L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Les Juifs d’Europe depuis 1945 - Une diaspora en voie de disparition (Vanishing Diaspora)
de Bernard Wasserstein
Calmann-Lévy 2000 /  27.48 €- 179.99  ffr. / 356 pages
ISBN : 2-7021-3076-3

La Fin du peuple juif ?

Cest par un tableau dont les bilans sont alarmants que dbute louvrage de Bernard Wasserstein, historien anglais, prsident du Centre for Hebrew and Jewish studies. 10 millions en 1939, les Juifs dEurope ne seraient plus actuellement que 1,6 millions. Cest partir de ce constat, dclin en autant de rapports macabres pour chacun des pays europens, que lhistorien dveloppe ensuite sa thse : la communaut juive europenne, suivant plusieurs facteurs -dmographique, historique, sociologique et culturel- serait en voie de disparition.

Ouvrage des plus polmiques, paru en 1996 outre-Manche, Vanishing Diaspora, titre original que lon prfrera sa traduction franaise, arrive dans une France que lhistoriographie et lactualit intressent nouveau la Question juive.

En une dizaine de chapitres, Bernard Wasserstein propose un panorama historique et rgionalis de lhistoire dun peuple dans ses derniers dveloppements. Force est de constater en effet que la Shoah, sa mmoire et le traitement de cette mmoire monopolisent lessentiel de la production actuelle concernant le peuple juif. Cest par consquent avec grand intrt quil faut accueillir une tude inscrite dans ce champs historiographique pineux et souvent dlaiss qui est celui du temps prsent. Lentreprise est cependant trop vaste pour tre exhaustive. Bernard Wasserstein ne propose quun survol dune histoire plus ou moins connue. Son propos est fond sur des archives personnelles, essentiellement journalistiques -le recours aux sondages, typiquement anglo-saxon, pourra dailleurs paratre excessif.

La ligne de partage que propose lhistorien se confond avec le rideau de fer. De part et dautre, schmatiquement, la fin de la Diaspora suivrait deux chemins diffrents. A la saigne dmographique qui, bon gr mal gr, concernerait depuis la fin de la guerre les Juifs de Russie et dEurope de lEst, migrant vers Isral ou les Etats-Unis pour fuir les exactions commises contre eux intervalles rguliers, correspondrait en Europe occidentale la disparition identitaire dune communaut phagocyte par des modles culturels nationaux. Pour lauteur, "dans tous les pays dEurope centrale et orientale, les cimetires sont les seuls signes encore visibles de lintense vie juive qui y rgnait autrefois" (p.246.) alors que plus louest "cest la tolrance des socits ouvertes qui semble le principal danger pour leur survie collective" (p.289).

Lhistorien impute au dveloppement des mariages mixtes et au phnomne gnral du dclin des religions en Occident lvanouissement dune population particulire en perte de ses racines culturelles. La baisse des pratiques religieuses et la disparition des langues de la Diaspora que sont le Yiddish et le Ladino en tmoignent.

Il est incontestable que le choc et la saigne de la Shoah, ainsi que la cration en 1948 de lEtat dIsral, ont vid une partie de lEurope de ses populations juives. La thse de la disparition culturelle est plus contestable. Bernard Wasserstein semble prisonnier dune situation anglaise quil gnraliserait au reste de lEurope occidentale. Or, il semble quun revival identitaire et religieux juif concerne par exemple la communaut franaise depuis quelques annes. On peut ainsi douter que les Juifs dEurope soient sur le mme chemin que cette petite communaut juive de Chine, Kaifeng, disparue par acculturation au bout de huit sicles (!) et que lauteur prend en exemple pour tayer son argumentation.

Plus importante et intressante est la masse dinformations, parfaitement documente, quil propose au fil de son ouvrage. On apprciera les mises au point faites sur le sort des DP -Deplaced People- terme "euphmistique" dsignant, entre autres, les Juifs dEurope orientale dsorients par la guerre. En loccurrence, laffaire de lExodus en 1947 ne fut que la partie merge, parce que mdiatise, dune histoire gnralement mconnue : celle de milliers de Juifs apatrides et perdus dans une Europe dtruite, prisonniers dun no-man's-land juridique rappelant les conclusions dveloppes par Hannah Arendt dans son fameux essai sur limprialisme.

Le rle jou par dimportants groupes de pression amricains, linstar du plus puissant dentre eux, le Joint (American Jewish Joint Distribution Committee), dans la prise en charge de ces DP et leur migration vers la Palestine est parfaitement mis en avant par Bernard Wasserstein.

Une histoire de lantismitisme est esquisse. Le juif bourgeois subira le courroux du Grand Frre -pensons au procs des blouses blanches en 1953 par exemple et aux reprsailles entreprises au nom du jadnovisme contre les Juifs banquiers et intellectuels- autant que limage du juif rvolutionnaire, dans lEurope encore non sovitise de 1944 aura pu effrayer et susciter des exactions tout aussi svres. Ce que Wasserstein explique de manire convaincante, cest que les annes 50 voient la disparition en Europe de limage du Juif socialiste et rvolutionnaire, dont mai 68 en France ne marquera quun retour temporaire.

La donne gopolitique nouvelle ne de la naissance dIsral conjuguera ensuite lantismitisme lantisionisme Moscou autant quau sein de certains groupes ultra-gauchistes dEurope occidentale; pensons au phnomne du ngationnisme qui ne mobilisa pas quun antismitisme traditionnellement identifi droite. Ici, Wasserstein semble minimiser un phnomne pourtant inquitant. Sans doute dforme par son point de vue anglais, la lunette utilise par lauteur pour identifier lantismitisme europen ne donne quune image imparfaite et peu alarmante ici de soubresauts pourtant frquents.

Un chapitre passionnant est consacr aux relations entre lglise catholique et le judasme. Le Vatican, "premire institution antismite" (p.149) en 1945 subit une vritable rvolution qui le conduira au concile Vatican II en 1959. De longs dveloppements sont consacrs cette histoire, de mme qu celle des rapports entre lAllemagne et les Juifs. Le volontarisme dAdenauer est soulign alors que le traumatisme toujours pas diagnostiqu en Autriche promet dinquitantes montes aux extrmes...

Ce sur quoi insiste Wasserstein est la "centralit" que possde son avis lEtat dIsral dans la vie de la communaut juive europenne. Nouvel Eldorado pour les Juifs de lEst, Jrusalem bnficie ct occidental dune tolrance bienveillante qui ne dplace pas pour autant les populations jusqu' elle, comme dans le cas de la communaut amricaine. Mais menaces de disparition culturelle, les populations juives dEurope occidentale verraient en Isral la rponse un besoin de survie, une icne rconfortante.

En ce second XX sicle, le sionisme, courant jusque-l ultra-minoritaire et considr comme utopique, prend ainsi, avec larrive dHitler au pouvoir et la Seconde Guerre mondiale, une importance indite et toujours croissante.

Par-del le message un peu trop alarmiste qui guide sa plume, Wasserstein propose un panorama intressant, la fois historique et culturel, sociologique et dmographique dune population en fait mconnue. Peut-tre insiste-t-il trop parfois sur lidentification de ces Juifs dEurope, au point de dvelopper des images dEpinal ayant nourri longtemps les discours antismites. La prsentation dune communaut riche, urbanise, aux postes les plus importants dune nation -politiques, conomiques, culturels- apparat comme caricaturale. Le recours des images parfois violentes et brutales peut aussi discrditer le travail de lhistorien et lapparenter un essai polmique.

Mais si lon fait abstraction de cette thse apocalyptique et qui nest dailleurs en rien nouvelle -le sociologue Georges Friedmann, que Wasserstein cite, prophtisait dj en 1964 la fin des Juifs dEurope-, Vanishing diaspora est une intressante Histoire des Juifs dEurope depuis 1945.

Thomas Roman
( Mis en ligne le 09/11/2000 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)