L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Science Politique  

Le Sénat - Enquête sur les superprivilégiés de la République
de Robert Colonna d'Istria et Yvan Stefanovitch
Le Rocher 2008 /  18.50 €- 121.18  ffr. / 294 pages
ISBN : 978-2-268-06649-3
FORMAT : 14cm x 22cm

L'auteur du compte rendu : Agrg dhistoire et titulaire dun DESS dtudes stratgiques (Paris XIII), Antoine Picardat est professeur en lyce et matre de confrences lInstitut dEtudes Politiques de Paris. Ancien charg de cours lInstitut catholique de Paris, luniversit de Marne la Valle et ATER en histoire lIEP de Lille, il a galement t analyste de politique internationale au ministre de la Dfense.

Un monde à part

Il existe une institution de la Rpublique qui ne passionne pas les foules. Cest le Snat. En cette rentre 2008, il a pourtant t lobjet dune attention inhabituelle, mais dont il se serait sans doute pass. Dune part, le renouvellement dune partie des snateurs, et la perspective dun possible et historique basculement gauche de la Haute Assemble en 2011, a suscit lintrt momentan de la presse et de lopinion. Dautre part, et cest beaucoup plus croustillant, le Snat sest trouv au cur dune petite polmique. Elle portait sur les avantages en nature dont bnficient ses membres. Notamment de lappartement de 200 m2, en plein VIe arrondissement, dont Christian Poncelet, dsormais ancien prsident du Snat, devait bnficier vie.

dfaut de droit constitutionnel ou de politique, on sintresse au Snat comme on peut, cest dire pour ce qui est lune de ses spcificits: un gouffre argent public, envelopp dun pudique halo de mystre. Cest ce crneau quoccupe le livre de Robert Colonna dIstria et Yvan Stfanovitch, Le Snat. Enqute sur les super-privilgis de la Rpublique. Ds le titre, on sait o l'on va. Il sagit dune charge, dun brlot, dune attaque, contre le Snat. Plutt, contre certains aspects du Snat, les plus scandaleux.

Une blague cruelle assure que le Snat existe pour que les hommes politiques sachent quil y a une vie aprs la mort. Si cest le cas, cest une belle vie. Cette visite guide semble le dmontrer. Le Snat. Enqute sur les super-privilgis de la Rpublique est divis en trois parties. Dans la premire, les auteurs dnoncent les scandales du fonctionnement interne du Snat. Tout y passe: snateurs absentistes, bnficiant dindemnits astronomiques et souvent fantaisistes, avantages en nature de tous ordres, rgime de retraite dfiant toute concurrence, fonctionnaires trs grassement pays et ne fichant pas grand chose, npotisme, clientlisme, parasitisme. Laffaire de lappartement a illustr ce thme. Mais les auteurs fournissent des exemples par dizaines. Au hasard: le moins bien rmunr des 1100 fonctionnaires du Snat gagne 2300 euros nets, hors primes par mois, pour 32 heures par semaines et avec 11 semaines au moins de congs pays annuels. Tous touchent des primes de nuit, mme ceux qui sont au fond de leur lit. En cumulant toutes les indemnits possibles, un snateur reoit 11000 euros mensuels. Et ainsi de suite, le tout sans aucun contrle extrieur, ni de la Cour des Comptes, ni du contribuable. La deuxime partie dnonce la collusion de nombreux snateurs avec des groupes intrts divers et varis: producteurs de lait, fabricants de cigarettes ou distributeurs deau. Enfin, la troisime partie, de loin la plus brve, nonce 15 propositions pour restaurer limage du Snat et en faire la deuxime assemble dont la France a besoin.

Car lune des particularits de ce livre est quil ne se contente pas de dnoncer. Il part du postulat que le Snat est, ou devrait tre, utile la dmocratie et au bon fonctionnement de nos institutions. Il cite en exemple quelques bons snateurs; prsents, travailleurs, conomes des deniers publics, soucieux du bien commun. Cela contraste avec les nombreux mauvais, que les auteurs clouent au pilori au fil des pages. larrive, donc, un dlicat exercice dquilibrisme, entre un propos gnral de dnonciation, qui tend parfois vers le tous pourris, et une critique constructive.

Lexercice est compliqu par certains dfauts de construction de louvrage. Malgr les trois grandes parties que lon peut y distinguer, le plan dgage une grande impression de confusion. Les sujets sont abords un peu en dsordre, sans logique apparente, les redites sont nombreuses, bref, on a le sentiment dun travail un peu bcl, au moins dans la forme. Peut-tre fallait-il que le livre paraisse absolument la rentre, pour enrichir les dbats autour du Snat? Cette impression que le calendrier a dict sa loi est renforce par la virulence des attaques contre Christian Poncelet. lpoque de la rdaction, il tait encore prsident du Snat et il laissait planer le mystre sur son intention de se prsenter ( 80 ans passs!) pour un nouveau mandat. Aprs le passage tabac dans les rgles, largement justifi au demeurant, que les auteurs lui ont administr, son image a t un peu ternie. Il finalement choisi de ne pas se reprsenter. De ce point de vue, Le Snat. Enqute sur les super-privilgis de la Rpublique a jou un double rle: information du public et participation au dbat politique.

Malgr ses imperfections, malgr le sentiment que le moment de sa publication ne doit rien au hasard, la lecture de cet essai est intressante et utile. Elle nous rappelle que les grandes institutions, pour tre crdibles, doivent tre irrprochables et que, dans le cas prsent, nous sommes loin du compte.

Antoine Picardat
( Mis en ligne le 29/10/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)