L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Histoire Générale  

Figures animales - Sociétés et représentations - n°27
de Annie Duprat et Collectif
Nouveau monde 2009 /  22 €- 144.1  ffr. / 279 pages
ISBN : 978-2847364521

L'auteur du compte rendu : Claire Aslangul est matre de confrences en civilisation de l'Allemagne contemporaine l'universit Paris Sorbonne (Paris IV). Ses travaux portent sur l'histoire des mouvements artistiques, de la culture populaire et de l'image aux XIXe et XXe sicles.

L’animal, miroir de l’homme

Nos amies les btes sont depuis quelques annes lobjet dun intrt croissant de la part des universitaires, sociologues, anthropologues et historiens surtout. Les ouvrages de Bacot, Baratay et Barbet (LAnimal en politique, 2003) et de Guichet (Usages politiques de lanimalit, 2008), lorganisation en 2007 par lHistorial de Pronne dune exposition sur La Guerre des animaux confirment cette tendance; le succs de la parution rcente, dans une collection grand public, de louvrage de Michel Pastoureau, Le Cochon. Histoire d'un cousin mal-aim (Dcouvertes Gallimard, juin 2009), souligne quant lui lattrait de nos contemporains pour le sujet. Dans la mme veine, aprs des numros sur des thmes aussi varis que le corps, la prison, la caricature, ou encore les figures de gendarmes, la revue transdisciplinaire du CREDHESS (Universit Paris I) prsente cette fois un recueil darticles sur les diverses mises en scne des figures animales dans limage et le rcit.

Comme souvent, larticulation entre iconographie et politique occupe dans ce numro de Socits et reprsentations une place de choix, notamment travers la passionnante analyse de Guillaume Doizy sur la polysmie du porc dans le dessin de presse. Dans les articles ddis au bestiaire des crivains, la dimension politico-sociale est galement trs prsente le Chien jaune de Simenon est ainsi interprt par Lidia Morales Benito comme mtaphore de la crise des annes trente. Les uvres picturales ne sont pas oublies, avec en particulier les intressantes considrations de Jeanne-Marie Portevin sur la mise en uvre par Hans Grundig de figures animales dans ses tableaux et gravures critiques lpoque nazie. La dmarche plus littraire de Stphanie Miech (qui se penche sur le bestiaire des romans fminins lpoque des Lumires), celle relevant davantage de la smiologie dans larticle de Daniel Larang (sur luvre dAlfred Kubin), viennent complter lensemble, et dmontrent si besoin en tait la fois la multiplicit des usages de lanimal dans les productions culturelles, et la diversit des approches possibles pour le chercheur daujourdhui. Lentretien avec Maurice Agulhon sur la signification, pour lhistoriographie, des nouvelles tudes sur le sujet, ajoute un regard critique et englobant tout fait bienvenu, qui met trs nettement en lumire le lien entre lhistoire des animaux et lhistoire des hommes: ainsi, par exemple, lhistorien souligne que la violence contre les btes renvoie exactement la violence contre les hommes; civiliser les hommes, civiliser le peuple passe aussi par un autre comportement vis--vis des btes (p.244).

Passer par le dtour de lanimal sa prsence dans le quotidien des socits, ses symboliques multiples pour comprendre lme des hommes: on peut voir ici lun des fils rouges de ce numro thmatique, qui apparat par exemple directement dans larticle dAgns Sandras-Fraysse lorsque sont voqus les tabous de la cynophagie, de lhippophagie et de lanthropophagie, ou dans les contributions qui soulignent le potentiel critique des images qui soit anthropomorphisent lanimal, soit animalisent lhumain. La question de la violence et de la souffrance, dj au cur des travaux de Maurice Agulhon sur Le Sang des btes au dbut des annes 1980, constitue elle aussi un thme rcurrent: Barbara Denis-Morel sinterroge ainsi sur la pratique du supplice des animaux dans lart contemporain et les limites dune cration qui fait du corps de la bte un simple matriau; plusieurs auteurs questionnent quant eux limpact sur le spectateur des images-choc de dvoration ou dventrement, tout en soulignant que dans la caricature politique, cette iconographie relve paradoxalement dune figuration euphmise de la violence contre lAutre: car lorsque ladversaire zoomorphis est sacrifi, le dessinateur ne fait pas mourir lindividu mais sa version mtaphorique (Doizy, p.35).

Un autre point commun stimulant des diffrents articles rside dans le souci quont les auteurs de replacer leurs tudes de cas dans une perspective plus large; ainsi, pour chaque support envisag, est prsente de manire plus ou moins dtaille une histoire des mises en scnes du thme lanimal, miroir de lhomme. Apparaissent alors au fil de la lecture des constantes quasi-anthropologiques du phnomne, mais aussi des rfrences culturelles nationales spcifiques (par exemple pour lartiste Hans Grundig, qui puise la fois dans la symbolique chrtienne, dans le fonds iconographique de ses contemporains de la Rpublique de Weimar et dans les images de carnaval de lAllemagne mdivale).

Si, comme lannonait Annie Duprat ds lintroduction, on ne saurait faire en quelques articles le tour du sujet (complexe et riche sil en est), ce numro de Socits et reprsentations nen apporte pas moins une bonne synthse des tendances historiographiques actuelles et une contribution stimulante la dfinition de nouvelles problmatiques. Certes, une hirondelle ne fait pas le printemps, mais on peut au moins attendre qu la suite de cette publication, lintrt des chercheurs de toutes disciplines pour les animaux et ce quils nous disent de nous-mmes soit confort et encourag

Claire Aslangul
( Mis en ligne le 21/07/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)