L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Histoire Générale  

Dictionnaire du pamphlet
de Frédéric Saenen
Editions Infolio - Illico 2010 /  10 €- 65.5  ffr. / 190 pages
ISBN : 978-2-88474-019-7
FORMAT : 11,1cm x 17,5cm

Frdric Saenen collabore Parutions.com

Ligne de crête

Frdric Saenen a plusieurs cordes son arc, puisquil est universitaire, pote, et fondateur, avec son complice Frdric Dufoing, de la revue belge Jibrile, aujourdhui en sommeil. Il a collabor de nombreuses feuilles: Cancer!, La Sur de lange, Impur, et officie aujourdhui comme critique littraire pour le Magazine des Livres et, bien sr, Parutions.com.

Ce Dictionnaire du pamphlet parat aux ditions Infolio, dans la collection Illico, laquelle ne se propose dautre but que de rpondre une attente, ou plutt une impatience, celle de connatre un sujet sans tre un spcialiste ni avoir le temps de sy consacrer de manire approprie. Nous resterons donc un peu sur notre faim: le savoir de lauteur et mrit un peu plus despace o se dployer, de mme que les nombreux extraits de pamphlets proposs dans le recueil; quant au propos du livre, il souffre un peu dtre cantonn la France des deux derniers sicles.

Frdric Saenen sefforce tout dabord, dans une introduction efficace, de circonscrire cet objet littraire protiforme quest le pamphlet, avant dgrener lpi bariol des Jupiter Fulgurator de la parole: entre autres, Cline, Sade, Bloy, Barbey dAurevilly, Zola, Chateaubriand, Drumont, Gracq, Pguy, Rochefort, mais aussi Marc-douard Nabe, Alain Soral, ric Naulleau, Pierre Jourde et Jean-Paul Brighelli. Le lecteur aura beau jeu de boucher certains trous : Frdric Saenen na pas dsir dtre exhaustif, ou plutt, ne la pas pu. En ce qui concerne les auteurs contemporains cependant, que lauteur nous permette dtre un peu surpris que des Naulleau et des Brighelli aient attir son attention, lorsquun Maurice G. Dantec, un Gabriel Matzneff, un Alain Badiou ou un Richard Millet ne lont pas fait.

Le pamphlet, selon Frdric Saenen, est une zone mal fame de la littrature: peut-tre parce quon y dlaisse quelque peu la raison pour lui prfrer lmotion, que celle-ci prenne les teintes de la colre, de lindignation, du mpris ou de la haine. Le style y est port son paroxysme; la nuance, que lon considre dordinaire comme le propre de la littrature, est dlaisse au profit du lyrisme et de loutrance. Daucuns voudraient que le style ne soit jamais que le calice de lide; or, larme du pamphltaire, sa preuve, cest son style. Constat terrible, aux implications dcisives pour le langage: le pamphltaire ne serait-il au bout du compte quun thaumaturge vers dans lart de faire passer de la fausse monnaie pour de lor pur? Le pamphltaire, crit Frdric Saenen, manuvre de telle sorte quil doit la fois discrditer la parole adverse et imposer ses vues. Les poses quil adopte (pathos, offuscations, prophtisme, etc.) traduisent les tentatives pour sduire son interlocuteur invisible qui, idalement, devrait entrer en connivence avec le pamphltaire, ou du moins admettre, au vu de sa force expressive, quil dtient la Vrit. Le pamphltaire serait donc, au fond, un sducteur, et son style le vhicule chamarr par quoi il exerce sa puissance. Mais alors, quel rapport la Vrit entretient-elle avec la force expressivequvoque Frdric Saenen ? Est-ce la Vrit qui fonde le style, ou le style qui tmoigne de la Vrit? Comment distinguer la vrit jaillissante dun verbe prostitu? On trouverait presque, dans la fascination exerce par la plume pamphltaire sur le lecteur, quelque chose de religieux: le pamphltaire demanderait au lecteur dentrer, plus encore peut-tre quen connivence, en communion avec lui.

Tantt le lecteur sourit, il acquiesce au rquisitoire ou au plaidoyer, se laisse embarquer de son plein gr, est rendu hilare par tel dtail, telle insinuation, telle saillie; tantt cette haine ltat brut leffare, il seffraye de la radicalit des phrases que ses yeux parcourent, car nest-il pas en train de collaborer par la pense de la dlation, de la diffamation, des incitations au meurtre?, se demande, lucide, Frdric Saenen. Le plaisir du texte peut-il donc tre une sorte de crime? Et existe-t-il quelque chose comme une criture criminelle, pousse-au-crime, et quelque chose comme une lecture complice ? Peut-il y avoir une innocence de la jouissance esthtique lorsque le somptueux est vil? Quest-ce qui nous autorise nous dlecter de linjure, de la violence verbale? Cette jouissance, quel moment se fait-elle acquiescement? Complicit? Collaboration, pour reprendre le terme significatif de Frdric Saenen? Est-il possible dadmirer avec parcimonie? Doit-on sparer, dans une uvre, dans une me, dans une vie, le bon grain de livraie, quitte amputer son admiration, ou au contraire tout prendre en bloc, les splendeurs et les droutes, comme le faisait Napolon avec lhistoire de France? Qui ne sest un jour surpris batifoler dlicieusement dans le marigot dor dun texte bien sale, gonfl dexcs, doutrages au bon sens? Qui aura os se demander si une telle licence tait compatible avec la promptitude avec quoi nous dnonons les complaisances dun adversaire ? Que veut dire doctroyer aux crivains que lon aime, qui nous subjuguent par leur verve, des droits que lon refuse ceux que lon mprise: linjure, la calomnie, la mauvaise foi, la caricature? Qui na jamais mis en sourdine tout ou partie de sa facult de juger, afin de se laisser jouirplus tranquillement ? Oui, il y a sans doute un confort de l'admiration bate, ladmiration soctroyant peut-tre davantage de droits en des poques qui, comme la ntre, paraissent plombes par un mixte dinquisition moralisatrice et de mollesse de cur que nous nous plaisons dfier, serait-ce du fond moelleux dun canap Ikea. Que ladmiration soit ce bel lan dlaiss par l'orgueil vulgaire, dmocratique, et un sentiment reconqurir, ne devrait pas occulter son flirt constant avec lidoltrie. Nous voil donc jouant les funambules sur cette ligne de crte si malaisment praticable entre plaisir du texte et porte des mots voque par Saenen, et ce passionn de Cline parle en connaisseur.

propos de Cline, un point de Frdric Saenen et t intressant, et de faon plus gnrale propos de la querelle dont les pamphlets cliniens constituent vrai dire le point focal, et o se laissent voir deux camps: le parti des littraires, lesquels se complaisent dans la posture de lesthte dsinvolte, du dandy, et prtendent que la morale nintresse jamais que le prosasme bourgeois, pharisien; le parti des politiques, proccup dpurations. Le premier parti, forte vocation de blanchisserie, tient que le style excuse tout, et que sa somptuosit absout ses crimes Les bons sentiments ne font pas de bonne littrature, clament-ils qui mieux mieux, oubliant un peu vite que si la moraline est une plaie, la morale se trouve au cur de maint chef-duvre (qui prtendra que Dostoevski est amoral?). Le parti adverse, plutt port sur lbouage, et dont le grand aeul est le fameux procureur Pinard, se fait fort dexpurger la littrature de ses productions nausabondes, et de transformer celle-ci en rseau de voies dcemment carrossables par lhonnte citoyen. Ce parti considre, juste titre sans doute, que la responsabilit crot proportion du talent, lequel, loin dabsoudre, oblige. Si ladmirateur inconditionnel, lesthte absolu, a parfois des airs de Pilate, laptre de la responsabilit a quant lui tt fait de rallier les ligues de vertu.

Plutt quune rfrence, cest un guide modeste: ainsi Frdric Saenen prsente-t-il son Dictionnaire du Pamphlet. Soit, mais aprs ce modeste panorama, nous attendons une somme, si possible immodeste! Nous appelons donc, en toute simplicit bien sr, les diteurs de France, de Belgique et de Navarre qui nous lisent, bien vouloir confier Frdric Saenen la rdaction dun dictionnaire du pamphlet dot dun peu plus dembonpoint, dans lequel, les coudes franches, il pourra nous en dire plus sur la parole pamphltaire, multiplier les notices et les extraits, et, pourquoi pas, largir sa priode dtude jusquaux temps du prophte Jrmie Ce petit guide est en tout cas une heureuse entreprise, lheure o la parole est dune pusillanimit sans prcdent: il nous rappelle que la France a t dune trempe polmique un peu suprieure celle qui sobserve, ou plutt, ne sobserve pas, dans les grotesques dbats actuels, o lon sempresse de coller ltiquette drangeant sur le front de nimporte quel guignol babillant sa trs rentable incorrection.

Jean-Baptiste Fichet
( Mis en ligne le 07/09/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)