L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Biographie  

Le Roman vrai d'un fasciste français
de Christian Rol
Manufacture de livre 2015 /  19.90 €- 130.35  ffr. / 323 pages
ISBN : 978-2-35887-099-3
FORMAT : 14,5 cm × 21,0 cm

L'auteur du compte rendu : Ancien lve de l'Ecole Normale Suprieure, Agrg d'histoire, Docteur s lettres, sciences humaines et sociales, Nicolas Plagne est l'auteur d'une thse sur les origines de l'Etat dans la mmoire collective russe. Il enseigne dans un lyce des environs de Rouen.

Les assassins sont parmi nous

Le Roman vrai dun fasciste franais, cest la vie (reconstitue par le journaliste crivain Christian Rol) de Ren Resciniti de Says, dit Nn ou LElgant en raison de sa passion des fringues sur mesure de luxe. On pourrait bon droit la sous-titrer: vie dune tte-brle de la seconde moiti du 20me sicle. Ce personnage inconnu du public, mais bien connu des services et ami de certaines clbrits, na pas jou un rle historique majeur, mme pas en homme de lombre dans le style dun Vidocq: il ne fut dailleurs jamais retourn par la police, quoi quil semble stre voulu en une occasion clbre le dfenseur de son honneur. Il ne fut pas non plus un grand condottiere la manire tardive dun DAnnunzio, bien quil et des rfrences culturelles de ce type et admirt la classe des aventuriers de ce genre. Non dnu de culture littraire, il ne sut pas mettre en scne sa vie, ft-ce en la dramatisant de faon emphatique, la Malraux (vieux con gaulliste chevrotant, quil excrait dailleurs). Homme femmes, de bars putes et autres bordels, il ne restera pas non plus comme un nouveau Casanova. Ravag prmaturment par ses mille vies dont il admettait quelles avaient t intenses mais au fond relevaient de mauvais romans noirs, vieilli aussi par le tabac et lalcool, entretenu les dernires annes par de fidles ami(e)s, Nn le fauch flambeur est mort obscurment, mais entour de laffection et de lestime dun petit monde, htrogne comme les hasards de la vie en runit, principalement de droite nationale.

Petit monde venu lui rendre un dernier hommage avec le souvenir dun homme tonnant, libre et provocant, parti avec une partie de ses secrets. Dun homme la vie atypique! Son cadet, Christian Rol, qui fut une de ses relations, pensait depuis quelques annes narrer cette vie extraordinaire en biographe mmorialiste, en journaliste enquteur aussi. Car par-del lidiosyncrasie de Nn, lhistoire de cet aventurier mconnu met en lumire la face obscure de toute une poque. Dont il nest pas encore temps dailleurs de tout rvler, si du moins on sait jamais tout du pass!

Fils illgitime mais reconnu dun aristocrate italien dcadent et dune danseuse, Renato est un Ren trs franais, jusquau nationalisme, preuve vivante des vertus du droit du sol un peu paradoxale pour le disciple de Maurrasque fut Nn! Il est surtout trs jeune un dandy flambeur et frimeur trs parisien, secteur des Champs Elyses, qui partage avec sa gnration daprs-guerre les rfrences commerciales anglo-amricaines de cette nouvelle catgorie cre par le capitalisme atlantique: ladolescence. Plus cultiv que ne le laissent croire au dbut son accent parigot et son parler inspir dAudiard, il prend contre-pied ses interlocuteurs tonns par des fulgurances de pense, un sens de la formule, des citations inattendues et opportunes et une assurance impressionnante. Cest aussi un cinphile passionn et trs slectif. Lycen turbulent et insolent des beaux quartiers, que son assiduit clipses oblige redoubler sa terminale, il prfre les vires en moto et en botes aux salles de cours et aime les filles et la bagarre. Son hros: James Dean. Impossible de ne pas voir chez cet adolescent respectueux envers ses parents une forme de rvolte et la blessure secrte, pudique, dtre le fils dun officier paresseux, fruit des amours faciles dun latin lover immature aux nombreux btards; impossible aussi de ne pas voir que Nn reproduira le modle de ce gniteur qui ne fut gure un pre.

A ce dernier qui un jour tentant de faire le pre responsable lui demande (un comble de sa part!) sil va enfin dcrocher son bac et se trouver une situation, ladolescent ironique rpond quil a lintention de vivre intensment sans jamais travailler. Ce qui au fond veille une profonde sympathie du pre envers son fidle rejeton, mme sil sinquite un peu que le garon frquente lextrme-droite: ce qui ne mne rien, contrairement aux rseaux bourgeois des affaires. En cette fin de prsidence gaullienne, Ren se dcouvre en effet le virus de la politique et du militantisme radical: dune droite muscle anti-communiste et anti-gauchiste, assez anti-dmocrate aussi, conforme son pedigree daristo jouisseur dorigine latine et dducation catholique, dont il trouve la synthse dans lAction franaise no-maurrassienne. Car en mai 68, sil les frquente dj, Ren nest pas encore un fasciste franais! Mais il en partage dj lessentiel: anti-gaullisme, philo-ptainisme, bienveillance et comprhension envers les collabos (desprit latin-maurrassien!), admiration pour lOAS, mpris de la droite bourgeoise librale lche et planque (qui fait appel occasionnellement, et discrtement surtout, aux durs de lextrme-droite pour casser la dynamique de la subversion de faon violente) Certes Ren nadhre pas au racisme et semble assez peu port lantismitisme: mais aprs tout, cette nouvelle extrme-droite europenne dOccident a beau se rclamer de lordre nouveau des annes quarante, elle a bascul (sauf Bardcheet Benoist-Mchin !) dans le soutien Isral au moment de la Guerre dAlgrie. La seule aventure dont il sera fier jusquau bout: son engagement dans les annes 70 au Liban du ct des milices de Gemayel, ct pro-isralien. Dailleurs malgr sa coquette rfrence au nationalisme intgral et aux slogans dsuets de Maurras, le jeune Ren prend conscience assez vite que sa gnration est dj europenne, mme lextrme-droite. Elle est mme depuis la Seconde Guerre mondiale dans la globalisation dune internationale noire.

Le livre se lit comme un roman, mais alternant avec les anecdotes plus ou moins cocasses et le portrait dun genre de voyou au grand cur, mercenaire et grande gueule, cest la grande Histoire qui dfile: celle de la Guerre Froide et des rseaux dextrme-droite. On suit Nn au Proche-Orient, en Afrique et en Amrique latine ou encore en Italie des annes de plomb. Cest lpoque de Gladio, du SAC, de Condor, dassassinats de prsidents et de ministres jamais lucids (Aldo Moro!). Dossiers franais du livre: le rle de Nn et de ses amis au service de Jacques Baumel en mai 68; sa proximit avec Pierre Debizet et les services gaullistes; sa rencontre avec Bob Denard. Mais aussi son rle possible (revendiqu!) dans lassassinat de deux personnalits connues des annes 70: Henri Curiel (personnage mystrieux, militant communiste pro-FLN trs actif de la Guerre dAlgrie) et Pierre Goldman (dlinquant devenu tudiant et crivain rebelle en prison, figure romantique du jeune rvolt victime de la socit, devant logiquement la coqueluche de lintelligentsia mondaine de gauche mais aussi probable assassin de deux pharmaciennes dans un braquage main arme). Si Rol et ses interlocuteurs informs et aviss envisagent souvent lhypothse de la mgalomanie hbleuse de Nn, sa participation ne relve pas forcment de la mythomanie. Conclusion provisoire: il y a des choses quon saura peut-tre aprs la mort de Giscard!

Les assassins sont donc encore parmi nous. Et leurs secrets sont encore brlants. Dans son livre, Christian Rol ose cependant voquer certains dentre eux, rveillant la mmoire de vieilles affaires pas si anciennes puisque de vieux messieurs ne tiennent pas trop en raviver le souvenir. Pierre Fourniaud et sa maison ddition ''La Lanufacture de livres'' ont dailleurs le courage de publier, dit en remerciement lauteur, qui tait all consulter pralablement son cher amiCharles Pellegrini, grand flic en retraite mais trs introduit et inform, pour obtenir un feu vert quil nobtint pas Quant au hros de ce roman vrai, lui non plus ntait pas chaud, mais il strangla dune tranche de gigot. Mourant mdiocrement dune fausse route par gourmandise, lui qui avait travers les bastos toute sa vie et craignait de finir flingu par danciens collgues ne plaisantant pas avec la discrtion absolue sur les secrets de la boutique. Cest un thme rcurrent de ce livre, repris successivement par plusieurs tmoins, qui se cachent parfois derrire un pseudonyme. Pas seulement il est vrai pour chapper aux balles de tueurs et autres accidents jamais lucids, mais aussi pour ne pas compromettre leur rputationdans leur milieu socio-professionnel ni embarrasser leur employeur: du coup, Christian Rol peut peindre avec un plaisir vident et un ralisme truculent la vie amorale et les liaisons sulfureuses de certain(e)s ex-jeunes des jouisseuses Seventies. Ce qui nous vaut des scnes de genre dignes dun film avec Alain Delon, Lino Ventura, Mireille Darc, Michel Constantin, Bernard Blier et Maurice Biraud. Et avec des dialogues la Audiard: faon Tontons Flingueurs. Un des charmes du livre.

On rencontre aussi au dtour de lenqute des personnages (pas toujours des inconnus) qui connurent Nn: Christian de La Mazire, Serge de Beketch, Dominique Venner, Bernard Lugan, Gilles Perrault, etc., dont les propos et la relation avec le hros clairent autant sur ce dernier que sur eux-mmes. Des figures secondaires mais intressantes, emblmatiques dune poque rvolue, mais qui apportent justement des clairages sur le personnage et le contexte historique. Evidemment, entre hypothses sans conclusions et pseudonymes (profils pas toujours identifiables pour le lecteur mme cultiv, et cest le but), le roman vrai a des allures de roman cls et scoops invrifiables port par un style flamboyant; un livre qui promet plus quil ne donne finalement. Et a peut lasser aprs deux cents pages! Cest sans doute la loi du genre. Mais cet exercice de style dveloppe quelques pistes et montre au moins que le pass proche est plein de ce que Balzac appelait des tnbreuses affaires.

Nn lui-mme sur le tard avouait quil navait pas eu le temps ni lhabitude de rflchir sur ses actes dans sa jeunesse guerrire (prisonnier quil tait surtout de ses compulsions viriles) et quil avait sans doute parfois t manipul: le jeune con avait finalement un peu mri et commenait gamberger! Parfois un dbut de doute leffleurait: tait sans doute plus compliqu que a nen avait lair alors Et entre-temps certes il avait dessoud des mecs qui avaient peut-tre des qualits et une part de vrit finalement! Mais sans haine, tenait-il prciser. Et il se rassurait en pensant que de toute faon, ctait quand mme des ennemis. A lheure des bilans, il assumait sa cohrence (ou plutt sa continuit) de crois moderne de lOccident, ses engagements anti-communiste, monarchiste et maurrassienou sa fidlit de principe lEglise catholique, chapelle intgriste prconciliaire. Ennemi bien sr de la Thologie de la Libration, ne frquentant gure la messe pendant sa vie, il se disait incapable de tuer un prtre de gauche, encore moins dans une glise. Il avait quand mme respect un code dhonneur. Autrement tout se serait effondr, et rares sont ceux qui peuvent se permettre les remises en question radicales.

Une vie donc pas trs catholique, aux sens propre et figur, mme si elle se termina par des funrailles Action franaise lEglise. Mais quoi quon pense de son parcours et de sa personnalit, il est une chose quon ne peut enlever feu Ren Resciniti de Says: sil tua, lui au moins risqua sa peau sur le terrain; et si ses croyances taient discutables, peut-tre parfois ridicules, dsutes voire dangereuses, il mit ses tripes au service de sa cause porte des fusils. Il voulut tre un soldat et pas seulement un tueur. Ce nest srement pas le tout de la morale, mais cest dj quelque chose de respectable dans une poque de bureaucrates de la mort et didologues bavards planqus.

Quelques coquilles maillent le livre qui, lorsquelles dforment des noms propres, peuvent semer la confusion chez le lecteur insuffisamment familier de la priode. Ainsi: le clbre journaliste du Monde Viansson-Pont devenant Vinson-Pont (erreur ritre deux fois); le directeur Allen Dulles corch en Dulls (p.218) Cest dommage. Mais cela nenlve pas son talent lauteur (un esprit polmique et libre lui aussi) ni son intrt un livre qui est une contribution utile, parfois brillante (lire les pages 250-251), la sociographie de la France des quarante dernires annes: la ntre!

Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 23/06/2015 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)