L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

Le Phénomène Soljénitsyne
de Georges Nivat
Fayard 2009 /  25 €- 163.75  ffr. / 449 pages
ISBN : 978-2-213-63628-3
FORMAT : 15cm x 23,5cm

Ecrivain lutteur

La parution dun ouvrage de Georges Nivat est toujours un vnement, surtout quand celui-l est consacr Alexandre Soljnitsyne, le gant disparu en aot dernier. Disons-le demble, une petite dception pointe ds louverture du livre. Le texte reprend pour partie lexcellent travail que Georges Nivat avait consacr lauteur dUne journe dIvan Denissovitch paru, entre autres, dans la regrette collection Microcosme des ditions du Seuil. Cette dernire dition est, bien entendu, largement revue et complte. Elle a mme bnfici, nous dit lditeur, des remarque de Soljnitsyne lui-mme.

Mais ne boudons pas notre plaisir de la lecture dun livre qui prend bras le corps lensemble du phnomne Soljnitsyne. Georges Nivat nexclut rien: les lments de la biographie (dont la dernire et la plus complte est enfin parue en russe), luvre, la pense, la rception, les polmiques enfin. Cest la condition de ne pas sparer lhomme de son art que sclairent une vie et une uvre faites dun bloc.

Luvre de Soljnitsyne est dabord un combat, celui de David contre Goliath. Cest une lutte mort, sans merci et donc, sans concession, dun revenant des camps contre le rgime du mensonge. La relgation, lexil, la calomnie sont autant dpreuves qui peu peu forgent lcriture. Dune vie inscrite dans lhistoire, Alexandre Isaievitch en fait une uvre de vrit dont lampleur est la mesure de la catastrophe russe. Lhomme accumule les souffrances et la puissance de rvolte, lcrivain fait le travail mticuleux de runir une quantit considrable de notes, dinformations de toutes sortes, quune mmoire prodigieuse seule portera jusqu la publication une fois la libert retrouve. Le foisonnement de matriau vcu est une caractristique fondamentale de luvre, elle est sa condition dentre dans la littrature et sa force de persuasion. Pour crire Lnine Zrich, Soljnitsyne arpente les rues de la ville. LArchipel est une qute du vrai. Pour tre crdible, il faut crer des situations dintense confiance entre les tmoins (227 coauteurs), une sociabilit qui bnficie lmergence du rel aussi terrifiant quil fut. Le tmoin est au cur de luvre, y compris quand il sagit de reconstituer lhistoire russe depuis Aot 14. Il est le vecteur du rcit. Comme Soljnitsyne lui-mme est le propre tmoin de sa vie de zek (le dtenu dans les camps) et de proscrit.

Cl de vote de luvre, il y a la mise en uvre au sens littral - de lhistoire russe: comprendre l'enchanement des vnements en rassemblant des milliers de pices dun gigantesque puzzle. Devant une telle puissance qui mobilise le pass, le souci des mots, lmotion, la rage dcrire, on en vient penser Saint-Simon... Mais nallons pas trop loin. Ce travail part dun chec, nous dit Georges Nivat, celui de lhistorien. Il choue dans son travail raisonn de saisir les enchanements, dtablir une fois pour toute la gnalogie des faits qui ont men au mensonge et la rpression. Mais de cet chec, lcrivain se nourrit pour mieux nous faire sentir la draison du processus rvolutionnaire et son caractre imprescriptible.

Lire Soljenitsyne est une aventure rare et singulire, ne serait-ce que par la dimension de luvre qui est limage de la curiosit infinie de son auteur et de limportance de ce quil veut imprativement rapporter. La quantit de textes, le temps mis les crire, celui qui est ncessaire pour les lire laissent peu de place au discours de la critique et ce nest pas le moindre mrite de cet essai que de tenter une synthse de cette critique qui a pourtant eu lieu et qui ne fut pas tendre.

Georges Nivat nous permet de mieux comprendre les aspects les plus rudes de Soljnitsyne. Les polmiques qui ont jalonnes sa vie dexil depuis le discours dHarvard jusqu la publication de Deux sicles ensembles sont dcortiques; son rattachement la tradition slavophile est assum et justifi; Soljnitsyne est dfinitivement un crivain russe. Mais ce serait rduire luvre et commettre une erreur fondamentale de jugement que de lire dans les romans dAlexandre Isaievitch ou ses grandes fresques, des regrets de lordre ancien. Dautres auteurs ont montr la catastrophe de la Russie, Chalamov, Grossman, Zinoviev, mais cest Soljnitsyne qui fut lveilleur de la conscience du monde, rle ingrat, rle essentiel pour un crivain lutteur.

Dans lpilogue, Nivat rapporte une phrase dAnna Akhmatova ne voulant pas quitter Moscou sans avoir eu entre les mains la dernire livraison de la revue littraire sovitique Novy Mir qui publiait alors Soljnitsyne: je veux massurer que nous sommes bien entrs dans une re nouvelle.

Pascal Cauchy
( Mis en ligne le 23/06/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)