L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Histoire Générale  

Censure, autocensure et art d'écrire
de Jacques Domenech
Complexe - Interventions 2005 /  39.90 €- 261.35  ffr. / 375 pages
ISBN : 2-8048-0028-8
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu : Rmi Mathis est lve l'Ecole Nationale des Chartes. Il prpare une thse sur Simon Arnauld de Pomponne sous la direction d'Olivier Poncet (ENC) et Lucien Bly (Paris IV).

Est-il interdit d’interdire ?

La censure en littrature a t et demeure une ralit ; que ce soit une censure religieuse reposant sur le Nihil obstat et lIndex (ou encore aujourdhui les fatwas de certaines autorits musulmanes) ou un contrle tatique comme le systme de lapprobation et du privilge sous lAncien Rgime, quil sagisse dune censure pralable ou dun contrle a posteriori, la censure a marqu la production de livres, leur rception dans le public et la vie intellectuelle depuis lAntiquit. Elle nest pas forcment morte aujourdhui mme si ses formes ont chang : elle repose de nos jours sur le respect de lindividu et sest privatise.

Pourtant la censure nest pas que ngative. Elle a mme des effets paradoxaux puisquil ny a pas de nos jours de meilleure publicit que davoir t censur (les Versets sataniques de Salman Rushdie en sont un bon exemple mais Marmontel en tait dj conscient en sortant de la Bastille). Lautocensure elle-mme nest pas seulement un moyen dchapper une ventuelle future censure ou une intriorisation des interdits, mais devient un vritable jeu avec le censeur et aussi avec le lecteur. A tel point que lon peut se demander dans quelle mesure la censure na pas t moteur de ldition et catalyseur de la lecture. En contraignant les individualits, elle les structure et les met en valeur.

Le plan que suit le livre est la fois chronologique et thmatique. La premire partie consiste en une tude assez large des origines de la censure de lAntiquit au XVIIe sicle en tudiant la fois la censure dans la production et dans la rception des uvres. Lon remonte ainsi aux origines de la censure avec une approche juridique de cette dernire Rome (E. Micou) avant de sintresser la rception des uvres dAristote au Moyen-ge (I. Vedrenne) ou, au Grand Sicle, aux diverses versions du Don Juan de Molire (O. Bloch) et lapparent badinage de La Fontaine (M. Bernsen). La seconde partie opre un gros plan sur une priode charnire : le sicle des Lumires, que ce soit en France, en Italie ou au pays basque. Cette priode est celle o l'on commence dnoncer une censure qui sorganise mieux (F. Weil) et surtout o lon joue avec elle pour la dtourner ou la contourner, comme dans le cas de Voltaire (C. Lavigne). Mais la censure ne provient pas forcment dun pouvoir suprieur : cest Walpole, son correspondant, qui agit sur la correspondance de Mme du Deffand pour la modifier (H. Krief) ; Saint-Simon lui-mme sautocensure quant ses ides politiques (M.-P. De Weerdt-Pilorge).

Enfin la troisime et dernire partie a trait la censure au XXe sicle quand les interdits des autorits religieuses saffaiblissent en Occident (J.-M. Seillan) ; la contrainte vient alors plus de considrations politiques et surtout socitales et conomiques (M. Couturier). La mode tant aux auteurs maudits et qui ont subi les foudres de la censure, cest aussi loccasion pour Jacques Domenech de remettre les pendules lheure vis--vis de personnes qui se prtendent spcialistes de Sade en commettant dnormes contresens sur son uvre (P. Sollers, Sade contre ltre suprme, Paris, 1996).

Le livre est issu dun sminaire du Centre transdisciplinaire dpistmologie de la littrature (CTEL) de lUniversit de Nice. Il sagit donc dun recueil de diverses contributions dont les auteurs viennent de toute la France mais aussi dAllemagne ou du Canada. On y rencontre des chercheurs parmi les meilleurs spcialistes de la censure tels Olivier Bloch ou Franoise Weil.
Lentreprise peut paratre trs large tant dans les priodes (de lAntiquit romaine Emmanuelle) que dans les problmatiques voques. La transdisciplinarit peut tre une vertu mais le risque est que le livre devienne une sorte de fourre-tout. Cest dailleurs partiellement le cas, tant dans la longueur des contributions (de 4 20 pages) que dans le niveau de leur rflexion. Cest alors lintroduction de donner une cohrence au volume. Jacques Domenech sy emploie mais on pourrait peut-tre regretter que cette introduction ne se livre pas une rflexion plus approfondie sur la notion mme de censure. Cette dernire nexiste pas dans un monde thr et invariant : chaque priode, chaque civilisation possde ses propres rgles. Est-il possible ds lors dcrire un livre stendant sur une aussi longue priode en feignant de croire que la censure existe en soi et que celle du XVIIe sicle est semblable celle qui svit de nos jours ? On aurait peut-tre aim que chaque auteur tente plus longuement de se rattacher au questionnement et la rflexion commune, mme si chaque article, pris isolment, est intressant et stimulant.

Quant la prsentation matrielle, les ditions Complexe nous fournissent un volume dassez grand format qui rend la lecture agrable. On regrettera seulement, comme trop souvent, labsence dindex et le fait que les notes soient renvoyes en fin de chapitre. Ce recueil constitue donc un ouvrage intressant qui nous offre une rflexion trs large sur la censure et les problmatiques sy rattachant, confronter avec un autre volume sur le mme thme mais la problmatique diffrente qui vient de sortir chez CNRS ditions : Gense, censure, autocensure sous la direction de Catherine Viollet et Claire Bustarret.

Rémi Mathis
( Mis en ligne le 16/05/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)