L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

Escadrons de la mort, l'école française
de Marie-Monique Robin
La Découverte - Poche 2008 /  13 €- 85.15  ffr.
ISBN : 978-2-7071-5349-4
FORMAT : 13,0cm x 19,0cm

Premire publication en septembre 2004 (La Dcouverte).

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.


De l’art d’accommoder les restes

Cest peut tre lun des hritages les plus inquitants de la dcolonisation : la thorie de la guerre psychologique et ses mthodes, au nom dune lutte contre la guerre rvolutionnaire et le communisme. Cette thorisation trouve ses fondements dans un milieu restreint dofficiers franais, de ces centurions passs par toutes les guerres. En effet, larme franaise, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, se retrouve en Indochine face un conflit dun nouveau genre, o la supriorit technique et arienne nest pas, loin sen faut, le gage dune victoire rapide et assure. De Cao Bang Dien Bien Phu, les officiers, dont nombre sont issus de la Rsistance (et donc dune certaine cole de gurilla) dcouvrent ou redcouvrent un type de guerre mpris par le haut commandement franais, alors mme que dans la Chine proche, la victoire de Mao Zedong rvle son efficacit et son inquitante modernit. Il sagit donc de sadapter et de comprendre ces mthodes, puis dy convertir les institutions militaires parfois obtuses - afin de pouvoir lutter efficacement. Les acteurs de cette prise de conscience ne sont pas, quelques exceptions notables, des personnalits connues : ainsi le colonel Lacheroy, qui est linitiateur de la doctrine Mais on y croise quelques noms plus fameux, comme le futur gnral Aussaresses, Bigeard ou Massu

De la prise de conscience indochinoise, on passe logiquement la mise en application algrienne : larme qui abandonne le Vietnam est une troupe due, amre et qui a soif de vengeance. Et bien videmment, la rbellion algrienne est immdiatement compare au mouvement Vietminh : il sagit donc dappliquer ici les principes acquis l-bas. La guerre psychologique sinstaure, tant du fait des militaires que des barbouzes du SDECE et du 11e choc, et se dote dinstitutions. Lescalade de la violence est invitable, et ses dchanements, de part et dautres (les exactions ne sont jamais le fait dun seul camp) sont connus. La lutte contre la subversion communiste, un certain traditionalisme religieux (autour de la Cit catholique, qui conjugue intgrisme et nationalisme) et la raison dEtat vont justifier des pratiques de temps de guerre (l o il ny a encore quune opration de police), voire pire. Larme devient pour certains une force non pas nationale mais politique, dont la mission premire est de lutter contre le marxisme de toutes les manires. Et lAlgrie franaise va rapidement incarner un ple de rsistance, y compris contre la mtropole et le gouvernement franais lui-mme. LOAS aura souvent rutilis les comptences des centurions en les tournant contre les civils, quils taient censs dfendre.

Mais cette thorie connat une popularit qui dpasse largement les cercles militaires franais : dans le contexte du containmnent et de la Guerre froide, la guerre rvolutionnaire traverse lAtlantique, et simplante notamment en Amrique latine, o elle trouve un terrain plus que fertile. Via la cohorte dlves trangers (35 nationalits reprsentes) admis lEcole suprieure de guerre franaise et dautres institutions militaires denseignement suprieur, la thorie franaise sexporte sans difficult aux tats-Unis, au Chili, au Brsil, en Argentine ainsi que dans de nombreuses puissances coloniales europennes (Belgique, Espagne, Portugal) galement menaces par les mouvements de dcolonisation. A lpoque (les annes 1950/60), on peut dire quun spectre hante lEurope, et quil a pour nom subversion. De lOAS aux escadrons de la mort et autres milices dextrme droite, la mise en pratique sera sanglante.

M.-M. Robin, titulaire dun prix Albert Londres pour son enqute sur les trafiquants dorganes, livre ici le rsultat de deux annes de recherches, de lectures, denqutes et dinterviews ; le moins que lon puisse dire, cest que ce rsultat est difiant (en particulier pour certains entretiens avec des gnraux argentins). Le livre commence par une description assez saisissante dune commmoration de lAlgrie franaise et de ses dfenseurs : on y croise le gratin de lAlgrie franaise et du nationalisme-IVe rpublique. Ds ces premires pages, il ny a gure dambiguts sur les discours qui seront tenus, et les personnalits qui les tiennent : nous sommes dans ce sombre continent des guerres et des idologies. De lIndochine lArgentine, M.-M. Robin se penche avec attention sur lvolution dune doctrine politico-stratgique dont linfluence sur le XXe sicle est indiscutable. Au final, voil une enqute bien mene (interviews de diffrents acteurs franais et trangers, de divers camps, biographies diverses) qui manque parfois darchives (mais ce manque est compens par lutilisation de quelques travaux universitaires importants comme ceux de Paul et Marie-Catherine Villatoux ou de Gabriel Pris).

Louvrage, sans langue de bois ni jugement a posteriori, se lit aisment, comme une belle dmonstration de ce que le journalisme dinvestigation peut exhumer, et rvle notre poque de mort des idologies - le poids et les hritages de ces dernires.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 04/03/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)