que les avocats dHeidegger prennent le lecteur de bonne volont au srieux et mettent les choses au point une fois pour toutes, peut-on le leur reprocher ? Cest dabord ce public que sadressent nos auteurs, ainsi quaux tudiants encore peu informs et qui pourraient tre abuss. F. Fdier dans Faux procs introduit avec une clart remarquable (et un humour dvastateur) les novices dans le sujet. Ils liront aussi avec intrt et profit Marcel Conche et Franoise Dastur en particulier. Mais le recueil nest pas seulement consacr E. Faye, il dmonte les procds de la diabolisation en gnral : E. Faye est certes sur ce point un excellent client. Il y a entre ces essais quelques rptitions invitables, peut-tre quelques longueurs ou points de terminologie qui ne sont pas absolument utiles, mais ils sont tous de bonne tenue et pointent des aspects complmentaires de la diffamation avec ses mcanismes gnraux et ses enjeux particuliers. On recommande notamment lanalyse compare Heidegger/Ernst Jnger par Ph. Arjakovsky.

Comme Heidegger le dit en 1946 des difficults de sa dnazification, cest au fond sa pense qui est en cause, pour le techno-capitalisme libral anglo-saxon ou son avatar communiste sovitique (la pense russe, cest autre chose). Et bien des gards, il serait inquitant quil en ft autrement. Nos auteurs le montrent bien, notamment F. Fdier: Heidegger a mis le doigt sur le point sensible, lhumanisme de la Renaissance (dont se rclame navement E. Faye) comme fausse rptition de lantiquit et relle amorce de la subjectivation universelle de ltre, du Cogito la Volont de puissance et au rgne plantaire (actuel) de la technique. Or lge du capitalisme, le sujet efficace qui donne sens et mesure tout (avec ses fameuses valeurs et dabord celles du profit), cest lindividu calculateur cupide, le bourgeois et le technocrate, porteurs du nihilisme rificateur et saccageur, dont le socialisme rel aura t le symtrique inverse. On comprend la haine de certaines lites cette mise en perspective sinistre de leur idologie!

Les auteurs auraient pu aller plus loin sans doute dans la gnalogie du scandale et la contextualisation. 1) Pardonnera-t-on jamais dans certains milieux l'un des plus grands penseurs du XXe sicle davoir t un Allemand qui de surcrot osa un moment (bref, mais peu importe) essayer Hitler et un national-socialisme encore mal dfini pour sortir du bourbier de Weimar et construire un autre Etat? 2) Les reproches priodiquement adresss Heidegger sur son prtendu silence quant sa responsabilit, parat-il, dans le processus dextermination des Juifs, mutisme dorgueil ou de perversit antismite bien sr, qui aurait pouss le pote Celan au suicide, relvent de la dsinformation (comme la montr H. France-Lanord) et font payer Heidegger son refus de renier lessentiel de sa pense et de faire repentance de son prtendu nihilisme nazi. Car si ds 1934 Heidegger est le critique le plus radical de lessence du nazisme, cest sans illusion sur les dangers de ce qui succde au nazisme ; lancien nazi semble donc, prtention insupportable, donner des leons ses librateurs et snobe de mdiocres rivaux qui surfent sur une philosophie infantile des droits de lhomme. 3) Quant au dlire croissant concernant lantismitisme suppos de Heidegger, il relve dune surenchre dans linstrumentation tactique rpugnante de lmotion autour de la Solution finale : dispense de penser, forme perverse de censure, la dnonciation sans preuves des antismites se banalise. Ironie cruelle : au moment o E. Faye est rdit en poche et quen parat cette rfutation magistrale, lanti-heideggerien Pierre Bourdieu, une des rfrences rationalistes exemplaires dE. Faye, est accus post-mortem dantismitisme au grand scandale de ses amis qui crient la diffamation, mais qui ont, sans plus de base, particip au lynchage dHeidegger! Juste retour des choses : on aurait envie de leur opposer leur ptition sur le droit une libre recherche sans tabou Car il parat quon a le droit de traiter ses adversaires, morts ou vivants, dantismites, ne serait-ce que pour la provocation !

Or si J-C Milner peut voir dans Les Hritiers un livre populiste no-barrsien hostile la mritocratie rpublicaine et (donc ?) une haine, dissimule voire inconsciente, des Juifs, on ne voit pas ce qui empcherait nimporte quel Rastignac du journalisme ou de luniversit dappliquer cette mthode du scoop par associations libres nimporte quelle gloire dhier pour faire parler de soi. Sur ce plan, Heidegger fournit depuis 1945 un prtexte de choix : hommage du vice la vertu !

Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 21/02/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)