L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Histoire Générale  

La Folle sagesse
de Catherine Pinguet
Cerf - Patrimoines Islam 2006 /  19 €- 124.45  ffr. / 128 pages
ISBN : 2-204-07801-8
FORMAT :  14,5cm x 23,5cm

L'auteur du compte rendu : Professeur de Lettres Classiques dans les Alpes-Maritimes, Sylvain Roux est l'auteur, chez LHarmattan, de La Qute de laltrit dans luvre cinmatographique dIngmar Bergman Le cinma entre immanence et transcendance (2001).

Un commun éloge du déraisonnable

En Occident, le christianisme sest constitu comme une religion centralise qui sest dveloppe partir dune structure pyramidale la tte de laquelle sige le pape ou vque de Rome. Cette centralisation de lautorit s'est accompagne de llaboration dun discours religieux dogmatique, de la constitution dune ortho-doxie (opinion droite, en grec) devant simposer tous sous peine de condamnation pour hrsie, et dune tho-logie conue comme science spculative et rationnelle de Dieu de Saint Augustin Saint Thomas dAquin. Mais en Orient, terre dorigine du christianisme, ce dernier sest progressivement distingu par labsence dautorit unifie, une troite relation avec lEtat et une tradition la fois liturgique et mystique. Cette dualit du christianisme rend compte des tensions internes qui ont conduit au schisme de 1054 et qui perdurent encore aujourdhui. Ainsi, aux yeux de la curie romaine, les expriences religieuses orientales qui dbordent la connaissance de Dieu fonde sur la raison et les pratiques htrodoxes qui excdent les cadres du cheminement spirituel canonique, sont souvent passes pour des extravagances, des marques dorgueil ou mme des symptmes de troubles mentaux.

Dans son court et brillant essai La Folle sagesse, Catherine Pinguet se propose de rendre justice la pense mystique venue dOrient en donnant la parole ces fous pour le Christ qui contrefaisaient la folie et aux stylites qui, perchs sur leurs colonnes, exposaient leurs corps mortifis. Ce mysticisme oriental ne sest pas limit au christianisme : lIslam a galement connu ses ravis de Dieu et ses religieux qui, en marge du soufisme, nont pas hsit transgresser le dogme et la Loi pour vivre leur immersion extatique en Dieu. Cest pourquoi ltude traite dun ensemble dexpriences religieuses et potiques aussi bien musulmanes que chrtiennes qui ont en commun leur mergence en Orient et leur arrachement une foi trop raisonnable.

La premire partie Folles sagesses vcues en terre dOrient expose en deux chapitres les manifestations de la folle sagesse au cur du christianisme et de lIslam en Orient. La folle sagesse des chrtiens trouve sa source dans la moria paulinienne qui dsigne la folie de la crucifixion : Le langage de la croix, en effet, est folie pour ceux qui se perdent, mais pour ceux qui sont en train dtre sauvs, pour nous, il est puissance de Dieu, crit Paul (1 Co 4, 10). Il sagit dopposer la docte sagesse du monde et le scandale de lvnement christique. Ds le IVe sicle, la figure du salos, du saint qui simule la folie pour lamour du Christ, se manifeste dans le milieu cnobitique gyptien. Qute de sanctification personnelle ou ascse tourne vers lamour du prochain (au VIe sicle, Symon dEmse, en Syrie ; labb Ammon ; Srapion le Sindonite), cette attitude relve dune spiritualit anticonformiste, voire marginale, tendant labaissement total, et dun apostolat peru comme draisonnable.

Paralllement la folie de Dieu, lOrient connut une forme singulire dasctisme : celle dhommes qui lirent domicile au sommet dune colonne le stylisme (en grec colonne se dit stylos). Ces stylites, la fois morts la vie dici-bas et au cur de celle-ci, vnrs par la foule, avaient foi dans la valeur de llvation spirituelle et dirigeaient les consciences des plerins. Le moine syrien Simon, au Ve sicle, initia cette mortification ciel ouvert, bientt suivi de Daniel, Simon le Jeune, et de bien dautres. Si ces fous de Dieu et ces anachortes ont connu une postrit rayonnante en Russie (les yourodivy), Catherine Pinguet met en vidence les rticences et les rsistances que lOccident leur a opposes. Malgr lessor, au XIe sicle, de lidal rmitique, et la sainte folie des Franciscains au XIIIe sicle, lautorit pontificale se tint distance la fois de la volont de dnuement total et de la folle sagesse. Le christianisme occidental ne vit pas natre une thologie de la folie du Christ et de la Croix (p.36). Et la vogue que connat le thme de la folie la Renaissance ne doit pas faire illusion : La Nef des fous de Sbastien Brant, lEloge de la folie dErasme ou luvre de Rabelais indiquent comment lhumanisme, en discourant sur la folie, cherche la tenir distance (p.34), occulter sa dimension tragique et irrationnelle (Idem).

LOrient a galement vu spanouir des folies divines musulmanes. Lauteur, lencontre dune longue tradition qui insiste sur les conflits entre le christianisme et lIslam naissant, entend rvler les changes, les gestes conciliateurs qui poncturent ces sicles au cours desquels chrtiens et musulmans vivaient troitement mls (p.45). Le fou damour ou madjnun, personnage du Persan Nizami qui crit au XIIe sicle, est une cration potique qui ne tarda pas, travers la mutation de la folie amoureuse en folie divine, signifier lme en qute du dsir parfait, lamant mystique. Les ravis de Dieu ou meczubs dsignent les mystiques qui contrairement aux disciples soufis, accdent Dieu sans initiation et par-del les institutions parce quils sont ceux que le Dieu de vrit Trs Haut a attirs lui (p.52). Le meczub vit au milieu de la foule sans la guider et, limage des fous pour le Christ, est reprable ses extravagances. Au IXe sicle, la mystique musulmane voit natre le mouvement appel la Voie du blme (p.54) dont les adeptes ont une rgle de conduite aux antipodes des comportements des ravis de Dieu : lincognito est leur principale devise qui suppose de tenir cache leur condition spirituelle. Le cheminement de ces hommes du blme ou melamis, oppos la Voie du soufisme, se caractrise par la recherche de la mauvaise rputation, la limite de lexposition des sanctions : le secret et la dsapprobation garantissent leur accomplissement spirituel. Enfin, les derviches htrodoxes ou qalandars tmoignent dune forme de folle sagesse marque par la marginalit, lerrance et lagissement hors des normes en vigueur (p.59) ce qui attirait sur eux la rprobation de llite.

La deuxime section Paroles extatiques suivi de La posie comme espace de libert regroupe deux chapitres consacrs la posie mystique qui puise ses sources dans la folle sagesse. Catherine Pinguet prsente dabord la riche littrature (p.67) produite par le soufisme qui, rebours de lorthodoxie, conoit comme possible et dicible lunion intime avec Dieu. Cette exposition est dautant plus passionnante quelle rend accessibles des textes magnifiques souvent mconnus et traverss par une parole indissociablement mystique et potique. Refusant lantinomie entre raison et folie, cette littrature est constitue de paradoxes inspirs (p.68). Parmi les potes derviches dAnatolie, "Yunus Emre [mort en 1329], le prcurseur" (p.78) et surtout Kaygusuz Abdal [XIVe XVe sicle], le sans souci (p.84) font lobjet danalyses rigoureuses qui dvoilent la beaut blouissante de leurs uvres, pourtant destines nourrir de leur antidogmatisme et de leur dlire suprieur la sagesse populaire.

Cet anti-litisme de la posie mystique en terre dIslam constitue pour lessayiste un point de rencontre essentiel entre ces auteurs musulmans et les potes mdivaux du non-sens (p.101). LOccident a connu, ct de la tradition savante, une culture populaire : la littrature des exempla et le genre fatrasique apparu au XIIIe sicle et renvoyant des pices de vers caractrises par leur illogisme parfaitement matris. Or, libre de sa fonction expressive immdiate et fonde sur lautonomie des mots, cette fatrasie ressemble singulirement au tekerleme et aux pomes de Yunus Emre et de Kaygusuz Abdal (p.103). Et de faon trs originale, Catherine Pinguet se propose de dterminer la nature de la proximit entre la postrit de ces uvres fatrasiques, savoir la posie surraliste du XXe sicle, et les uvres des derviches htrodoxes dAnatolie. De cette faon, elle tablit, par-del lespace et le temps, un rapprochement trs suggestif entre des crations potiques animes de la puissance du non-sens.

La Folle sagesse est un essai la fois personnel et rigoureux qui, outre le fait de rvler des uvres aussi admirables quignores, a un immense mrite : lheure o nombre douvrages svertuent exacerber les antagonismes entre chrtiens et musulmans, il rvle que le clivage pertinent nest pas celui qui a trait aux spiritualits du christianisme et de lIslam, mais plutt celui qui traverse lOccident chrtien et lOrient islamo-chrtien. Tenue pour suspecte par lEglise occidentale, limaginatio vera qui nourrit la folle sagesse dpasse les confessions religieuses au point que les voies spirituelles et potiques des chrtiens et des musulmans dOrient se rejoignent dans un commun loge du draisonnable.

En ce sens, cette tude constitue une invitation, pour nous, Occidentaux rivs la raison devenue instrumentale, accueillir le souffle mystique dun dlire qui, au-del de toute connaissance et de toute foi, sapparente une folie damour.

Sylvain Roux
( Mis en ligne le 21/03/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)