L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Science Politique  

Quelle ville voulons-nous?
de Michel Thiollière
Autrement - Acteurs de la société 2007 /  20 €- 131  ffr. / 186 pages
ISBN : 978-2-7467-0960-7
FORMAT : 15,0cm x 23,0cm

Lauteur du compte rendu : Mathieu Zagrodzki est diplm en droit priv de lUniversit Paris II et de Sciences-Po Paris. Il est actuellement doctorant au sein du Ple Action Publique du Centre de Recherches Politiques de Sciences-Po (CEVIPOF).

Trop de blah blah

Dans la catgorie des livres dont il est difficile de synthtiser le propos tant celui-ci est confus et vague, Quelle ville voulons-nous ? occupe une place de choix. Lobjectif de louvrage et de la collection (Acteurs de la socit) dans laquelle il est publi est pourtant aussi simple que louable : donner la parole un acteur de terrain des politiques de la ville, en loccurrence le snateur-maire de Saint-tienne, afin quil livre au lecteur une vision concrte des problmatiques urbaines et ses ventuelles solutions pour y remdier. Michel Thiollire part du constat que la moiti de lhumanit vit dsormais dans des villes, que 5 milliards dindividus sur 8 habiteront en milieu urbain dans 20 ans et quil est donc urgent de placer les villes au centre du dbat public. En effet, celles-ci concentrent une part importante des grands dfis mondiaux daujourdhui et de demain : surpopulation, pollution, violence, pauvret.

Jusquici, lanalyse est difficilement contestable. Malheureusement, il suffit de quelques pages au lecteur pour sapercevoir quil risque de rester sur sa faim, la suite confirmant cette intuition initiale. Les huit premiers chapitres constituent une vritable nigme, tant il est difficile de discerner le fil directeur dun ouvrage quon ne peut dcrire autrement que comme un vritable fouillis danecdotes, doubl dune numration de problmes. Certes, certains passages sur lintercommunalit, la dmocratie directe ou les partenariats public/priv dans llaboration des politiques urbaines montrent une qualit de rflexion vidente chez lauteur. Malheureusement, ces rares passages intellectuellement stimulants ne parviennent pas contrebalancer la platitude et la dstructuration de largumentation. Michel Thiollire passe dans un mme chapitre de la dsindustrialisation aux jurys citoyens imagins par Sgolne Royal (dont il propose cependant une critique pleine de bon sens) sans que lon comprenne la logique dun tel enchanement, multiplie les rcits mtins dautoclbration sur sa ville de Saint-tienne (mme si lon ne peut videmment pas lui reprocher de parler de son action de maire dans un livre dont cest prcisment le but), avant denfoncer quelques portes ouvertes en expliquant quil y a des pauvres, de la violence et de la pollution dans les villes, sans toutefois proposer quoi que ce soit de concret pour y remdier. Pour ne rien gcher, le tout est ponctu denvoles lyriques et dexclamations qui ne manqueront pas den agacer plus dun.

Arriv au 9me et dernier chapitre, le lecteur courageux et optimiste se dit que leffort en valait la peine : ldile nous propose enfin ses solutions pour vivre mieux dans les villes. L aussi, le sentiment est mitig. Pour une ou deux propositions senses (coproduction des politiques de la ville entre secteur public et secteur priv, changement du mode de dsignation des lus communautaires), Michel Thiollire nous sert une litanie dides navigant entre irralisme (crer un Snat europen ou une force de lONU pour les villes) et dmagogie la plus absolue (organiser plus de ftes, conformment une conception de la politique dj en vigueur la mairie de Paris). Les mauvaises langues diront que les hommes politiques ne changeront jamais.

Mathieu Zagrodzki
( Mis en ligne le 20/09/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)