L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

La Puissance ou l'influence ? - La France dans le monde depuis 1958
de Maurice Vaïsse
Fayard 2009 /  28 €- 183.4  ffr. / 649 pages
ISBN : 978-2-213-63810-2
FORMAT : 15cm x 23,5cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences en histoire contemporaine luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

Une puissance dans la moyenne ?

La question est rituelle, mais en ces temps de crise, elle demeure dactualit : quest-ce que La puissance et quest-ce quune puissance ? Et, pour revenir nos moutons, quen est-il de la France dans le monde ? Puissance moyenne ? Puissance en dclin ? A quel rang peut-elle prtendre ? Autant de questions qui structurent les rflexions des diplomates et des historiens des relations internationales, confronts un monde international compliqu. Une question simple qui appelle une rponse forcment complexe

Professeur lInstitut dEtudes politiques de Paris et grand connaisseur du Quai dOrsay, Maurice Vasse poursuit dans cet ouvrage une rflexion ancienne sur la politique extrieure de la France. Aprs stre pench sur loutil militaire et, plus largement, la guerre comme la paix, aprs avoir voqu, dans La Grandeur, le style gaullien en politique trangre, il propose dans ce nouvel ouvrage une rflexion, mi-synthse, mi-essai, sur les logiques et les enjeux de la politique extrieure dune puissance moyenne. Le titre mme, cho franais aux rflexions de J. Nye sur la puissance, claire le propos : une puissance moyenne doit-elle revendiquer soft et hard power ou se satisfaire dun compromis ?

Pour rpondre cette question, louvrage sorganise autour de grands thmes (lElyse, la diplomatie culturelle, lEurope, le multilatralisme) et de grandes aires gographiques (Afrique, monde arabe, Amriques, Europe de lEst et bloc socialiste) : cette distribution savre efficace et permet une lecture ponctuelle, sur une question prcise. En cela, louvrage sapparente autant un manuel qu un essai. Un essai qui dbute par un tour dhorizon de la machine diplomatique. Dans la foule de La Grandeur, M. Vasse montre dj que la politique gaullienne, sacralise (sanctuarise mme, alors que comme le constatait dj VGE, de Gaulle savait voluer) confre au prsident de la Rpublique un primat indniable, rsum dans cette ide dun style diplomatique. Entre prsidence omnisciente et cohabitation subie, la politique extrieure franaise depuis 1958 est dj un fait lysen. Appartenant au domaine rgalien, la politique extrieure franaise est galement pilote depuis le Quai dOrsay. Ce dcouplage institutionnel fait notamment problme en priode de cohabitation et savre, lusage, une affaire dindividus autant que de bureaux. Aussi, la premire partie, loin de se limiter aux questions lysennes, constitue-t-elle un bon tableau des institutions diplomatiques de la France, institutions dont lampleur - la France dispose du second rseau diplomatique aprs les USA - fait forcment dbat. La donne humaine le caractre, la personnalit des hommes qui font la politique extrieure nest jamais absente de louvrage qui se dlecte (avec le lecteur) de belles citations et des rflexions de nombreux acteurs de la politique franaise, mais sait galement discerner dans une dcision, une pratique diplomatique, lpaisseur dune personnalit.

Partant de ces prmices, lauteur explore dans les diffrents chapitres des pans de la politique extrieure franaise au prisme de la dialectique puissance ou influence. LEurope se taille logiquement la part du lion, en partant des pres fondateurs pour arriver aux enjeux de llargissement et la question de lavenir de lide europenne pour une population franaise bizarrement partage sur le sens mme de cet engagement. Il en va de mme dailleurs avec lONU, examine dans un chapitre plus largement consacr au multilatralisme : vestige de laprs guerre, le sige permanent au conseil de scurit reflte-t-il une ralit politique, celle dune puissance majeure (et notamment dans le cadre des oprations militaires sous patronage onusien) ? Et plus largement, quoi servent, pour la politique extrieure franaise, les institutions supranationales ? Sont-elles un instrument de puissance franaise, ou bien le vecteur/catalyseur dune influence franaise dilue (faute de mieux) ?

Reste savoir ce qui constitue cette influence franaise : serait-ce une position gographique et idologique particulire ? La question des positionnements de la France, entre lEst et lOuest, se pose bien logiquement par la suite : ayant, ds la fin de la guerre, opt pour une politique de juste milieu, ou dalignement relatif, la France doit, dans les deux directions, faire les frais de rapports asymtriques. Amis, allis mais pas aligns, les Franais figurent, du point de vue amricain, des partenaires incommodes, dont les mains tendues sont encombres par des prjugs anciens. Le problme se pose alors en terme dinfluence, pour une France dont la silhouette, vue dAmrique, demeure frivole. Et de fait, la politique culturelle fait lobjet dun chapitre part pour une France qui se pense encore universaliste, et qui revendique, sous couvert dexception culturelle, sa propre destine manifeste (do un certain agacement de lAmrique, qui ne tolre dautre universalisme que le sien). Lenvers de cette politique sentiments variables, ce sont les rapports avec lEurope de lEst, rapports compliqus et qui engagent pour le coup la prsidence dans une politique dquilibriste et suppose, partir de 1989, un sens de lhistoire et une intelligence prospective (ce qui na pas toujours t le cas, commencer par F. Mitterrand, confront la chute du communisme). LEurope de lAtlantique lOural persiste, mme de manire inconfortable.

La question des blocs, qui dans une certaine mesure se perptue autrement, ne doit pas faire oublier ce qui relve plus de la tradition franaise, savoir la politique orientale et africaine. Dans ces deux domaines, lhistoire ancienne de la France se conjugue, parfois difficilement, avec le contexte actuel, lapparition de nouveaux acteurs et, plus encore, la concurrence amricaine. De la Franafrique la politique arabe, cest plutt l que la France doit apprendre composer pour prserver une influence tout en faisant, peu peu, le deuil de sa puissance. Le thme du lien maintenir, lien historique ou lien personnel, dhomme homme (J. Chirac aura beaucoup jou de cette dimension personnelle de la politique extrieure) simpose, et ramne la politique extrieure sa dimension humaine, diplomatique, aux cts des traditionnelles forces profondes. Une rflexion bienvenue, et qui rappelle les poids des individus dans des affaires trop souvent rduites la confrontation de quelques grands intrts et autres impondrables conomiques.

En dfinitive, voil un ouvrage prcieux, en ce quil constitue une excellente synthse sur la politique extrieure franaise, ses acteurs, ses enjeux et ses modes daction. Une synthse largement taye par des tableaux statistiques, des organigrammes administratifs un manuel riche. Le ton est trs pdagogique et clair : on retrouve l un solide style professoral qui dbrouille clairement des affaires compliques et entremles. Mais lauteur sait aussi, subtilement, prendre des positions, en nous rappelant que faire de lhistoire revient aussi faire lhistoire et trancher. Les avis, les rflexions, au tournant dune prsentation, rappellent la dimension politique de la diplomatie, une dimension indissociable (la conclusion, revenant sur la prsidence Sarkozy, fait nettement le lien entre la dimension politique et la dimension diplomatique, comme une vue en perspective). Une lecture indispensable pour qui entend comprendre le sens dune politique trangre et cette tonnante exception franaise qui agace tant nos partenaires.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 06/05/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)