L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Mission civilisatrice - Le rôle de l'histoire coloniale dans la construction de l'identité politique française
de Dino Costantini
La Découverte - Textes à l'appui 2008 /  24 €- 157.2  ffr. / 286 pages
ISBN : 978-2-7071-5387-6
FORMAT : 14,0cm x 22,0cm

Traduction de Juliette Ferdinand.

L'auteur du compte rendu : Historien des relations internationales Sciences Po Paris, Pierre Grosser est directeur des tudes de linstitut diplomatique du ministre des affaires trangres.


R.A.S.

Depuis quelques annes, les travaux sur lidologie coloniale en France sont non seulement plus nombreux, mais plus visibles, parce quils sinsrent dans les dbats sur le modle franais dintgration et ses limites videntes. Avec retard et plus ou moins de russite, les questionnements et la mthodologie bien ancrs dans le paysage acadmique anglo-saxon arrivent en France. Il faudrait se demander pourquoi ce ne sont pas les meilleurs travaux des historiens anglo-saxons qui sont traduits, mais le livre dun spcialiste italien de philosophie politique qui, disons-le tout de suite, namne pas grand chose.

Louvrage sappuie sur les travaux du courant initi par Bancel et Blanchard, dont lobjectif est de montrer limprgnation coloniale de la socit mais aussi de la Rpublique franaise. Ce courant a t critiqu, mais pas de manire aussi argumente quen Grande Bretagne, o les recherches sur lomniprsence de lEmpire dans la vie de la mtropole (dfendue en particulier dans des ouvrages publis par les Presses de lUniversit de Manchester) se sont dveloppes depuis les annes 1980. Il a t renforc en revanche par des spcialistes de lhistoire des ides qui se sont replongs dans les publications de lpoque. Cest ce que fait galement Dino Constantini.

Or celui-ci ne justifie pas son corpus de textes. Cest vraiment la plaie de cette histoire intellectuelle qui fait lexgse dcrits sans expliquer de qui et de quoi ils sont reprsentatifs, quel a t leur impact et leur influence, etc. Mme dans la seconde partie, dans laquelle lauteur ajoute sa pierre limmense pile dtudes sur Csaire, Memmi et Fanon (on parle mme de Fanon Studies aux tats-Unis), il ny a quun rapide rappel biographique. Mais concentrons-nous sur la premire partie dans laquelle lauteur dcouvre que le discours colonial glose sur la mission de la France qui aurait une vocation universelle diffuser la civilisation europenne, mais qui se heurte au dilemme de savoir si les coloniss sont seulement en retard (et donc transformables, par lducation mais aussi leur mise au travail et la mise en valeur des colonies) ou compltement diffrents (et infrieurs), ce qui empcherait toute assimilation. La colonisation serait dans tous les cas lgitime, et participerait la grandeur et lidentit de la France.

Bref, lauteur enfonce des portes ouvertes. Elles le sont dautant plus que les dclinaisons de ces discours ont t tudies par une multitude de travaux dhistoriens qui se sont penchs sur les politiques ducatives ou de sant dans les colonies, sur la construction des histoires officielles et de larsenal symbolique, sur les origines des politiques de mise en valeur, etc. Tout cela est allgrement ignor. De mme que les travaux sur lhistoire du libralisme, qui montrent sa face noire colonialiste (le livre de Jennifer Pitts vient fort heureusement dtre traduit : Naissance de la bonne conscience coloniale. Les libraux franais et anglais et la question impriale, 1770-1870, ditions de L'Atelier), sur lhistoire du droit international largement imprgn par ce discours sur la civilisation, sur la scularisation de lide de mission, sur la problmatique des mandats, sur lapproche gender de la colonisation, etc. Sont galement ludes les questions fondamentales. En quoi tout ceci serait-il spcifiquement franais? Ne retrouve-t-on pas les dilemmes similaires dans le discours colonial japonais? En quoi des lites indignes ont-elles adhr ce discours et ont donc t importatrices? Ny avait-il pas bien dautres logiques de la colonisation (il est bien loin le temps des historiens marxistesqui insistaient sur les logiques conomiques)? Ce discours tait-il spcifique la Rpublique mais l encore pas un mot sur les nombreux travaux portant sur le colonialisme lpoque de Vichy? Les ralits selon les terrains ntaient-elles pas trs diffrentes, de lAlgrie au Cambodge, de Pondichry au Liban?

Bref, cet ouvrage napporte vraiment pas grand chose cause de son ignorance de la bibliographie sur lEmpire franais (mme quand lauteur cite des travaux, comme ceux dEmmanuelle Saada, il ne simmerge pas dans la complexit quils dcrivent), de son parti pris de sappuyer sur quelques livres de chantres de la colonisation (Hardy, Sarrault) sans justification de ce choix, et cause de son faible souci comparatiste.

Pierre Grosser
( Mis en ligne le 09/07/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)