L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Biographie  

Théodora - Prostituée et impératrice de Byzance
de Virginie Girod
Tallandier 2018 /  20.90 €- 136.9  ffr. / 300 pages
ISBN : 979-10-210-1822-8
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm

Ni Pute ni Soumise ?

Que connaît-on de Théodora (v. 500-548) ? La figure hiératique de la mosaïque de Ravenne, les récits de Procope, officiels pour certains, publiés post mortem pour d’autres, les hommages de son contemporain Jean d’Ephèse, laissent tant d’images diverses que l’historien doit naviguer prudemment, cherchant à tracer le chemin d’un possible portrait pour une femme, certes impératrice, mais née il y a 1500 ans.

Virginie Girod propose de parcourir le demi-siècle de vie de la femme de l’empereur Justinien. Née sans doute dans les parages de l’hippodrome de Byzance - son père travaille comme dresseur d’ours pour une des factions du lieu -, il semblerait qu’elle dut devenir actrice et donc se prostituer. De cette origine impardonnable pour l’époque, Théodora va réussir à sortir et, partant pour la rive Sud de la Méditerranée avec un protecteur dont elle doit être la maîtresse, elle va parfaire son éducation. De son retour à Byzance après un long périple, elle rencontre Justinien, alors héritier du trône. Lui non plus n’est pas membre de l’aristocratie et l’alliance qu’il noue avec Théodora semble de celles qui renforcent le pouvoir. Femme de caractère sans aucun doute, prenant part aux décisions tel un premier ministre, elle résiste aux vagues, tenant fermement face à la sédition Nika, grande révolte de 532 qui menaça de renverser Justinien. Ancrée dans les querelles religieuses de son temps, elle soutint fermement la foi monophysite, contre les positions de son mari.

Outre la découverte de l’existence aventureuse de cette femme qui outrepassa les limites que la société imposait à son sexe et à ses origines, l’intérêt de l’ouvrage réside dans la mise en regard des diverses sources anciennes et des ouvrages biographiques déjà publiés. L’Histoire secrète de Procope, secrétaire du général byzantin Bélisaire, proche de Justinien, est à cet égard, fort intéressante et assez divertissante. A rebours de l’histoire officielle qu’il fut chargé d’écrire pendant le règne de Justinien, (apologie de l’empire, révérence pour le couple impérial), Procope compose dans le secret une prose d’exécration, accusant l’impératrice de tous les maux et faisant remonter à ses origines fangeuses et ses pratiques de prostitution le pourrissement de l’État dirigé par un empereur veule, d’ascendance peu reluisante, et dominé par une femme perverse et manipulatrice.

A l’inverse, par les soutiens qu’elle apportât au monophysisme contre le concile de Chalcédoine et en opposition au pape, Théodora est considérée comme un personnage remarquable par Jean d’Ephèse et reconnue bienheureuse par l’église syriaque orthodoxe en 2000.

Amélie Bruneau
( Mis en ligne le 04/06/2018 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)