L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Les Maux & les soins - Médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle
de Francis Démier , Claire Barillé et Collectif
Action artistique de la Ville de Paris 2008 /  45 €- 294.75  ffr. / 397 pages
ISBN : 978-2-913246-60-7

Luteur du compte rendu : Adrien Minard, diplm de lIEP de Paris, est professeur agrg dhistoire, doctorant lEHESS et co-auteur avec Michal Prazan de Roger Garaudy. Itinraire dune ngation (Calmann-Lvy, 2007).

Claire Barill collabore Parutions.com.


Paris : histoire d’une ville hospitalière

En 1772, lHtel-Dieu, cette grande btisse vtuste et surpeuple qui, au centre de Paris, occupait deux berges de la Seine, tait ravag par un incendie. Aprs moult dbats et hsitations concernant un dplacement, il fallut attendre les annes 1870 pour que sa reconstruction sachve quelques mtres seulement de son emplacement initial, sur une vaste parcelle de lIle de la Cit, deux pas de Notre-Dame. Pour les autorits, pas question de renoncer ce symbole de la centralit de linstitution hospitalire dans la capitale. Est-ce dire que, dans ce domaine, rien na chang au cours du XIXe sicle ? Le bel ouvrage collectif dirig par Francis Dmier, spcialiste de lhistoire sociale lUniversit de Paris X - Nanterre, et Claire Barill, professeur agrge et docteur en histoire, montre quel point les hpitaux parisiens ont au contraire volu durant cette priode. Il comble ainsi une importante lacune historiographique et vient sajouter aux tudes sur les hpitaux lyonnais et bordelais dOlivier Faure et de Pierre Guillaume, qui dailleurs signent dans Les Maux & les soins dintressantes contributions comparatives.

Le livre met en vidence laffirmation de la vocation thrapeutique de lhpital qui, au cours du XIXe sicle, se distingue de plus en plus des hospices, auxquels incombe dsormais sa fonction traditionnelle dassistance et dasile destine aux pauvres. Avec le dveloppement de la mdecine anatomo-clinique, les hpitaux de Paris sont devenus des lieux dobservation, denseignement et de soins o slaborent nombre de ces innovations scientifiques qui ont fait le prestige de lEcole parisienne durant les premires dcennies du sicle. Cette modernisation est assez connue depuis les travaux de Michel Foucault et Erwin H. Ackerknecht, mais les textes runis par Claire Barill et Francis Dmier apportent une multitude de nouveaux clairages sur les acteurs de ce processus, quil sagisse de certains rformateurs, soucieux de rationaliser et de rentabiliser lhpital, des hyginistes, attels prvenir les contagions, ou du personnel de lAssistance publique, dont la cration, en 1849, marque un tournant dans la gestion des tablissements parisiens, dsormais privilgis par rapport aux secours domicile. Une des perspectives les plus stimulantes de louvrage consiste rapprocher le fonctionnement des hpitaux de celui dune contre socit quasiment autonome, dote de rglements spcifiques, pratiquant lautoconsommation et abritant des mtiers trs hirarchiss, depuis louvrier journalier sans qualification jusquau directeur, en passant par llite des mdecins et le corps - de plus en plus lac et professionnalis - des infirmires.

Le caractre novateur de ce livre tient galement lattention porte par plusieurs de ses contributeurs aux espaces, esquissant ainsi une gographie des structures de sant dans le paysage parisien du XIXe sicle. Outre lHtel-Dieu, qui fait figure dexception, ils dcrivent parfaitement ce grand mouvement centrifuge caractris par la dlocalisation des hpitaux vers des priphries dont latmosphre tait perue comme plus pure et pour rpondre aux besoins dune population industrieuse en forte croissance. La vogue des thories aristes et de lhliotropisme a mme contribu au dplacement des hospices pour vieillards indigents et des asiles dalins vers des campagnes rendues attractives par des considrations budgtaires et des projets de thrapie par le travail.

Avec leur implantation dans les quartiers ouvriers proches des banlieues, les hpitaux ont connu un renouvellement de la population de leurs usagers. Plusieurs fonds darchives, parmi les nombreuses sources de premire main rpertories dans louvrage, permettent de mieux cerner la diversit sociale de cette patientle o lon compte de plus en plus de salaris, et notamment des accidents du travail, bien tudis par Isabelle Lespinet-Moret. la suite de ladoption de plusieurs lois sociales par les rpublicains, les remboursements de sjour perus par ces patients ont concid avec le dclin des formes caritatives de financement et une socialisation de la mdecine hospitalire.

Ce sont trs certainement les pistes ouvertes par cette histoire sociale par le bas, attentive au public de lhpital, son profil, ses misres et ses plaintes, qui apparaissent les plus fructueuses pour des recherches venir. Mais louvrage passionne galement par ses tudes de cas qui, loin de se focaliser uniquement sur les hpitaux, livrent des connaissances indites sur dautres dispositifs de sant comme les maternits, les bureaux de bienfaisance, les dispensaires, ou certaines spcialits mdicales comme lalinisme et la griatrie. Il faut enfin souligner ladmirable facture de lobjet lui-mme : ce livre est soign, bien reli, et la mise en page bnficie dune iconographie exceptionnellement fournie et de qualit. Les Maux & les soins simpose donc tout la fois comme une rfrence incontournable pour qui sintresse lhistoire de la mdecine, un outil de travail indispensable aux chercheurs et une pice de choix pour les amateurs de beaux livres.

Adrien Minard
( Mis en ligne le 26/08/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)