L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

La Vie d'artiste au XIXe siècle
de Anne Martin-Fugier
Hachette - Pluriel 2008 /  10.50 €- 68.78  ffr.
ISBN : 978-2-01-279397-2
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Premire publication en fvrier 2007 (Audibert).

Lauteur du compte rendu : agrge dhistoire et docteur en histoire mdivale (thse sur La tradition manuscrite de la lettre du Prtre Jean, XIIe-XVIe sicle), Marie-Paule Caire-Jabinet est professeur de Premire Suprieure au lyce Lakanal de Sceaux. Elle a notamment publi LHistoire en France du Moyen Age nos jours. Introduction lhistoriographie (Flammarion, 2002).


Naissance du marché de l’art

Docteur en histoire, Anne Martin-Fugier sest spcialise dans lcriture dune histoire littraire du XIXe sicle. Aprs La Place des bonnes, La Vie lgante ou la formation du Tout Paris 1815-1848, Les Romantiques, Figures de lartiste 1820-1848, elle livrait l'an dernier La Vie dartiste au XIXe sicle, sorti aujourd'hui au format "poche". Son ouvrage a les qualits et les dfauts des prcdents : crit avec lgance, il est dune lecture agrable ; le lecteur avide danecdotes ne sera pas du : puisant aux mmoires des contemporains (le plus souvent dans des rditions) et aux diffrentes tudes qui ont t consacres aux artistes les plus clbres, Anne Martin-Fugier dresse un tableau color et bien document des difficults, dans la plupart des cas, de vivre de son art au XIXe sicle. Le bel autoportrait de Carolus-Duran choisi en couverture invite le lecteur aborder avec srieux le sujet. Des notes en bas de page indiquent les rfrences. Sil y a un index, en revanche, il ny a pas de bibliographie en fin de volume. Celle-ci se trouve tout entire dans les notes de bas de page, prcieuses indications des lectures dAnne Martin-Fugier.

Le plan se construit sur des questions : Vocation et formation, Au travail dans latelier et sur le motif, Exposer et vendre jusquen 1870, Exposer et vendre sous la IIIe Rpublique, Lartiste dans la socit, Amateurs et collectionneurs. Cependant, au-del de ces impressions positives, le lecteur exigeant ne peut qutre du. En effet, le monde des artistes et de leurs acheteurs, collectionneurs, galeristes au XIXe sicle, a fait lobjet de nombreuses tudes, et de livres et enqutes grand public depuis quelques annes. Pierre Assouline excelle dans ce genre, et ses ouvrages sur le marchand dart Durand-Ruel, ou encore le grand collectionneur Camondo rpondent pleinement aux attentes quil se propose de remplir.

Cependant ici, pour un livre qui se veut dhistoire sociale (Mon propos est de faire une histoire sociale du monde de lart au XIXe sicle, avec ses diffrents acteurs, les artistes vivants et leurs interlocuteurs, marchands, collectionneurs, critiques () La vie dartiste comporte deux volets : la ralit concrte et sa reprsentation), lhistoire sociale est singulirement absente ! En fait, Anne Martin-Fugier raconte dune plume alerte la vie quotidienne des Courbet, Czanne, Manet, etc. Nous la suivons dans les ateliers, relisons avec elle les nombreuses biographies des peintres et artistes de la priode, les mmoires du modle Dubosc, lun des personnages du Radeau de la Mduse de Gricault. Tout le petit monde des ateliers, et entre autres les modles masculins, mais aussi fminins, ceux dont Zola disait : On les dessine toute la journe et on les cline la nuit encore que le terme soit un peu faible. Lvolution du sicle est retrace grandes brides : des ateliers privs la naissance des ateliers publics, la rforme de lenseignement des beaux arts, lorganisation progressive dun march de lart, le rle fondamental des galeries, animes par des marchands intelligents et amateurs eux-mmes, qui dfendent leurs coles et leurs peintres prfrs.

Anne Martin-Fugier dcrit aussi le relais indispensable des collectionneurs franais ou trangers ; quelques figures de collectionneurs sont prsentes : le duc dOrlans et la princesse Mathilde ; Henri Rouart, Etienne Moreau-Nelaton, Victor Choquet et le comte Doria, Caillebotte ; de nouveaux venus : les Amricains avec Louisine Havemeyer et le docteur Barnes, les Russes Serguei Chtchoukine et Ivan Morosov ; liste non exhaustive Ainsi se forme un got du contemporain qui simpose progressivement lEtat et au public. Ces collectionneurs et amateurs clairs peuvent prtendre exercer une influence auprs des peintres quils soutiennent et qui ils commandent des uvres, portraits, dcorations de leurs intrieurs, etc. La construction dun march de lart, national mais aussi international, modifie la position sociale de lartiste lorsque celui-ci est cot ; la spculation organise au XIXe sicle devient une donne neuve (mme si en tant que telle, la spculation sur les oeuvres dart apparat dans la seconde moiti du XVIIIe sicle), et les ventes aux enchres en sont des signes, amplement relays par la presse.

Les prix atteints en vente remplacent dsormais le prestige quoffraient au dbut du sicle les rcompenses officielles (prix de Rome, entre lAcadmie, exposition dans les salons officiels, commandes de lEtat). Les artistes sortent dun milieu troit pour rencontrer le grand public, au risque de se galvauder Crainte quexprime bien lanecdote rapporte par le grand marchand Vollard qui cite Edgar Degas refusant un photographe lautorisation de reproduire une lithographie de Delacroix dont il possdait le seul exemplaire : Vous verrez, Vollard, quon en arrivera faire sortir les Raphal et les Rembrandt des muses pour les promener dans les casernes, dans les foires, dans les prisons, sous prtexte que tout le monde a droit la beaut. Propos prmonitoires en somme, mais galement vaste dbat ouvert sur la dmocratisation du got Quoiquil en soit, dsormais, la valeur dune uvre et le talent dun artiste sexpriment aussi en argent comptant. Artistes et bourgeois se rencontrent dans la ralit, malgr le clich de lartiste marginal et pauvre, communment accept dans une lecture romantique.

Rcit plaisant qui fourmille danecdotes, de petites histoires, le livre dAnne Martin-Fugier doit satisfaire un grand public cultiv et amateur dart, mais il laisse le lecteur historien quelque peu sur sa faim. Celui-ci aurait aim voir lauteur sappuyer sur des sources, affronter mieux la ralit conomique, dfinir de faon plus prcise les rseaux de sociabilit dans lesquels sinsrent ces artistes. On aimerait surtout quAnne Martin-Fugier exerce davantage son esprit critique sur ses lectures, au lieu de les placer sur le mme plan, que celles-ci soient anecdotiques ou de seconde main, ou au contraire fiables.

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 18/06/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)