L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Biographie  

Robespierre - La probité révoltante
de Cécile Obligi
Belin - Portraits 2012 /  20 €- 131  ffr. / 160 pages
ISBN : 978-2-7011-5331-5
FORMAT : 13,5cm x 21,5cm

L'auteur du compte rendu : Alexis Fourmont a tudi les sciences politiques des deux cts du Rhin.

Robespierre revisité

Quel est le but o nous tendons? La jouissance paisible de la libert et de lgalit; le rgne de cette justice ternelle, dont les lois ont t graves, non sur le marbre ou sur la pierre, mais dans les curs de tous les hommes, mme dans celui de lesclave qui les oublie, ou du tyran qui les nie.

Cest ainsi que 18 pluvise an II, i.e. le 5 fvrier 1794, Robespierre rendit compte des principes directeurs de la politique quil menait. Prcisant plus avant sa pense, il continua en affirmant fonder un ordre de choses o toutes les passions basses et cruelles soient enchanes, toutes les passions bienfaisantes et gnreuses veilles par les lois; o lambition soit le dsir de mriter la gloire et de servir la patrie.

Et lIncorruptible de poursuivre quil entend substituer la morale lgosme, la probit lhonneur, les principes aux usages, les devoirs aux biensances, lempire de la raison la tyrannie de la mode, le mpris du vice au mpris du malheur, la fiert linsolence, la grandeur dme la vanit, lamour de la gloire lamour de largent, les bonnes gens la bonne compagnie, le mrite lintrigue, le gnie au bel esprit, la vrit lclat, le charme du bonheur aux ennuis de la volupt, la grandeur de lhomme la petitesse des grands, un peuple magnanime, puissant, heureux, un peuple aimable, frivole et misrable, cest--dire toutes les vertus et tous les miracles de la Rpublique, tous les vices et tous les ridicules de la monarchie (p.105).

Bref, pour lui, il sagissait non seulement dtablir le rgime rpublicain sur les dcombres de lancien rgime, mais encore de crer un homme nouveau. Le dessein jacobin tait donc tout fait promthen. De surcrot, lambition de Robespierre dpassait le cadre strictement national. Elle tait universaliste, comme lcrit Ccile Obligi dans sa belle tude sur lIncorruptible, intitule Robespierre. La probit rvoltante.

Dans cet ouvrage rcemment paru aux ditions Belin, l'auteur, conservatrice la Bibliothque nationale de France, sinterroge sur la trajectoire tout le moins insolite de Robespierre. Comment un jeune avocat promis une carrire locale des plus traditionnelles a-t-il t propuls sur le devant de la scne politique nationale? Pourquoi cristallise-t-il aujourdhui encore lessentiel du ressentiment contre la Terreur et plus largement contre la Rvolution franaise? Si sa mauvaise presse est certains gards tout fait mrite, nest-elle pas le plus souvent excessive?

Pour rpondre ces questions fondamentales, Ccile Obligi a fait le choix de sappesantir sur le verbe de Robespierre (p.8). En effet, lIncorruptible est lauteur dune masse considrable dcrits en tous genres, comprenant notamment lettres, uvres littraires, plaidoiries et discours prononcs ou non. Sa production littraire stale sur des milliers de pages et remplit elle seule plus dune dizaine de volumes publis par la Socit des tudes robespierristes.

N Arras en 1758, Maximilien Robespierre tait issu dune famille dsargente de la petite noblesse, laquelle avait compt beaucoup dhommes de loi dans ses rangs. Tt orphelin, avec son frre cadet Augustin-Bon dit Bonbon, il fut lev par son grand-pre maternel. Aprs de brillantes tudes chez les oratoriens, remarqu pour sa vive intelligence, Maximilien bnficia dune bourse pour tudier au lyce Louis-Le-Grand Paris, o il ctoya entre autre Danton et Camille Desmoulins.

Avocat au Conseil dArtois en 1781, Robespierre mena une carrire on ne peut plus banale, mme sil se signala en 1783 en dfendant lintroduction du paratonnerre de Franklin contre une accusation dimpit. Maximilien ne ngligea pas pour autant la philosophie, puisquil entra rapidement dans la socit des Rosati et fut reu lacadmie dArras. Acquis aux ides de Jean-Jacques Rousseau, Robespierre neut de cesse slever contre les privilges clricaux et nobiliaires.

En 1789, il parvint se faire lire dput du Tiers Etat de lArtois. Certes ses dbuts furent mitigs, tant il ne brilla gure par son loquence et sa voix un peu criarde, mais Robespierre simposa force de conviction et de travail. Lappui des Jacobins, club dont il devint prsident en mars 1790, fut dcisif. A lAssemble, certaines de ses interventions eurent un cho considrable.

Outre la promotion dun projet de dmocratisation radicale fond notamment sur le suffrage universel direct, linstruction gratuite et obligatoire, la mise en place dun impt progressif sur le revenu et lintroduction dun systme daides en faveur des chmeurs, Robespierre dfendit aussi la libration des victimes des lettres de cachet, la fin de la censure, la non rlection des membres de la Constituante la Lgislative et labolition de la peine de mort.

Aprs linsurrection du Champ-de-Mars, Robespierre seffora dempcher lentre en guerre du royaume. Ce faisant, il sopposa la propagande belliciste des Brissotins. La guerre contre lensemble du continent coalis contre la France rvolutionnaire devait, selon lui, ruiner les finances du pays et aboutir, en cas de dfaite, au funeste triomphe de la contre-rvolution. En cas de victoire, Robespierre craignait par ailleurs la survenue dune dictature militaire.

A la suite de lmeute du 10 aot 1792, Robespierre demanda la suspension de Louis XVI. Sil ne prit pas part aux massacres de Septembre, il dirigea avec Danton le procs du roi. Aprs avoir vinc les Girondins laide des sections, le Montagnard contribua susciter la cration dun Comit de salut public, mais ny fit son entre quassez tardivement, en juillet 1793. Onze armes diriger, le poids de lEurope entire porter, des tratres dmasquer, des missaires soudoys par lor des puissances trangres djouer, des administrateurs infidles surveiller, tous les tyrans combattre, tous les conspirateurs intimider, partout aplanir des obstacles, telles sont nos fonctions. La mission dont lIncorruptible devait sacquitter tait des plus rudes

Cest pourquoi, avec le concours de la Convention et de ses comits, il dclencha la Terreur. Pour linlassable rhteur, le contexte extrmement trouble et ltablissement de la Rpublique justifiaient la mise en place du gouvernement rvolutionnaire, lequel devait tre transitoire. Il sagissait alors de faciliter la mise en place dun systme rpublicain et dmocratique. Bref, ce gouvernement rvolutionnaire sapparenterait ce que lon appelle de nos jours ltat dexception. Robespierre expliquait en effet que le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la Rpublique, tandis que celui du gouvernement rvolutionnaire est de la fonder. La rvolution est la guerre de la libert contre ses ennemis; la constitution est le rgime de la libert victorieuse et paisible (p.102).

Dans ces conditions, la Constitution de 1793 fut suspendue. Le vaisseau constitutionnel, expliquait lorateur, na point t construit pour rester toujours dans le chantier. Il aurait t hasardeux de le lancer la mer au fort de la tempte, et sous linfluence des vents contraires (p.103). Robespierre se tenait donc pour une sorte de guide de la Rvolution, quil souhaitait diriger sur un chemin sinueux. Il sagissait de voguer entredeux cueils, que sont dune part la faiblesse et dautre part la tmrit, bref entre le modrantismeet lexcs (pp.103-104). Cest ainsi que, durant les mois de mars et davril 1794, il anantit les Hbertistes, puis les Indulgents, cest--dire les Dantonistes.

Finalement, Robespierre fut lui aussi renvers par la Convention, les honneurs du poignard lui tant lui aussi rservs (p.93). Sinterrogeant sur la nature du pouvoir robespierriste, Ccile Obligi nuance un certain nombre de poncifs. Si ce systme constituait bel et bien une forme de dictature, il ne sagissait en aucun cas dun pouvoir absolu, dont Robespierre aurait us de faon discrtionnaire. Certes sa politique tait terroriste et donc en partie contraire aux principes noncs dans la Constitution de 1793, mais elle sexera toujours dans un cadre lgal. La Convention avait, par exemple, approuv la cration du Comit de salut public. Au vu de lextrme facilit avec laquelle elle se dbarrassa des indsirables, le 9 Thermidor, la Convention navait certainement pas les mains lies, tant sen faut.

Par ailleurs, continue lauteure, voir en Robespierre un dictateur serait faux. Sil fut un membre minent du Comit de salut public, lIncorruptible nen fut pas lorgane principal ni dans les textes, ni dans les faitspas de hirarchie et chacune de ses dcisions devait tre contresigne par plusieurs membres, ce qui signifie quabsolument rien ne put tre dcid par Robespierre seul. En raison du fait que les dlibrations du Comit taient secrtes, son fonctionnement quotidien apparait comme relativement nigmatique. En outre, les rcits qui nous sont parvenus sont ceux des gagnants, [cest--dire] ceux qui ont limin Robespierre, si bien quattribuer prcisment certains des mesures lintrieur du Comit est bien souvent compliqu et souvent invrifiable (pp.124-125).

La chute de Robespierre ne fut pas proprement parler le fruit dune ruption de violence, mais elle intervint suite un chahut lAssemble. Ccile Obligi rappelle cet gard des tribunes qui crient, un dput qui demande lacte daccusation contre Robespierre et un accus qui sincline. Le 9 Thermidor, explique dautre part lauteure, fut ni plus ni moins la victoire dune faction sur une autre. Celle-ci fit de lIncorruptible sinon lunique, du moins le principal responsable de la Terreur. La propagande des conjurs ne tarda pas, elle dbuta ds le 10 Thermidor. Ce qui eut notamment pour effet de faire passer la supercherie [] pour la vrit historique. Vae victis, le rcit de la vie de Robespierre est avant tout lhistoire dun vaincu [] sur lequel il tait bien commode de rejeter toutes les fautes de la Rvolution (p.141).

Alexis Fourmont
( Mis en ligne le 17/04/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)