L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

Le Transfert d'une mémoire - De l'Algérie française au racisme anti-arabe
de Benjamin Stora
La Découverte - Cahiers libres 1999 /  11.45 €- 75  ffr. / 147 pages
ISBN : 2-7071-2968-2

Un sudisme à la française ?

Dans ce nouvel essai, le prolixe Benjamin Stora s'attache tudier la mmoire de la guerre d'Algrie au sein de l'extrme-droite franaise, dsormais bicphale. Problme incontestablement intressant, les discours de Jean-Marie Le Pen, Bruno Mgret et de leurs amis tant maills de rfrences ce douloureux pisode de notre histoire rcente. Les nationalistes oscillent en effet entre l'exaltation des harkis, "franais par le sang vers", et la diabolisation de l'immigration algrienne, d'autant plus illgitime que les populations europennes, tirailles entre "la valise et le cercueil", furent rejetes de ce bassin d'immigration dans des conditions tragiques. Au-del du discours, cette problmatique prend une rsonance concrte dans la mesure o le vote pied-noir a jou un rle important dans l'mergence du Front National "historique" : les succs enregistrs dans les zones densment peuples de rapatris (P.A.C.A., Languedoc-Roussillon) le dmontrent.

Analyser cet aspect particulier de la rhtorique nationaliste est donc tout fait fond pour mieux apprhender les succs particuliers de l'extrme-droite franaise. Benjamin Stora, historien remarqu de la mmoire de la guerre d'Algrie (La Gangrne et l'Oubli, 1991) semblait tout indiqu pour mener ce travail. Mais Benjamin Stora est historien (quiconque travaille sur la guerre d'Algrie ne saurait se dispenser de son Dictionnaire biographique des militants nationalistes algriens et de son Dictionnaire des livres de la guerre d'Algrie), il n'est pas politologue.

L'auteur introduit ainsi un concept intressant pour mener son analyse : celui d'un "sudisme la franaise". Un parallle entre l'esprit sudiste nord-amricain et la mmoire de la prsence franaise en Algrie serait ainsi un critre d'analyse opratoire, mais un certain nombre d'lments invitent toutefois nuancer cette vision. Comparer l'esclavage des noirs dans les plantations de Louisiane aux conditions de travail (parfois inacceptables) des fellah dans les oliveraies du Chelif semble ainsi un peu htif et simplificateur. De mme, comparer l'esprit pionnier des pieds-noirs et des Amricains sous les auspices d'un sudisme commun n'est gure convainquant : l'esprit pionnier amricain s'appliquait au mythique Far West et certainement pas aux tats du sud, un des bassins historiques du peuplement europen et objets d'enjeux bien diffrents de ceux de la Frontire. Il est d'ailleurs frappant de constater que Benjamin Stora, aprs avoir introduit le concept, l'abandonne peu peu en dpit de son maintien dans les seuls titres des chapitres.

Affirmer que les pieds-noirs ont import d'Algrie un racisme anti-arabe qu'ils ont nouveau dploy dans un vote d'extrme-droite est une analyse sans doute rapide, en tout cas peu originale : tous les quotidiens nationaux la reproduisent peu ou prou. On aurait aim, en revanche, que Benjamin Stora dcortique cet tonnant paradoxe : comment se fait-il, en effet, que ceux qui ont port au pinacle les manifestations de fraternisation entre Europens et musulmans du 16 mai 1958 sont parfois les mmes qui, quelques dcennies plus tard, prnent une rduction drastique des effectifs de l'immigration algrienne ? L'auteur rappelle ainsi cette tonnante interview de Jacques Soustelle, penseur de l'intgration en 1955-56 qui, en 1990, dclare que "parler d'intgration, c'est dire d'assimilation, est une dangereuse utopie" (p. 138).

Se poser en donneur de leons est, pour le critique, un exercice dsagrable. Mais Benjamin Stora politologue doit. Sa dmonstration ne convainc pas. Pourtant, son essai se lit avec intrt : il recense en effet un grand nombre de rfrences au "discours algrien" de l'extrme-droite et des lments biographiques clairants. En dfinitive, l'ouvrage de Benjamin Stora est assimilable un bon et long article de Libration.

Pour une approche satisfaisante de la mmoire de la guerre d'Algrie chez les nationalistes franais, on renverra donc, dans l'immdiat, La Gangrne et l'Oubli pour l'approche historique et aux travaux de Pierre-Andr Taguieff et de Pascal Perrineau pour les aspects politiques.

Guillaume Zeller
( Mis en ligne le 13/12/1999 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)