L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Histoire Générale  

Histoire du chômage - De l'antiquité à nos jours
de Yves Zoberman
Perrin 2011 /  22.50 €- 147.38  ffr. / 340 pages
ISBN : 978-2-262-03287-6
FORMAT : 14,2cm x 21cm

L'auteur du compte rendu : Pascal Cauchy est charg d'enseignement l'Institut d'Etudes Politiques de Paris. Il a tudi l'histoire et l'historiographie de l'Union sovitique et le militantisme au sein du Parti Communiste franais. Il collabore plusieurs revues de sciences sociales (Vingtime sicle, Revue d'histoire, Communisme). Il est conseiller ditorial auprs de maisons d'ditions franaises.

Histoire d'un spectre

Pendant des lustres les historiens, quand ils voulaient tudier le monde rural et surtout le monde ouvrier, ont emprunt le chemin de lhistoire du travail. Litinraire tait lgitime dans la mesure o il offrait une norme comme perspective, une dure ralit comme scne sociale. Ainsi, le champ, latelier, la fabrique, lusine donnaient un cadre satisfaisant ltude. Cela permettait aussi de mettre en vidence les diffrentes formes de sujtions, de dominations mais aussi, et pourquoi pas, dmancipation, ainsi poses comme figurent ancestrales des rapports sociaux. Le travail donc, tait un point de dpart et un point darrive de lhistoire de lhumanit. Qui pouvait prtendre le contraire ?

Mais voil que depuis maintenant trente cinq ans, labsence de travail se fait cruellement remarquer. Cela sappelle le chmage. Il tait bien temps quon entreprt lhistoire de lincongru, dautant que laffaire nest pas nouvelle.
Yves Zoberman sy est employ avec talent, srieux et rudition. Il y avait pourtant bien des embches; celle, entre autre, de faire tout dabord une histoire du travail en creux; celles ensuite, plus communes, de faire une histoire, de loisivet pourquoi pas?-, des pauvres et des sans-aveux, de la providence et de la compassion, de la gestion, enfin, dun paramtre conomique appel voluer, sinon disparatre.

Bref, pour traiter un tel sujet, il fallait tout reprendre ds le dbut, c'est--dire depuis lAntiquit et la Bible; puis de l, retracer lhistoire dun phnomne et dun mot qui, peu peu, rend compte du dit phnomne. Une volution se distingue, une chronologie apparat. Dabord, le pauvre est limage du Christ, mme si les brebis ne doivent pas se complaire dans loisivet. Au mitant de lpoque mdivale, les enclosures anglaises renversent radicalement plusieurs sicles dhistoire, les moutons mangent lhomme. Les plus pauvres sont chasss des champs, des nouveaux bocages, provoquant lerrance et menaant mme tout lquilibre conomique et social du Royaume et, de l, celle de lEurope marchande du nord ouest. La guerre de Cent ans, une consquence du nouveau flau? Cest lhypothse de lauteur.

Le second dveloppement urbain qui marque lhistoire de lEurope aux XVe et XVIe sicles dtermine une nouvelle tape. Le chmeur, mendiant, vagabond, sans-aveu, envahit la ville. Les autorits municipales et, en France, lEtat, ne peuvent se dsintresser ce cette population de misreux. En 1516, il y aurait 30000 mendiants dans les murs de Paris. Ds lors, la lutte contre linactivit va prendre un tour indit. Aprs le secours de lEglise, avant la rpression des polices, laide conomique fait son apparition. Cest en Aragon que Juan Luis Vives en 1523 tente dorienter le don et laide, et imagine dj lorganisation de la prvoyance et du secours.

Bien entendu, des solutions plus expditives existent, le renfermement bien connu, le travail forc aussi. Mais lvaluation conomique de loisivet fait son chemin. En Angleterre, le chmeur devient un concurrent potentiel et, sous Elisabeth, on hsite entre le laisser faire et lenfermement laborieux.
Le pauvre mystique a disparu de lhorizon. La Rforme na pas cherch le retenir, ni Luther, ni Calvin. Au XVIIIe sicle, lutilit sociale des sans ouvrage devient presque un lieu commun. Lmancipation de lhomme ne se conoit pas sans travail encourag par linitiative individuelle, il suffit dabroger les obstacles, privilges et autres vielles lunes, pour que mme les plus pauvres puissent vivres de leur travail. La loi Le Chapelier de 1791 est le produit de cette philanthropie nouvelle au service de lindustrie, du commerce et des plus pauvres.

Avec le sicle de la Rvolution industrielle, le chmage entre lui aussi, dans un autre ge. Dsormais, la question est: le chmage est-il un problme de lindustrie? La fatalit, consquence des famines et des pidmies, ne joue plus gure de rle dans laffaire. On parle de cycle et donc, de rsorption. Le chmage est un mal passager, et mme saisonnier, la campagne. Tous sont daccord, Malthus, Smith, Villerm, Marx Ds lors, des solutions existent. Les pouvoirs publics sont appels grer la transition et organiser la disparition de loisivet conomique. Aux solutions empiriques et durgence, comme les Ateliers nationaux de 1848, succdent les politiques plus perfectionnes, en Allemagne, en Belgique, en Suisse, un peu partout ds lors que la fivre statistique sempare des administrations. Mais les recettes anciennes subsistent, comme ces colonies industrielles dont la premire fait son apparition en Westphalie en 1882, pendant original des colonies agricoles.

Le chmage nen disparait pas moins. Le chmage ou les chmeurs? Si lon admet que le sans travail nest pas simplement le jouet malheureux de la fortune ou un paresseux, il faut donc mieux le dfinir. En 1909, Max Lazard tente une premire esquisse. Si les statistiques donnent le vertige qui voudrait faire prendre en charge la socit la masse des sans travail, peut-tre une analyse plus proche de la ralit sociale du chmage est-elle prfrable. A partir de ce moment, avec des outils plus fins, les Etats peuvent commencer imaginer une politique de prvoyance, puis une politique dassurance. De plus, la science conomique en plein essor tisse des liens entre chmage, salaire (bien sr), prix et mme pargne, les classes moyennes sont directement touches, et, tout cela dans un contexte international ouvert et tendu. Dcidment, le chmage coute plus cher quil ny paraissait (le 24 juin 1340, cest la dfaite maritime de lEcluse dans les Flandres, le 2 juin 1940, cest Dunkerque). Aprs 1945, le monde occidental se prend rver, ou plus exactement il relgue aux accessoires des mauvais songes le chmeur. Tant et si bien que le consensus est au plein emploi. Le chmage cesse dtre une variable conomique dajustement. Aprs 1974, le rveil, en particulier en France, sera douloureux.

Ainsi, en six chapitres particulirement bien charpents, Yves Zoberman retrace dune belle plume, lhistoire dun spectre qui, comme le communisme, hante le monde. Il fallait plonger dans les profondeurs du pass, fouiller les textes, solliciter les faits les plus inattendus. Bref, il fallait de laudace et de limagination pour imposer un tel sujet dhistoire. Sans doute les spcialistes de telle ou telle priode, de tel ou tel domaine, ny retrouveront pas tout leurs petits. Pour notre part, quelques mots sur le monde communiste auraient t les bienvenus. Mais, peu importe, une solide rudition, des rfrences riches, une capacit poser des questions suffisent la cohrence de lensemble et faire de ce livre une rfrence sur le sujet.

Pascal Cauchy
( Mis en ligne le 13/12/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)