L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Biographie  

Kurt Gerstein - L'ambiguïté du bien
de Saul Friedländer
Nouveau monde 2009 /  19 €- 124.45  ffr. / 221 pages
ISBN : 978-2-84736-473-6
FORMAT : 14cm x 22,4cm

Postface de Lon Poliakov

L'auteur du compte rendu : Matthieu Lahaye est professeur agrg et poursuit une thse consacre au fils de Louis XIV sous la direction de Jol Cornette.


Dieu, mon père et Hitler

La vie de lofficier SS, Kurt Gerstein (1905-1945) est maintenant bien connue du large public, moins peut-tre parce quil a fait lobjet dune tude mene par lun des grands spcialistes de lAllemagne hitlrienne, Sal Friedlnder, en 1967, que par le film de Costa Gavras, Amen, trs largement inspir de ce destin hors du commun. Le succs des Bienveillantes de Jonathan Little a sans doute fortement encourag la rdition de ce livre qui mle, la manire de Friedlnder, approche historique et psychologique. Fond principalement sur le rcit que Gerstein fit de sa vie avant de se suicider dans sa prison, le 25 juillet 1945, ce livre permet de mesurer une fois encore combien le nazisme avait russi devenir une composante essentielle du psychisme de bien des Allemands.

Comme souvent dans la vie dun grand nombre de dignitaires ou compagnons de route du nazisme, lhistoire de Gerstein, n en aot 1905 Mnster, commena par une dsillusion: le manque daffection de ses parents. Aux absences de la mre sajoutrent la froideur dun pre, prototype du bourgeois prussien. Patriote et engag volontaire dans la Premire Guerre mondiale o il perdit un fils, Ludwig Gerstein tait pleinement en accord avec les ides de sa gnrationqui avait rig lobissance la hirarchie en valeur cardinale. Alors quen France, la Rpublique colonisait les imaginaires par des ides aussi gnreuses que lgalit, la fraternit et la libert, le militarisme allemand dveloppait des rves de grandeurs et de puissance aux dpends de ses voisins. Comme il lcrit son fils en aot 1944 : Tu es soldat, fonctionnaire, et tu dois obir aux ordres de tes suprieurs. Nulle trace dans cette phrase de lesprit de raison qui avait prsid aux Lumires et irriguait encore llite cultive franaise grce la lecture de Voltaire. De cette Weltenschaung terrifiante, dont Ludwig Gestein se fit laptre auprs de son fils, sortit la folie hitlrienne.

Mais heureusement pour lui, Gerstein fut aim par une bonne, par ailleurs trs religieuse. Pour sauver limage trs dgrade quil avait de son pre et donc de lui, il dveloppa un intense dialogue avec Dieu, pens comme une parent spirituelle capable de reconstruire un amour propre. Trs investi dans lglise protestante en mme temps que membre du NSDAP ds 1933, ce croyant vcut trs douloureusement les conflits entre les deux. Gerstein sopposa un groupe de protestants, les chrtiens allemands, partisans dune soumission totale Hitler au prix dun dnigrement de lAncien Testament et de ladoration du veau dor, en loccurrence linstauration dans les glises dun culte du Fhrer. Cela lui valut dailleurs une exclusion du parti en 1936 et mme une peine demprisonnement.

Install dans un conflit destructeur entre les valeurs dveloppes par son pre et largement reprises par le Fhrerprinzip de Hitler et son attachement aux valeurs de son pre spirituel, Kurt Gerstein demeurait un homme tourment. Aprs sa libration, il dclara la guerre son pre et au rgime nazi en essayant de dnoncer les forfaitures du rgime. Il crit ainsi une poignante lettre son oncle exil aux tats-Unis: Dans son esprit totalitaire, le national-socialisme entend accaparer et dominer entirement lhomme jusquau plus profond de son tre. Lorsquen 1940, il entend des responsables ecclsiastiques voquer les rumeurs qui courent sur leuthanasie systmatique des malades mentaux, il se dcide sengager dans la Waffen SS afin de tmoigner des horreurs qui y sont commises.

Comment comprendre cet engagement? Comme un acte dhrosme? Pas seulement, explique Sal Friedlnder. Ntait-ce pas en effet un bon moyen de rester fidle son pre et son alter ego, Hitler, en mme temps qu Dieu qui il devait la vrit sur ces massacres dinnocents ? Avec de telles questions, lhistorien donne une paisseur bien suprieure Kurt Gerstein, le plaant non pas comme Maximilien Aue, le hros des Bienveillantes, dans une alternative manichenne face aux Bien et Mal, mais bien dans une zone grise o ltre touche aux limites des principes qui le structurent, dans une ambigut, pour reprendre le titre de louvrage.

Sa formation dingnieur et de mdecin permit Kurt Gerstein den savoir peut-tre plus quil ne laurait souhait ou quil ne pouvait le supporter. Responsable du service dhygine de la SS, il tait charg de la production de lacide prussique, familirement appel le Zyklon B, utilis pour lextermination des Juifs Auschwitz. Terrifi par lindustrie de mort hitlrienne, il fera tout pour en avertir les allis par le biais de la Sude dabord, puis de lglise catholique. Sans succs vritable! Les allis reurent linformation de Gerstein, mais leurs objectifs taient ailleurs: gagner la guerre et retarder lavance des bolcheviques.

Terrass par un conflit intrieur quil ne matrisait plus, par des contraires irrconciliables, la tentation de la saintet et leffondrement ritr de limage du pre, accentu encore par la faillite morale du rgime dHitler, Gerstein mit fin ses jours, en juillet 1945, peu de temps aprs son arrestation. Il mit un terme ainsi la discussion commenc avec ses pres, quittant le premier pour rejoindre dfinitivement le second. Disons seulement que cette enqute est une pice supplmentaire verser linfinie tude de la complexit de la nature humaine. Il sera utilement complt par un livre dune qualit encore suprieure de Gitta Sereny : Au fond des tnbres: un bourreau parle, Franz Stangl, commandant de Treblinka, (Denol, 2007 [1er dition 1977]).

Mathieu Lahaye
( Mis en ligne le 18/05/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)