L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

L’Invention de la bureaucratie - Servir l’Etat en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis (XVIIIè-XXè siècles)
de Françoise Dreyfus
La Découverte - Histoire contemporaine 2000 /  23.66 €- 154.97  ffr. / 287 pages
ISBN : 2-7071-3200-4

L’Etat c'est eux !

L’ouvrage de Franoise Dreyfus se propose d’tudier les conditions de dsignation des fonctionnaires en France, en Angleterre et aux Etats-Unis de la fin du XVIII sicle nos jours. Prcis et bien rdig, il possde une ampleur incontestable et prsente avec clart des sujets aussi divers que le saint-simonisme ou l’essor des mthodes de management dans l’administration depuis les annes 1960. Il manque pourtant de fil directeur et passe en partie ct des objectifs ambitieux que s’est fix son auteur.

Dans une longue premire partie, Franoise Dreyfus examine, partir d’une bibliographie parfois ancienne, quoique toujours valable, l’administration de la France, de l’Angleterre et des Etats-Unis la fin du XVIII sicle. Son propos s’inscrit dans la ligne de l’ouvrage de Tocqueville, L’Ancien Rgime et la Rvolution, dans lequel il s’efforait de montrer l’importance des lments de continuit liant, par-del la Rvolution, le XVIII et le XIX sicle. Franoise Dreyfus tend cette conclusion tout en la retournant habilement : c’est, d’aprs elle, en opposition aux systmes existant dans ces trois pays la fin du XVIII sicle, que s’est dveloppe leur administration au XIX sicle.

En France, l’abolition des privilges, la nuit du 4 aot 1789, amne proclamer l’galit d’accs la fonction publique et prner, la suite de Condorcet, le critre de comptence pour le recrutement des fonctionnaires. La mise en oeuvre de ce dispositif entrane le dveloppement de ppinires de fonctionnaires efficaces, les "grandes coles", dont les origines remontent pourtant l’Ancien Rgime. Aux Etats-Unis, les institutions fdrales rsultant de la Rvolution, Congrs et Prsident, se mfient des fonctionnaires, symboles de l’administration corrompue mise en place au XVIII sicle par l’Angleterre dans ses colonies. Les fonctionnaires sont donc placs sous l’autorit directe du Prsident et, dans une moindre mesure, du Congrs, ce qui dbouche rapidement sur un autre excs : le spoil system, dans lequel les hauts fonctionnaires sont remplacs chaque changement de majorit gouvernementale.

En Grande-Bretagne, le systme du patronage, consistant acheter des voix aux lections par des postes de fonctionnaires, qui caractrise l’action de Walpole et des Whigs au dbut du XVIII sicle, sert de repoussoir : progressivement, se met en place une fonction publique dont la neutralit est exige. A la diffrence de la France, o les milieux politiques sont envahis par les fonctionnaires, aucun fonctionnaire ne peut tre lu la chambre des Communes.

Si Franoise Dreyfus russit ainsi dfinir avec beaucoup de talent un modle cohrent valable dans chacun des pays qu’elle tudie, elle le dveloppe, surtout pour la France, de faon parfois dcevante : dtaillant les lois lectorales des monarchies constitutionnelles et faisant grand cas de ce qu’elle considre comme l’institution d’un modle de patronage l’anglaise la fin de la monarchie de Juillet, elle vacue en quelques lignes des questions du mme ordre qui paraissent pourtant autrement plus importantes, comme celle du rle politique des hauts fonctionnaires (prfets, sous le Second Empire, et directeurs d’administration centrale, au dbut de la III Rpublique, quand Mac-Mahon dsigna un "gouvernement de fonctionnaires"), pourtant l’origine des mesures d’puration de la fin des annes 1870, qu’elle tudie sans les replacer dans leur contexte.

L’volution compare des trois fonctions publiques la fin du XIX sicle et au XX sicle a beau tre illustre de dveloppements pertinents, on a du mal voir la cohrence entre la critique laquelle l’auteur se livre de l’introduction des mthodes "managriales" dans l’administration, l’affirmation qu’ "en France, on considre que pour gouverner, il est ncessaire d’avoir t form bien administrer" et les considrations qui concluent l’ouvrage sur le thme de la mort de l’Etat et de la fin de l’Etat-providence.

Alors mme qu’en France, l’imbrication de la haute fonction publique et du Parlement dans la deuxime moiti du XX sicle, telle que l’a bien rappel l’auteur, semblerait logiquement l’amener conclure la neutralisation rciproque de l’excutif et du lgislatif, et donc l’impossibilit, dans les conditions actuelles, de rformer l’Etat, il parat surprenant que les dernires pages de l’Invention de la bureaucratie soient consacres la dconstruction de l’Etat-providence, hypothse trangre au reste de l’ouvrage et qui va l’oppos de la thse principale de son auteur. Paradoxalement, la matrise incontestable dont Franoise Dreyfus fait preuve dans de nombreuses matires semble l’avoir entrane dans des digressions certes brillantes, mais qui l’empchent de construire, sur un sujet aussi vaste dans un volume finalement assez court, un trait la hauteur de ses ambitions.

Jean-Philippe Dumas
( Mis en ligne le 26/05/2000 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)