L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

''Barbouze'' du général
de Pierre Lemarchand
Le Cherche Midi - Documents 2005 /  16 €- 104.8  ffr. / 225 pages
ISBN : 2-7491-0413-0
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Laurent, agrg et docteur en histoire, est matre de confrences lUniversit Bordeaux III et lIEP de Paris. Il consacre ses recherches depuis plusieurs annes aux services de renseignements militaires et policiers aux XIXe et XXe sicles. Il est le fondateur de la section "Histoire & sciences sociales" de Parutions.com.

Le «gorille» tombe le masque ?

En lisant Pierre Lemarchand, on se croirait presque dans un roman de Ponchardier ! Et comme souvent dans les souvenirs de personnages piques ayant vcu des priodes de crise, la ralit dpasse la fiction. Le fait est dautant plus amusant que Lemarchand connut effectivement Ponchardier et que ce dernier, gaulliste de choc, ambassadeur mais aussi inventeur du personnage du Gorille dans les annes 1950, sinspira probablement de leurs aventures communes pour crire ses romans despionnage.

Le point de dpart des souvenirs de P. Lemarchand est en fait son point darrive, savoir la rputation sulfureuse qui prcda lavocat Pierre Lemarchand aprs la guerre dAlgrie. Ce livre est tout entier une dfense de son engagement en faveur de la lgalit rpublicaine pendant ce conflit. Lemarchand fut en effet de ceux qui, aux cts de Lucien Bitterlin et dAndr Goulay, dcidrent de lutter sous couvert dune organisation, le Mouvement pour la coopration (MPC), aprs le putsch davril 1961, pour aider les forces officielles qui essayaient de dfendre lordre et la lgalit dans le climat de violence extrme instaur par lOAS. En dcembre 1961, Lemarchand, ancien rsistant dans le mouvement Dfense de la France, ancien responsable du RPF gaulliste dans la Seine, prit la tte Alger de ces trois cent hommes. Un tiers dentre eux prit sous les coups des militants de lOAS et notamment des commandos deltas. Ceux-ci avaient emprunt Ponchardier le terme de barbouzes pour dsigner leurs adversaires. Ainsi taient nes les Barbouzes que les films dAudiard rendirent encore plus populaires par la suite.

La partie algrienne est la plus intressante dans ce bref ouvrage. Lauteur veille attentivement montrer que ces barbouzes, nemployrent pas les mthodes terroristes de leurs adversaires et quils eurent notamment des liens troits avec la dlgation gnrale du gouvernement en Algrie, avec la scurit militaire ainsi quavec la mission C, regroupant les policiers fidles au rgime. Rapidement dsigne comme une police parallle, lactivit du MPC ne fut pas toujours appuye en mtropole par les autorits, y compris par des gaullistes incontestables. Ce tmoignage, complmentaire de ceux de Lucien Bitterlin (Histoire des barbouzes, 1972 ; Nous tions tous des terroristes, lhistoire des barbouzes contre lOAS en Algrie, 1983) est donc tout la fois une contribution la connaissance de la guerre dAlgrie mais aussi celle du gaullisme.

Aprs 1962, Pierre Lemarchand, li par sa belle-famille Lon Nol, et proche de Roger Frey depuis les annes du RPF, se vit offrir un sige lAssemble nationale. Peu de temps aprs la fin de la guerre dAlgrie, il fut lu dput de lYonne. Mais sa carrire politique et professionnelle fut arrte par laffaire Ben Barka en 1966. Accus davoir protg Figon, il fut radi du barreau et ne se reprsenta pas la dputation. Lauteur parvient sans trop de peine convaincre de son innocence dans cette affaire. Il y a un ct soldat perdu du gaullisme dans ce rcit un peu dcousu.

La reproduction en annexe de sa dposition le 10 mars 1982 devant la commission denqute parlementaire sur le SAC est trs clairante sur le personnage. Bon bretteur, il se dfend pied pied et retourne son avantage une commission qui lui tait hostile. La lgende du barbouze est-elle finalement dissipe ? Partiellement. On voit nettement que lhomme eut subir aprs 1962 les attaques incessantes des partisans de lAlgrie franaise. Il nen reste pas moins quil conserve bien des mystres. Membre prcoce du RPF, ignorait-il totalement lexistence du SAC ? Pourquoi cet engagement dans la fournaise algrienne la fin de lanne 1961 ? Pourquoi ne rien dire dans le livre de lenqute quil mena pour le gnral de Gaulle sur laffaire Markovic, fait confess aux parlementaires en 1982 (p.217) ? Cette dernire plaidoirie de matre Lemarchand pose plus de questions quelle napporte de rponses.

Sébastien Laurent
( Mis en ligne le 03/08/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)