L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Carnet d'URSS. 1934
de André Malraux
Gallimard - NRF 2007 /  16 €- 104.8  ffr. / 110 pages
ISBN : 978-2-07-078463-9
FORMAT : 16,5cm x 21,5cm

Prface de Jean-Yves Tadi, et annotations de Franois de Saint-Cheron.

L'auteur du compte rendu : Juriste, essayiste, docteur en sociologie, Frdric Delorca a dirig, aux Editions Le Temps des Cerises, Atlas alternatif : le monde l'heure de la globalisation impriale (2006).


Malraux au pays des Soviets…

Du grand auteur, on publie tout, mme les factures de blanchisseries. Gallimard fait donc paratre cette anne le carnet de voyages de Malraux, plutt devrait-on dire les notes parses quil a recueillies au fil de son voyage en URSS, en 1934, tissu daphorismes, dinitiales mystrieuses, et de phrases souvent inacheves. Entre les annotations voues demeurer nigmatiques, de beaux fragments narratifs mergent cependant.

Malraux cette poque vient davoir le prix Goncourt pour La Condition humaine. Il est convi au Premier Congrs des crivains de lURSS, une messe solennelle cense convertir lintelligentsia du pays au ralisme socialiste. A Moscou et en Sibrie, il relve des anecdotes vocatrices, en prvision dun roman qui ne viendra jamais. Tous les petits riens de son voyage disent larchasme, la fragilit, la pauvret dune Russie qui se remet peine de lobscurantisme tsariste, et de guerres dvastatrices. Quand ils peignaient les icnes, note-t-il propos des artistes officiels, ils taient spcialiss, comme chez Ford : lun peignait toutes les ttes, lautre tous les habits, lautre tous les fonds Aujourdhui ils peignent le tableau tout entier, et ils aiment beaucoup mieux cela.

Malraux, confront la vie quotidienne des Sovitiques, comprend que cest travers ces petits dtails-l que sapprcie lapport du communisme cette terre, et non au travers de grandes envoles abstraites. La notion que nous avons du communisme russe, crit-il, est souvent absurde parce que nous la prenons travers des ides. Au contraire, travers lanecdote transparat le ventre de la rvolution bolchvique, ce foisonnement de volonts qui ne peut que fasciner la sensibilit nietzschenne de lauteur (Depuis Lnine, observe-t-il, lhistoire du P.C. est celle dune srie de volonts). Mais ici, comme dans toute aventure humaine, le grandiose, le sinistre et le drisoire sentremlent quand une province smeut de la nouvelle directive de Moscou : Les relations sexuelles entre hommes et femmes sont interdites, puis dcouvre quen fait le tlgramme avait t modifi par une gamine postire de 16 ans qui pensait que les camarades du Parti staient tromps en crivant initialement : Les relations sexuelles entre hommes sont interdites. Toute la ralit russe des annes 30 est l : lambition des leaders de rglementer tout jusquaux pulsions des travailleurs, lhomophobie ambiante, lignorance profonde des petites paysannes, le rflexe anarchiste des Russes qui fait que la moindre postire se croit autorise modifier le texte dun tlgramme venu den haut (Alain Blum et Martine Mespoulet dans un ouvrage rcent parlent danarchie bureaucratique propos de lpoque stalinienne).

Au milieu de ces remarques sociologiques, Malraux voque ses conversations littraires avec Ehrenbourg, Pasternak et dautres. Louvrage sachve sur le message dAndr Gide quil a d lire au Congrs des Ecrivains, et qui plaide comme Oscar Wilde quelques annes plus tt pour un collectivisme dans lequel lindividualisme trouverait sa pleine libert, une sorte de communisme dans lequel les contraires pourraient se rconcilier. Au terme de ce bref carnet, le lecteur aura trouv, dfaut dun panorama complet de lURSS des annes 1930, quelques clairages pertinents dun crivain toujours attentif aux ressorts psychologiques et existentiels les plus profonds de la vie humaine, des instantans de la ralit russe qui redonnent vie une histoire trop souvent fige dans le strotype.

Frédéric Delorca
( Mis en ligne le 20/07/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)