L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Les Dernières heures de Guernica
de Gordon Thomas et Max Morgan-Witts
Nouveau monde 2007 /  22 €- 144.1  ffr. / 344 pages
ISBN : 2-84736-225-8
FORMAT : 14,0cm x 22,5cm

L'auteur du compte rendu : Juriste, essayiste, docteur en sociologie, Frdric Delorca a dirig, aux Editions Le Temps des Cerises, Atlas alternatif : le monde l'heure de la globalisation impriale (2006).

Guernica comme si vous y étiez

Il y a 70 ans, le 26 avril 1937, Guernica, le petit village symbole de lidentit basque puisque sous son arbre sacr les rois dEspagne venaient jurer de respecter les lois coutumires fueros des communauts locales , est entr dans lhistoire du monde comme le champ dexprimentation dune stratgie militaire nazie particulirement barbare, qui allait se gnraliser ensuite en Europe de lEst (avant que les Allis nen fassent galement usage). Les Dernires heures de Guernica sinscrit dans une tradition denqutes historiques anglo-saxonnes prsentes dans un style romanesque autour de la guerre dEspagne, la manire dAdieu lamiti de Stephen Koch, paru il y a deux ans, sur le rle dHemingway et Dos Pasos dans la guerre dEspagne.

Ici, les deux journalistes dcrivent avec empathie quelques protagonistes significatifs du bombardement de Guernica, des officiers allemands et rpublicains espagnols en charge des oprations militaires, des personnages "ordinaires", reprsentatifs de la population du village : le maire, le cur, des nones, un boulanger, le patron dune usine clandestine darmement. Le rcit nous replonge dans latmosphre dun pays basque catholique et rural, travaill par le nationalisme depuis Sabino Arana, mais trs peu pntr par le marxisme-lninisme contrairement aux clichs de la propagande allemande sur lEspagne rpublicaine. En dtaillant leurs faits et gestes au cours des dernires heures qui prcdent larrive des bombardiers, les auteurs crent une intensit dramatique, la manire du clbre tableau, qui culmine avec le bombardement. Ils font ainsi toucher dautant plus prs lhorreur du massacre que rien nest invent : les moindres dtails de la tragdie ressortent des tmoignages et des documents darchive.

Le travail dcriture permet de soustraire lvnement la fadeur des clichs de lhistoire scolaire, et replace le lecteur devant non seulement la brutalit du nazisme, mais aussi celle dune poque inaugure outre-mer avec la colonisation, et en Europe avec la guerre de 14-18, pour laquelle la vie humaine ne compte plus gure, une poque qui nest du reste pas tout fait rvolue (selon les Nations-Unies, le nombre des pertes civiles dans les conflits actuels avoisine les 90 % contre 10 % il y a un sicle, et lessayiste Jean Bricmont en 2005 qualifiait les combats de Falloudjah en Irak de Guernica sans Picasso) Pour une gnration de lecteurs europens et nord-amricains qui ne connaissent en majorit de la guerre que les documentaires tlviss et cinmatographiques toujours dulcors, voire les uvres de fiction, la synthse des tmoignages qulaborent Thomas et Morgan-Witt peut aider la dcouverte de la faiblesse ontologique de lhumain face des dispositifs politiques dont ils na pas la matrise. Devant limage des citoyens de Guernica, dsigns par leurs noms, leur histoire, aux corps dmembrs par le souffle des bombes ou carboniss, celle de leur impuissance contre ces vagues destructrices dont on ne sait jamais quand elles prendront fin, de leur hbtude au cur dune apocalypse absurde ( laquelle succdera quarante ans et plus de lchet occidentale non moins absurde devant les crimes de la dictature franquiste), notre monde peut se comprendre lui-mme comme fils de cette tragdie, et prolongement de celle-ci. Pour paraphraser une boutade journalistique clbre, on aurait presque envie dcrire : Nous sommes tous des citoyens de Guernica.

Un regret cependant la lecture du livre : labsence totale, notamment dans la prface, de rfrence au dbat historique dans le cadre duquel il sest inscrit et qui se poursuit encore en Espagne. Il nest mme dit nulle part dans louvrage (on ne peut le savoir qu la lecture dune toute petite mention en page 2 sous le copyright), quil sagit en fait dune rdition de Le Jour o Guernica mourut, paru chez Belfond en 1977, dont la version originale avait t publie Londres deux ans plus tt. Ecrit alors que le maire franquiste de Guernica svertuait dissuader toute enqute sur le territoire de sa commune, ce livre pionnier devint un best-seller dans lEspagne de la transition dmocratique et de la movida, qui se rappropriait un pan mconnu de son histoire. Il eut sa place dans des controverses qui ont oppos ce moment-l et jusqu nos jours des historiens conservateurs (Carlos Rojas, Ricardo de la Cierva) une cole de gauche (Herbert Rutledge Southworth) sur des aspects aussi essentiels du drame que le nombre rel de victimes, le caractre collatral ou non des dommages, la responsabilit des autorits nationalistes espagnoles, la vise politique de ce bombardement lgard du nationalisme basque, le risque que le symbole de Guernica nocculte lhorreur de bombardements de plus grande ampleur survenus sur Madrid, Huesca, Oviedo, Barcelone, ou des rpressions nationalistes meurtrires Sville ou Saragosse.

Les travaux trs controverss dun des auteurs du livre, Gordon Thomas, dans les annes 2000, sur le Proche-Orient, en partie instrumentaliss par le gouvernement Aznar, ont aussi confirm a posteriori la ncessit de croiser les investigations de journalistes avec les recherches dhistoriens professionnels.

Frédéric Delorca
( Mis en ligne le 20/03/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)