L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Biographie  

Lyautey - La fabrique du héros colonial
de Gilles Ferragu
Belin - Portraits 2014 /  21 €- 137.55  ffr. / 237 pages
ISBN : 978-2-7011-7597-3
FORMAT : 14,0 cm × 22,0 cm

Gilles Ferragu collabore Parutions.com

L'auteur du compte rendu : lodie Vouaux est professeur certifi dhistoire-gographie.


La figure de Lyautey

Cet ouvrage a pour ambition dinterroger la figure de Lyautey, essentiellement dans ses dimensions de penseur social et de hros colonial, en analysant le personnage la lumire de sa singularit (officier dissident dans une certaine mesure) pour en saisir les complexits et les effets sur son action. En effet, lauteur cherche comprendre pourquoi celle-ci a t salue: elle doit tre lue travers le prisme politique de la IIIe Rpublique et la singularit de lhomme. Pour ce faire, il dpasse la simple biographie pour sapprocher, clair par sa correspondance et ses crits, au plus prs de son destin et de ses ides.

Le regard de lhistorien se porte sur la figure dHubert Lyautey (1854-1934) qui, en endossant au dbut du XXe sicle les valeurs et les ambitions de la colonisation, est devenu lincarnation de la mission civilisatrice de la France. Il runit en effet un ensemble rare de qualits (prestige moral, institutionnel, homme daction menant une rflexion profonde tant sur les modes de gouvernement de ses territoires que sur la manire de les conqurir). travers luvre de Lyautey, cest un modle colonial que la Rpublique a voulu diffuser: une colonisation plus acceptable, une pacification calque sur l''Indirect Rule'' britannique, quand bien mme cest la puissance rivale. Cest pour cela que Lyautey a souvent t prsent comme le plus humain des colonisateurs, qui se fondait sur une mthode alternative celle du sabre.

Lauteur questionne les diffrentes facettes de Lyautey dans la mesure o il ne fut pas seulement un officier colonial de renom, il fut aussi gouverneur, ministre, acadmicien, thoricien militaire et promoteur dun nouveau catholicisme social. Gilles Ferragu, aprs dautres, sintresse linfluence de ses matres penser, Albert de Mun et le vicomte de Vogu, avec lesquels il a dvelopp ses ides catholiques (rformisme social), mais selon lui Lyautey dveloppe partir de ses lectures des ides neuves en se dmarquant de celles admises jusque-l. Il est dot dun charisme indniable qui rvle une ambition sans bornes et une soif de reconnaissance mondaine, sociale et intellectuelle accrue par la frquentation des salons et des rceptions parisiens. Lyautey joue alors de ses diffrentes attributions.

Dans un premier temps, lauteur retrace sa carrire militaire, avant le dbut de sa priode coloniale pour exposer lune des facettes du personnage, celle du thoricien militaire et socio-militaire. Lyautey a labor sa mthode de commandement ds lcole de Guerre en remettant en cause les conceptions de larme, telle quelle existe sous la IIIe Rpublique. Sa thorie et sa pratique reposent sur deux principes: lamlioration du quotidien du soldat (rfectoire, cercle de dtente,) et la volont de renouer des liens entre larme, Arche Sainte, et la nation dans un contexte duniversalisation du service militaire (parler [simplement] aux soldats en vitant le vocabulaire technique, ne pas tablir de barrire entre les hommes ni les grades, mais marquer au contraire lunit de commandement, expliquer le but dun exercice afin de lui donner sens (p.43). Indniablement, Lyautey est un pdagogue qui diffuse sa thorie et ses rflexions dans un article tout autant salu que dbattu, ''Du rle social de lofficier dans le service militaire universel'', publi dans la Revue des deux Mondes en 1891: cet article sinscrit dans le sillage dautres crits sur le rle social des lites chrtiennes, mais il apparat comme trs original. Lofficier y devient un homme moral, qui contribue transformer larme en une cole de vertu, de discipline, de respect et dabngation. Lyautey veut aller plus loin, jusqu donner aux officiers un rle politique. Force est de constater que ces ides rvolutionnaires, qui modifient les fondements mme de larme de cette IIIe Rpublique encore fragile tout juste rescape de la crise boulangiste - sont appliques avec retard par linstitution militaire. Cet article a vritablement lanc la carrire de Lyautey, qui devient ds lors un officier mondain, social, un penseur cout, recherch (p.55), mais dont lascension rapide et prcoce ne sincarne ensuite rellement que dans laction et plus particulirement coloniale. Cest parce quil fut un homme daction que Lyautey est devenu une figure de chef.

Si Lyautey est fascin par lOrient, il fut immerg, comme tous les officiers et la quasi-totalit de la classe politique de son temps, dans lidologie coloniale (dont il simprgne trs vite), paternaliste et raciste. Mais il sest singularis en tant un raisonnable, qui se dfie (comme le colonel Archinard au Soudan) de lusage absolu du sabre car il fut lun des premiers voir dans les pays coloniss des mondes certes diffrents au point de vue de la culture, de la socit et de la civilisation, mais dignes de respect. ce titre, selon lauteur, lattention et mme laffection quil porte aux populations locales (en prenant des cours de langue, en frquentant les lites) peut tre vue comme la transposition du paternalisme de lofficier envers ses hommes. Mais il ne faut pas sy mprendre, Lyautey reste un officier au service de la mission civilisatrice: cest bien pour imposer le modle europen dans les territoires quil mne son action, en mettant notamment en place une guerre ethnique, qui oppose (ou plutt continue dopposer car elle prexiste) les indignes les uns aux autres pour le plus grand profit de la France. Sa formation en Algrie et en Indochine le transforme en un officier colonial lorsquil apprend le terrain sous les ordres de Gallieni: il dcouvre ses ambitions et prend conscience que les colonies peuvent lui apporter la reconnaissance de la socit et de linstitution. Cest par ce biais que Gilles Ferragu analyse la stratgie de Lyautey fonde sur lalliance dune bonne connaissance du terrain et des populations, qui lui permet de diviser pour rgner.

Laction coloniale de Lyautey est rapidement thorise: il publie en 1899 Le Rle colonial de lofficier, une tude inspire du modle britannique, dans laquelle il prconise linstauration dune une nouvelle catgorie de fonctionnaire (le colonial, un entre-deux entre le militaire et le civil), le retour une colonisation la romaine (avec installation de colons et mise en valeur du territoire). Il repense aussi larme coloniale, cette arme qui nexiste que dans les faits: les partisans dune arme coloniale institue trouvent dans son texte un cho favorable. Mais pour autant, il sinscrit dans la pense du parti colonial (la colonisation est une cole sociale pour les coloniss). Sa thorie culmine avec lide du gouvernement avec le mandarin: administrer avec le concours des lites locales. Mais ce gouvernement allie des phases de force pour la mise au pas de villageois rcalcitrant, le quadrillage du territoire pour soumettre les populations, le travail forc... et de palabres.

Dans son tude de la dimension mythique de Lyautey, lauteur montre que son ambition est de laisser une trace en difiant lui-mme son mythe aprs avoir acquis le statut de hros colonial en Indochine, Madagascar et en Algrie. Cest avec sa nomination comme rsident gnral au Maroc et par ltablissement du protectorat que Lyautey entend parachever son rve de gloire. En effet, son but ultime est de faire du Maroc un modle de la colonisation pacifique, qui passe par des rformes ambitieuses (dveloppement dinfrastructures de communication, dhpitaux, dcoles, de comptoirs de commerce) et le choix dune capitale, Rabat, la capitale de Lyautey, quil entend distinguer des autres villes pour en faire la cit administrative emblmatique de sa politique, sa New Dehli. Toutefois cest bien dans une conqute quil se lance quand bien mme le terme de pacification est employ: il doit, en effet, affirmer son autorit sur le pays. Il labore sa stratgie en diffusant une image police dans la presse et auprs des lites locales, en rpartissant les pouvoirs parmi celles-ci, en jouant de la complexit de la population. Mais cette pope (G. Ferragu), qui devait achever la constitution du mythe Lyautey, doit tre confronte une ralit plus prosaque: si la mthode alternative fonctionne, la pacification dure vingt-deux ans, bien loin des deux ans que Lyautey stait fixs. Ainsi, pour Daniel Rivet, il donne lillusion de matriser la conqute du pays en sadaptant la situation et aux insurrections: le Maroc est en ralit, une utopie de la colonisation pacifique.

De mme, Gilles Ferragu sattache montrer que la charge de commissaire gnral de lExposition coloniale de 1931 confie Lyautey est une forme dapothose. LExposition apparat bien des gards comme une prsentation de lapplication de ses thses: une colonisation idale dans laquelle chaque communaut trouve sa place, un territoire urbanis et rationnel, une place pour chaque religion. Lyautey participe ainsi la lgitimation de la colonisation: il sert dalibi pour la rendre plus acceptable, conforter le civilisateur europen. Plus quune colonisation cest une pacification qui est mise en avant, une aventure patriotique et rien de plus, quitte passer sous silence les usages de la force.

Mais sarrter ces lments serait rducteur et on en oublierait une part importante de lhomme: lauteur sattarde sur la figure tourmente de Lyautey notamment travers sa brve exprience de ministre de la Guerre lors de la Premire Guerre mondiale. Sil est un hros colonial, il nest pas un hros de la Grande Guerre: il ne commande pas sur le front, son ministre se termine par une dmission fracassante et il ne peut simposer vis--vis du Grand Quartier Gnral dont il critique les carences sans pouvoir jamais asseoir son emprise sur lui (il narrive pas dissuader Nivelle de loffensive du Chemin des Dames, par exemple).

Ce conflit auquel il na pas particip est peut-tre la consquence de ses critiques envers les bureaux et linstitution. En effet, Lyautey est un officier critique, qui fait preuve dun anticonformisme stratgique (selon lauteur), nhsitant pas prendre ses distances vis--vis de ses camarades, comme lors de laffaire Dreyfus, au cours de laquelle il prne la modration; juger avec svrit le corps des officiers et soutenir des ides stratgiques et tactiques non-conventionnelles (lintroduction de laviation par exemple). Sil possde un prestige indniable, il sadapte mal la conception franaise du pouvoir: en fait, lcole coloniale ne forme pas ladministration mtropolitaine. Pour lopinion publique, Lyautey est un colonial rduit cette dimension et non un homme vraiment influent: il faut voir dans les chos de la presse son lection lAcadmie franaise en 1912 moins une clbration de ses talents littraires que du grand colonial et de ses conqutes en pleine tension avec lAllemagne sur le Maroc. En somme, cest un acte patriotique et une instrumentalisation, pour rconcilier la Rpublique et larme aprs laffaire Dreyfus. Lyautey a su profiter de ce contexte troubl pour imposer son mythe, qui repose donc sur une mthode, un charisme, un style de commandement qui se nourrissent chacun des diffrentes facettes de lhomme.

Elodie Vouaux
( Mis en ligne le 10/03/2015 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)