L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

Le Putsch des généraux - De Gaulle contre l'armée. 1958-1961
de Pierre Abramovici
Fayard 2011 /  22 €- 144.1  ffr. / 370 pages
ISBN : 978-2-213-63627-6
FORMAT : 15,3cm x 23,5cm

Une affaire de dupes ?

La dmocratie sarrte o commence lintrt de lEtat. En exergue de son dernier ouvrage, Le Putsch des gnraux De Gaulle contre larme, Pierre Abramovici a plac cette citation du sulfureux Charles Pasqua. Le journaliste et doctorant en histoire contemporaine se penche, dans ce livre, sur les conditions dmergence de la Ve Rpublique. Daprs lui, le passage de la IVe la Ve Rpublique en 1958 est le produit de la menace (relle ou suppose) dun coup dEtat et finalement tablie par un rgicide manqu, lors de lattentat du Petit-Clamart en 1962.

La thse est connue. Elle ne date pas dhier, loin sen faut: dans ses cours de droit constitutionnel, luniversitaire Pierre Pactet voquait jadis un quasi-coup dEtat. Dailleurs, dans la dernire dition de son manuel, le Professeur crit quentre le 13 mai 1958, date du coup de force et de lappel du Comit de salut public dAlger, et le 28 mai, date de la dmission du gouvernement Pflimlin, la Quatrime Rpublique se dcompose littralement. Sans aucun soutien populaire, en proie comme toujours lincapacit dagir, les parlementaires en viennent considrer le retour au pouvoir du gnral de Gaulle comme un moindre mal et lAssemble nationale lui accorde linvestiture le 1er juin 1958 par 329 voix contre 224.

Selon P. Abramovici, au coup dEtat initial du 13 mai 1958 aurait succd un autre, celui des gnraux en avril 1961. Jusquen 1961, prcise lauteur, larme est loin dobserver la neutralit que lon peut attendre dun corps serviteur de lEtat. Depuis longtemps, continue-t-il, elle est traverse par des courants comploteurs qui ont agi en diverses priodes plus ou moins mouvementes de lhistoire rcente. Au moment de la guerre dAlgrie, les chefs qui dirigent larme franaise sont en guerre permanente depuis 1939. Certains ont mme particip la Grande Guerre. Reste souvent ptainiste, larme est encore traumatise par la dfaite Din Bin Phu en Indochine. Elle conserve, par ailleurs, un tropisme clairement colonialiste. Cest pourquoi elle entendait conserver lAlgrie, dont le territoire constituait des dpartements franais.

Le journaliste retrace, outre ses prmices, ce que fut lessentiel du putsch, ce qui sest pass Paris, dans les ministres, Matignon, lElyse, dans lopinion publique. Car il y a eu deux putschs davril 1961. Le vrai, mal prpar, connu, attendu, provoqu peut-tre et dirig par des officiers aigris, revanchards et pathtiques. Celui-l a dur une journe de moins que ce que lhistoire a retenu et a sombr comme il se devait. Et puis il y a eu lautre, en mtropole. Celui qui na jamais eu lieu. Qui a t invent. Un non-vnement exploit par dhabiles manipulateurs. Daprs P. Abromavici, le putsch des gnraux de 1961 fut une affaire de dupes dont les victimes furent certes les militaires, mais galement le peuple franais, tromp quant la nature mme de lvnement, dont llection du prsident de la Rpublique au suffrage universel na t que laboutissement.

De Gaulle aurait manipul les gnraux pour pousser les plus enrags dentre eux tenter, en avril 1961, un coup de force contre le pouvoir. Le but ultime de cette manuvre tant de lui permettre davoir recours aux pouvoirs dexception prvus par larticle 16 de la Constitution de 1958. Cette thse est tout le moins controverse. Si ce point de vue a galement t soutenu par Jean Lacouture, le biographe du gnral, qui sest dailleurs lourdement tromp sagissant de lIndochine, il a notamment t contest par lhistorien des relations internationales Maurice Vaisse.

Quil y ait eu des rticences de la part de larme vis--vis de de Gaulle nest pas ni ni mme contest. Il est vrai que lauteur de lappel du 18 juin souhaitait une arme de techniciens et de professionnels, qui, bien sr, lui serait tout fait soumise. Afin de linstrumentaliser, le gouvernement de lpoque aurait vendu aux appels du contingent nombre de transistors bas prix. Le pouvoir se serait par ailleurs assur le contrlede la radio RMC. Lun des mrites de louvrage est de mettre en lumire ces manuvres du pouvoir. P. Abramovici restitue en outre fidlement lambiance de lpoque.

Conscient de ce que lauteur considre comme le pch originel de la Ve Rpublique mais galement de sa stature, de Gaulle aurait confi un proche que lorsquil disparaitra il ny aura rien, ni personne pour le remplacer. En fait, aurait-il affirm son aide de camp, jai rtabli la monarchie en ma faveur; mais, aprs moi, il ny aura personne qui simposera au pays. () Aussi convient-il dinstaurer un rgime prsidentiel, afin dviter de retomber dans les luttes dautrefois. Il faut que le prsident de la Rpublique soit lu au suffrage universel: ainsi lu, il aura, quelles que soient ses qualits, quand mme un semblant dautorit et de pouvoir durant son mandat. Il sera responsable, ce que je suis actuellement.

Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 12/04/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)