L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Biographie  

Jerzy Popieluszko - La Vérité contre le totalitarisme
de Bernard Brien
Artège 2016 /  14 €- 91.7  ffr. / 141 pages
ISBN : 978-2-36040-174-1
FORMAT : 13,5 cm × 20,0 cm

Charles Wright, Michel Santier (Préface)

Le prêtre résistant

- "L'homme qui témoigne de la vérité est un homme libre, même dans des conditions extérieures d'esclavage, même dans un camp, même dans une prison" (Jerzy Popieluszko, 1982)

Le 19 octobre 1984, de retour d'une messe qu'il célébrait à Bydgoszcz, village situé à 300 kilomètres au nord ouest de Varsovie, alors qu'il sortait d'une grippe qui l'avait fragilisé, le père Jerzy Popieluszko (né en 1947) est arrêté, enlevé, battu à mort, séquestré puis jeté dans la Vistule alors qu'il parcourait son trajet de retour en voiture. Son chauffeur, prisonnier lui aussi sur le siège avant, réussit à ouvrir la portière et sauter alors que le véhicule était en marche. C'est lui qui, de suite, colporte la nouvelle de l'enlèvement du prêtre qui se savait menacé en se rendant sur les lieux. Son corps sera retrouvé quelques jours plus tard, méconnaissable, flottant dans un sac.

Cela faisait quatre années - depuis la création de Solidarnosc auquel Popieluszko avait apporté tout son soutien - que le père Jerzy faisait face aux menaces de la police politique de Jaruzelski. Sans que cela soit officiel, les pressions, les menaces, les écoutes, les filatures rendaient la vie du prêtre compliquée. De la sorte, et dans la contexte politique de la Pologne des années 80, en rupture avec le système soviétique où le Solidarnosc de Walesa n'hésitait pas à s'allier à la communauté catholique (historiquement très importante en Pologne et que le communisme voulait anéantir), Popieluszko incarnait la figure dominante de la résistance spirituelle. Ses prêches suivis par des milliers de fidèles et son charisme d'homme véhiculant des idées de paix, de bien et de pardon faisaient de lui un personnage extrêmement convaincant... mais controversé. Walesa était son ami et le pape Jean-Paul II lui était extrêmement reconnaissant. Ses prêches, parfois critiques sur le matérialisme communiste et surtout sur l'infâme propagande idéologique, flirtaient avec la politique, ce que n'acceptait pas le pouvoir en place.

Bref, Jerzy Popieluszko gênait et il eut droit lui aussi à son chemin de croix, à 37 ans, massacré par trois dingues qui, depuis, ont purgé leur peine. La mort de cet homme digne, simple, généreux et courageux a permis (avec Solidarnosc et la fin du communisme) à la Pologne de se désentraver du totalitarisme. Jaruzelski lui-même ayant condamné ce crime.

Bernard Brien revient sur cette trajectoire tragique et passionnante car il fut témoin d'un miracle dont Jerzy Popieluszko fut, par intercession, l'auteur, et ce bien après sa mort, en permettant par la prière, la survie d'un homme médicalement condamné par le cancer à Créteil. Converti sur le tard après avoir vécu une vie d'homme banale (marié, père de famille et salarié), Brien (né exactement à la même date que Jerzy) rend hommage à l'homme qui par bien des points a influencé sa vie et sa trajectoire spirituelle. 30 ans après son assassinat, Popieluszko, béatifié en 2010 (avant le miracle), reste un saint parmi les saints, un exemple à suivre sur le plan moral et intellectuel.

Pour celles et ceux qui veulent compléter leur recherche, le film Le Complot de Agnieszka Holland (1988) revient assez fidèlement sur les derniers jours de Jerzy Popieluszko et la manière dont il a été assassiné. Ce livre, même si l'auteur prêche pour sa paroisse, est un moment délicat de lecture et rend un touchant hommage au prêtre polonais.

Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 20/01/2017 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)