L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Temps Présent  

Former pour réformer - Retour sur la formation permanente (1945-2004)
de Guy Brucy , Pascal Caillaud , Emmanuel Quenson et Lucie Tanguy
La Découverte - Recherches 2007 /  25 €- 163.75  ffr. / 266 pages
ISBN : 978-2-7071-5322-7
FORMAT : 14,0cm x 22,0cm

L'auteur du compte rendu : Mathilde Rembert travaille dans le domaine de la formation professionnelle continue.

Petits arrangements avec l’histoire

Sur la formation initiale, autrement dit lEcole avec un grand E, tout un chacun semble avoir son mot dire. Que lcole maternelle franaise est formidable, que les lves du primaire napprennent plus lire ni compter, quil est temps de renforcer lautorit au collge ou au lyce, que notre universit est une usine chmeurs Les chercheurs aussi sy intressent de prs : il nest que de voir le nombre de compte-rendus relatifs des ouvrages sur lcole sur Parutions.com !

Si lcole, affaire dEtat, passionne, la formation continue, affaire des partenaires sociaux, intresse moins la recherche et le grand public, nous rappelle lhistorien Guy Brucy dans son introduction. La formation professionnelle continue, ne en 1971, est souvent considre comme le lieu dun consensus, un bien universel (selon lexpression de la sociologue Lucie Tanguy), recherch autant par les syndicats de salaris que par les organisations patronales, et dans lequel lEducation Nationale naurait quun rle trs limit. Former pour rformer, fruit dune collaboration entre sociologues, historiens et juristes, apporte une vision plus nuance de lhistoire rcente (1945/2004) en proposant une gnalogie de la formation qui, en faisant ressurgir les conflits et les confrontations des premiers commencements, et du mme coup, les possibles carts, () ractualise la possibilit quil en ait t autrement. (Bourdieu, 1993).

Le rle de lEducation Nationale dans la formation professionnelle continue est assez mal peru. On lui demande souvent de donner des qualifications professionnelles tout en rappelant quelle nest pas lgitime le faire ! Guy Brucy revient sur le rle jou par lenseignement technique dans la formation des adultes. Le CAP est cr en 1919, puis le brevet professionnel. Le premier est cens tablir laptitude commencer exercer la profession tandis que le second tablit la matrise absolue de cette profession. Des inspecteurs, enseignants et chefs dtablissement sont trs lis aux milieux professionnels. Mais les entreprises ne reconnaissent pas forcment les qualifications acquises par leurs salaris en formation.

Si la formation professionnelle continue nest pas vue comme tant laffaire de lEcole (et donc laffaire de lEtat), elle est dans lesprit de tous laffaire des partenaires sociaux. Or cest bien la demande de lEtat que les partenaires sociaux ngocient en 1970. A cette poque, la formation nintresse gure les syndicats de salaris, mobiliss sur dautres sujets plus importants leurs yeux. La formation des salaris est mme parfois mal vue : son but nest-il pas avant tout lamlioration de la productivit ? La CGT soutient ainsi une vision lutte des classes, contrairement dautres syndicats orients vers la social-dmocratie. Finalement, la formation continue est plutt porte par les cadres, qui sont les vrais prcurseurs de la loi de 71.

Dailleurs, quexiste-t-il dans ce domaine avant 1971 ? Beaucoup lignorent ! Pascal Caillaud, juriste, propose un article sur la construction dun droit de la formation professionnelle des adultes entre 1959 et 2004. La loi Astier, en 1919, instaure des cours de perfectionnement pour les salaris dans les tablissements scolaires. Aprs la Seconde Guerre mondiale, en 1946, est raffirme limportance de la formation. En 1959 est promulgue une loi sur la promotion sociale. En 1966, la formation professionnelle est promue au rang dobligation nationale. En 1971 le droit de la formation professionnelle continue se rapproche du droit du travail. (Il est dailleurs intgr dans un des livres du code du travail). Caillaud souligne la spcificit du mode de construction de la formation professionnelle continue : dans un premier temps, les partenaires sociaux ngocient : accord nationaux interprofessionnels de 1970 et de 2003 ; dans un deuxime temps, une loi est cre : lois de 1971 et de 2004, cette dernire marquant pour lauteur une rupture avec les conceptions traditionnelles en droit du travail. Les dispositions du droit du travail, qui visent souvent protger le salari, prsupposent en effet une ingalit de base entre le salari et lemployeur. Dans la loi sur la formation de 2004, salari et employeur apparaissent sur un plan dgalit pour ngocier (le Droit Individuel la Formation en est une nette illustration).

Alors que la notion de formation tout au long de la vie se substitue dans le discours celle dducation permanente, lindividu est de plus en plus considr comme responsable de son avenir : cest lui dinvestir dans sa formation. Cette vision dun individu rationnel est porte, selon Lucie Tanguy, par les thories de lacteur. Bien inform, le salari doit savoir utiliser le systme son avantage. Cette conception escamote les contraintes du travail une poque de chmage de masse, les effets de classe, en un mot, les rapports de force qui pour Tanguy semblent plus que jamais dactualit.

Mathilde Rembert
( Mis en ligne le 01/02/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)