L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

Officier et communiste dans les guerres coloniales
de Isabelle Sommier et Jean Brugié
Flammarion 2005 /  23 €- 150.65  ffr. / 434 pages
ISBN : 2-08-210048-0
FORMAT : 15x23 cm

Lauteur du compte rendu : Mathilde Larrre est matre de confrences en Histoire contemporaine l'universit Paris XIII et l'IEP de Paris.

La non objection de conscience

Officier et communiste est le rcit dune vie, celle de Jean Brugi, officier dans larme franaise, envoy en Indochine puis en Algrie, et pourtant communiste de cur et de conviction. Militaire et militant, quand larme est violemment anticommuniste, quand le Parti est foncirement antimilitariste.

Il ne sagit cependant pas dune autobiographie : cest Isabelle Sommier, politologue spcialiste de la violence politique, qui se charge de la mise en rcit de la vie de celui quelle dsigne comme un oxymore vivant. Aprs des heures de conversation, lappui dun nombre considrable darchives personnelles que Brugi a lui-mme constitues, par ses notes, ses journaux, ses collectes de documents (un fond darchives priv dune grande richesse dont on ne peut quesprer quil soit un jour communicable !), mais galement en menant quelques recherches complmentaires aux archives de larme, Isabelle Sommier rapporte la vie de lofficier, tout en se chargeant de lclairer par des mises en perspectives historiques et des essais dinterprtations.

La vie de Jean Brugi est fascinante, de bout en bout. Fils dun officier plutt gauche, et dune mre superficielle et peu aime, carte dun revers de la plume, il rejoint en 1943 la Rsistance : il a dix-sept ans. Aprs une anne dans le maquis, entre ennui et chapardages, il est un de ces partisans qui intgrent en 1944 larme rgulire pour accomplir la Libration, en France puis en Allemagne. Il se rapproche alors du communisme, si important dans la libration et dans la lutte antifasciste. De retour en France, il bnficie de louverture de la nouvelle cole dofficier de Saint-Cyr Cotquidan. Il sy frotte la morgue litiste des lves officiers entrs par la voie des concours, se confronte un milieu hostile ses valeurs ancres gauche. Mais il croit une possible rnovation, la naissance dune arme rpublicaine de soldats citoyens. A lcole il joue les trublions, les provocateurs, laissant ostensiblement traner LHumanit dans sa chambre, discutant, saffrontant avec ses camarades. Du communisme, il ne sait pas grand chose. Pour lui, cest le parti de la rsistance, le parti des fusiliers. Alors il se renseigne, il lit. Toute sa vie Jean Brugi lira, se formera, se construira une culture politique.

Au sortir de lcole, il est officier. Cela lui interdit de saffilier ouvertement au parti, mais non de militer, et le voil qui sillustre en faisant du porte--porte pour faire signer lappel de Stockholm. Il parvient rsoudre son oxymore coup de petites provocations, ce qui devient de plus en plus dlicat alors que lanticommunisme va croissant dans la France et plus encore dans larme de la Guerre froide. Mais le dbut des guerres de dcolonisation, ces sales guerres, loblige de douloureux cas de conscience. Faut-il partir en Indochine, combattre le Vit-minh communiste, sengager dans une guerre injuste et quil rprouve ? La question est pose encore son retour dIndochine : il est affect en Afrique du Nord, en Tunisie dabord, puis en Algrie. Cest sous la pression du parti quil part, pour lutter contre la guerre au sein de larme, ouvrir les yeux des autres soldats, relayer les thses anticolonialistes, faire un travail de masse, mais galement viter les exactions, les violences, et les dnoncer lopinion publique.

On suit ainsi Jean Brugi dans ses diverses affectations, parfois labri lcart des combats, parfois au cur. Lofficier a tout connu : le corps corps, la gurilla, la guerre psychologique ; le contact avec la population locale, avec les colons, avec les nationalistes. Excellent militaire, mais toujours officier rpublicain, soucieux des populations civiles, du respect de la convention de Genve. deux reprises, il se pose en dfenseur de la Rpublique, en 1958, dans les tourmentes de la crise du 13 mai et du retour de De Gaulle, puis nouveau en 1961, lors du putsch. Et puis il renseigne, inlassablement, par codes, le parti sur ces guerres quil mne et quil condamne. Il est ainsi li avec le groupe de Versailles, danciens officiers de la Rsistance, communistes rests dans larme pour certains, pour beaucoup condamns, ou carts par linstitution, et runis derrire la figure emblmatique de Rol-Tanguy. Jean Brugi est perptuellement mis sous surveillance, inquit, loign. Mais jamais il ne fut dmis, et jamais il ne dmissionna.

En 1966, quarante ans, il est libr de ses engagements : il prend aussitt sa carte du parti communiste. Quelques annes plus tard, il est lu municipal dArcueil et expert au parti sur les questions darmement mais surtout de dsarmement - nuclaire. Quand, la fin des annes 70, le parti opre un revirement complet et dcide de soutenir larme atomique, Brugi crie haut et fort son dsaccord. Il sera exclu dun parti dans lequel il ne se retrouvait plus de toute faon. Au cours des annes 80, on le retrouve avec les communistes refondateurs, dans le sillage de lextrme gauche, toujours actif militant.

Le rcit de la vie de Jean Brugi nous fait dabord dcouvrir un homme, passionnant, minemment sympathique, une vie part. Il nous accompagne ensuite dans les tribulations dune arme dans la tourmente, dans les soupentes du communisme franais. Quiconque sintresse lhistoire de larme, de la rsistance, de la dcolonisation, du communisme, de lextrme gauche sera sensible cette singulire trajectoire. On pourra cependant dplorer que par son style dsesprment plat, par le mauvais quilibre tabli entre les rcits biographiques et les fiches dHistoire (lesquelles sont parfois inexactes, sans parler de quelques erreurs inexcusables, comme lutilisation dune source de 1956 pour dcrire la situation en 1946, ce qui fait intervenir des poujadistes au lendemain de la libration !), le rcit nait en partie desservi lintrt de son sujet.

Mathilde Larrère
( Mis en ligne le 06/05/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)