L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Histoire Générale  

L'Invention du peuple - Chroniques de Roumanie et d'Europe orientale
de Claude Karnoouh
L'Harmattan - Les Pensées libres 2008 /  36 €- 235.8  ffr. / 410 pages
ISBN : 978-2-296-05859-0

L'auteur du compte rendu : agrg dhistoire, Nicolas Plagne est un ancien lve de lEcole Normale Suprieure. Il a fait des tudes dhistoire et de philosophie. Aprs avoir t assistant lInstitut national des langues et civilisations orientales, il enseigne dans un lyce de la rgion rouennaise et finit de rdiger une thse consacre lhistoire des polmiques autour des origines de lEtat russe.

Penser le nationalisme

LInvention du peuple. Chroniques de Roumanie avait t publi une premire fois en 1990 Paris par Arcantre, dans la collection Mmoires et identits avec le concours du Centre National des Lettres. Presque vingt ans aprs, LHarmattan rdite ce beau livre qui tait puis depuis longtemps, et pour loccasion son auteur, Claude Karnoouh, en donne un texte augment. Voil une trs bonne chose car louvrage est sans doute un des plus clairants quon puisse lire sur la Roumanie et peut-tre sur lEurope centrale en gnral, un livre dailleurs dont les connaisseurs de ces contres trouvent gnralement les analyses aussi pertinentes et parfois vraiment puissantes que les descriptions et tmoignages personnels potiques et habits dun esprit dune attention rare aux hommes, aux paysages et aux choses.

Claude Karnoouh connat bien la Roumanie et lEurope centrale, quil a souvent traverses et longtemps habites en vritable ethnologue de terrain, mais cest un ethnologue qui sait que le terrain nest pas tout: que si les concepts sans intuitions sont vides, les intuitions sans concepts sont aveugles (Kant), quil faut faire leffort de penser lexprience autant que cest possible, sans plaquer le prt--penser universitaire dominant et que cela demande non seulement quelque prparation intellectuelle mais un esprit foncirement ouvert, la fois empirique, critique et constructif. En somme une formation en un sens jamais termine, qui consiste lire et reconnatre les meilleurs auteurs et se laisser inspirer par eux avec discernement.

Chercheur au CNRS de 1968 2005, dabord spcialiste de la ruralit franaise lpoque de la fin des paysans, C. Karnoouh sest consacr une marge de loccident dvelopp: le monde des campagnes carpatiques des annes soixante-dix au moment o la modernisation porte par la communisme (oui, le communisme est une des voies du moderne et nest pas un archasme malgr une certaine vulgate) le dstabilisait et prparait sa disparition programme. C. Karnoouh fait partie de ces ethnologues qui, dans les annes soixante, ont pris lEurope pour sujet de leur enqute et ont considr que lanthropologie y avait non seulement ses archaques et sauvages si l'on veut (dailleurs mpriss par les bureaucrates et autres modernes de la technostructure et du snobisme petit-bourgeois urbain) mais que ces derniers taient comme les primitifs des tres porteurs dun enseignement sur leur destin et sur le ntre (la Modernisation comme succession de crises et de dstabilisations du corps social appel se faire plus plastique et flexible au nom de lefficacit dun systme techno-scientifique anonyme).

LEurope orientale retarde tait ainsi (et reste encore parfois) un conservatoire dun autre temps (un peu notre ancien rgime ou notre Moyen ge par moments) et le terrain dune mise distance euristique de la socit dveloppe post-moderne. Pour entrer dans ce monde, o il sest immerg lors de sjours longs et rpts en hte respectueux et en observateur attentif, C. Karnoouh a appris la langue et la culture populaire de cette Roumanie mais aussi lhistoire du pays. Sachant ou comprenant de mieux en mieux que rien ne pouvait remplacer lengagement existentiel et personnel (lamiti, la confiance, le partage) et que lexprience dont il sagissait serait radicalement trompeuse si, au nom dune objectivation scientifique nave (chosifiante), elle passait ct de lessentiel: lhumanit et lhistoricit communes lobservateur et lobserv (qui est aussi son regard sur nous, sujets de la socit de consommation et de communication, arrogants modernes souvent cyber-gdons et turbo-bcassines selon le mot du regrett Gilles Chtelet).

Cette exprience vcue, un tournant dans son existence, C. Karnoouh en a fait un moment de relance de son travail dcriture (8 livres, plus de 300 articles et essais) et denseignement. De 1991 2003, il a t dtach au dpartement de philosophie de Cluj-Napoca o il enseigna lanthropologie et la philosophie politiques. Professeur associ lINALCO (LanguesO), il a aussi enseign lUniversit et au Collge post-universitaire Szchenyi de Budapest et, depuis 2005, il est professeur invit lInstitut des Sciences politiques de lUniversit Saint-Joseph de Beyrouth. Mais ce curriculum vitae compte moins pour le lecteur que la valeur de luvre.

LInvention du peuple permet dabord de penser la Roumanie de lintrieur et non de la juger par rapport nous avec nos repres. De distinguer sa population et sa socit de ses dcideurs et de sa faade mdiatique, misrabiliste ou corrompue et pseudo-dmocrate. Il y a l un exercice sain de populisme au bon sens du terme: dattention respectueuse pour la vie du peuple, de comprhension gnreuse de sa culture. Lcart entre nous et eux implique aussi de revenir lhistoire, la stagnation de cette priphrie dancien rgime, aux marges de lempire ottoman et de la Russie, un monde de paroisses paysannes et de boyards, orthodoxe, trs loin de lthique protestante du capitalisme, de laccumulation du capital, de lEtat, qui forme sa nation tardivement et o la science et la technique ne peuvent tre (m-)comprises que dans le cadre dun systme chrtien pr-galilen.

Avec une grande sensibilit humaine et littraire, lauteur nous replonge dans ce pass qui achve sa course dans lindiffrence. Le communisme a consist en grande part intgrer cette vieille socit un systme plus moderne productiviste et national-tatiste avec un mlange de violence dstructurante et de difficult, insurmontable souvent, rduquer profondment la population. Si le peuple rsiste passivement, cest aussi quon ne fait pas ce quon veut avec les mentalits et quil y a une paisseur de la tradition, une vie de lesprit et une histoire culturelle quon ne peut brusquer sans catastrophe. Le communisme a voulu tre ce rattrapage acclr et il a atteint ses limites: celles de lhumanit en gnral et des conditions historiques de la rgion, non celles de peuples ou "races infrieures".

Impossible de rsumer ici ce livre trs riche et les dveloppements de ses chapitres. Il y a un vrai style, une criture fine, travaille, la tentative de traduire un mlange dexprience vcue et de pense, les rminiscences dauteurs admirs (Chateaubriand, Nietzsche, Marx, Heidegger, Malinowski, etc.). Le chapitre sur la visite de Bucarest, le nouveau et lancien, est sans doute la meilleure description de cette ville depuis des dcennies. C. Karnoouh est un analyste et un mmorialiste. Les amateurs dhistoire littraire, intellectuelle et philosophique roumaine y apprendront beaucoup. Un des intrts de ce livre est qu'il tudie la gense psycho-sociale et surtout "imaginaire" (l'invention idologique) du nationalisme par des intellectuels qui inventent une histoire imaginaire d'une "nation" aux origines les plus nobles et archaques possibles par des ruses logiques et des raisonnements typiques du nationalisme: c'est "l'invention du peuple", un phnomne moderne, la Roumanie tant un cas priphrique de ce phnomne, imitant largement les pays occidentaux et l'Allemagne o il a commenc plus tt.

Lauteur persiste et signe vingt ans aprs: la postface de 2008, avec ironie et un brin de polmique (utile), un peu de nostalgie aussi, justifie la rdition du livre et maintient une attitude de dignit de vie et de srieux de la pense, de respect non-dmagogique devant le peuple de Roumanie face aux volutions opportunistes et au carririsme de dirigeants et intellectuels qui se sont drouls dans le mme temps.

Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 30/09/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)