L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Biographie  

Champollion - Le savant déchiffré
de Alain Faure
Fayard 2004 /  29 €- 189.95  ffr. / 864 pages
ISBN : 2-213-61827-5
FORMAT : 14x22 cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

Une pyramide d’érudition pour Champollion

Parmi les personnages de lhistoire de France les plus connus et apprcis du public, on retrouve souvent le nom de Champollion : le dchiffrement de lcriture sacre gyptienne, les hiroglyphes, ainsi quune allure de savant passionn dOrient, gnie absolu et conqurant dun continent inexplor avant lui, fascinent les foules. Le fait que lauteur de cet exploit soit franais caresse bien videmment la fibre patriotique : Champollion appartient au panthon des grands hommes et, dans une poque o la France sest plutt illustre par des sabreurs, la nation lui en est reconnaissante. Or bizarrement, le personnage est dautant plus clbre quil est mal connu. Ce nest certes pas les biographes qui lui ont manqu - ce que remarque Alain Faure dans lintroduction de sa riche tude mais il semble que chaque nouvelle vie soit autant de redcouverte.

Avec ce Champollion, le savant dchiffr, on a toutefois limpression que le grand gyptologue dispose enfin dune pyramide drudition sa taille, et il faut demble souligner lnorme travail de recherche et dcriture ralis par Alain Faure. En effet, lauteur ne se contente pas de retracer le cours dune existence, certes riche, mais tout de mme brve (le savant meurt 42 ans) : cet ouvrage est en fait autant une tude trs accessible, sans tre simpliste, de lgyptologie naissante, quune biographie dune ampleur notable. Car rien ne parat chapper lattention mticuleuse dA. Faure, lequel nhsite jamais interrompre son rcit pour faire le point sur une notion, un pays ou ltat des connaissances sur un sujet. Si parfois, la digression devient longue au risque de perdre le fil du sujet (notamment sur lorientalisme dans la socit moderne), elle nest jamais inutile et permet de rendre plus cohrent le contexte, de lapprofondir : lcrin est la hauteur du personnage et lon finit par ressentir la mme fascination que lauteur envers son hros (mais pas jusqu partager tous ses jugements, notamment sur les dbuts universitaires de Champollion 19 ans, qui attestent plus de hautes protections que dun gnie prcoce). On en ressort donc avec une impression dexhaustivit qui en fait un ouvrage de rfrence sur la question, un modle dhistoire totale.

Car le personnage ne saurait tre rsum au seul dchiffrement de lalphabet gyptien : son existence, suivant le cours du premier XIXe sicle, traverse une priode mouvemente de notre histoire, depuis la rvolution jusqu la Restauration. Dans cette poque trouble, o les destructions alternent avec les reconstructions, cette vie dintellectuel est pour le moins heurte : dans la succession des divers rgimes (rpublique, empire, monarchie), la trajectoire qui relie le jeune jacobin grenoblois au vieux savant orlaniste de la capitale ne va pas de soi. Et pourtant, le talent est l, qui verra Champollion, aprs des tribulations intellectuelles et politiques diverses, passant de luniversit impriale lcole de la Restauration, trouver au tout neuf dpartement gyptien du Louvre (1826) et au Collge de France (sur la premire chaire dgyptologie !), des havres dignes de lui. Car du gnie, on lui en reconnat trs tt, que ce soit dans une acadmie provinciale comme celle de Grenoble, en passant par lInstitut, la toute jeune cole des langues orientales (dont il essuie quasiment les pltres) et luniversit impriale naissante Il est 19 ans professeur duniversit ! Du gnie, certes, mais aussi une ambition pour le moins dbordante, assortie dune nette conscience voire dun complexe de supriorit. Et dans un milieu scientifique restreint et hirarchis, de telles postures agacent. Dans sa carrire, Champollion devra aussi faire face aux inimitis, jalousies quil aura parfois inspires par ses jugements premptoires (et cet gard, A. Faure restitue bien ce milieu particulier des savants antiquisants du dbut du XIXe sicle).

Mais sa vraie patrie est ailleurs, vers cet orient dcidment compliqu dans lequel ce savant polyglotte se meut comme un poisson dans leau. En loccurrence, les premiers pas sur une terre entrevue dans les rcits dun oncle militaire de lexpdition dEgypte sont un tournant de sa vie. Il en demeure profondment imprgn et son expdition dEgypte en 1828-1830 - vaut bien celle du gnral Bonaparte en termes de traces laisses dans lhistoire. Profondment attach lEgypte, il en dfend loriginalit artistique contre Winckelmann, et lhistoricit contre lEglise. Surtout, il en ouvre les portes avec le dchiffrement des hiroglyphes (1822), avant la publication posthume de lalphabet et du panthon gyptien, qui fondent tout autant sa lgende.

Un autre axe est galement prpondrant dans cette vie savante : le frre an de Champollion, Joseph Champollion-Figeac, rudit, historien mais galement acteur subtil dune uvre quil a indirectement contribu crer, et quil publiera en partie la mort de son cadet. En effet, ce frre an a tout dun mentor et lon constate que, sans les interventions efficaces de ce dernier auprs des autorits rvolutionnaires et impriales, sans les relectures intransigeantes des manuscrits du cadet, sans les conseils, les suggestions, les encouragements et les menaces luvre voque naurait sans doute pas pu voir le jour. Elve de Sylvestre de Sacy, Champollion lest presque tout autant de son frre et la prsentation de cet original couple de savants car ils sont complmentaires nest pas lun des moindres intrts de louvrage. Ce nest certes pas le seul : le tableau de la carrire dun scientifique autant que dun intellectuel (au sens engag du terme) savre riche en dtails comme en vues larges, et montre la trajectoire de ces hommes nouveaux que la Rvolution envisageait de forger.

Au final, voil une grande biographie, lantique, qui lve la digression au niveau dun art, tmoignage dune rudition sans faille et dune volont de re-construction dune existence. Le lecteur en ressort avec limpression davoir beaucoup appris, voire trop, mais sans stre jamais lass ni ennuy. Le style, la fois soign sans tre excessif, rend la lecture agrable, jamais pesante. Cest beau et massif, comme de lantique !

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 14/06/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)