L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Sociologie / Economie  

Disperser le pouvoir - Les mouvements comme pouvoirs anti-étatiques - Soulèvements et organisation à El Alto (Bolivie, 2003)
de Raul Zibechi
L'Esprit Frappeur 2009 /  15 €- 98.25  ffr.
ISBN : 978-2-84405-234-6

L'auteur du compte rendu : Romancier, essayiste, docteur en sociologie, Frdric Delorca a publi entre autres, aux ditions du Cygne, Transnistrie : Voyage officiel au pays des derniers Soviets (2009).

La pensée libertaire au miroir de la Bolivie

Les productions de la pense libertaire en France font lobjet dune diffusion assez confidentielle. Lune dentre elles mrite notre attention, il sagit du dernier livre deRal Zibechi : Disperser le pouvoir. Les mouvements comme pouvoirs anti-tatiques. Journaliste et universitaire urugayen, Ral Zibechi sest fait connatre en France entre autres il y a quelques annes par sa contribution louvrage collectif LAtlas alternatif (le Temps des Cerises, 2006). Il nous livre ici une rflexion sur linsurrection dEl Alto, en Bolivie, en 2003.

Le sujet est en soi stimulant: il sagit dune rvolte indienne, celle des Aymara, une des trois principales composantes de la socit bolivienne, dont est dailleurs issu le prsident Evo Morales. Comme David Graeber, ou Pierre Clastres (auquel il est fait rfrence), Zibechi ne manque pas de mobiliser au service de son analyse politique tout le matriau anthropologique (ethnologique) qui la fois permet de resituer lexprience sociale observe dans ses particularits historiques et interdit toute transposition simpliste dautres espaces gographiques, tout en suggrant des enseignements universels. Zibechi dcrit une socit qui aurait gard peut-tre le mieux (mieux que la socit pruvienne), lesprit et les usages de la socit inca, et, en mme temps, une socit profondment bouleverse non seulement par la colonisation espagnole (qui la confine dans la clandestinit), et la modernit capitaliste, mais aussi, au cours des 10 dernires annes, par le dsastre no-libral, cause duquel la ville dEl Alto est passe de moins de 100000 habitants dans les annes 1970 800000 aujourdhui, des paysans arrachs leurs terres pour la plupart.

Cette analyse, notons-le, se fait sans anglisme: ainsi, par exemple, Zibechi ne passe nullement sous silence la violence inhrente cette socit (lusage de la peine de mort, et du chtiment domestique par le fouet dans le chapitre sur la justice). Il dcrit un monde de proltaires dracins quil compare juste titre la classe ouvrire anglaise de la rvolution industrielle dcrite par Hobsbawn. Il sattache recenser en son sein les pratiques qui ont pu maintenir et renforcer un sens communautaire dans la jungle urbaine par exemple le fait de marcher pieds sur de longues distances en groupes pour se protger des dlinquants, et aller prendre un bus trs loign du domicile. Gestes apparemment anodins, et pourtant structurants dans leur rptition, qui entretinrent la solidarit dune population ghettose, prlude ensuite aux combats communs pour obtenir des hpitaux, des routes praticables.

Les habitants dEl Alto ont eu lhabitude de vivre sans tat et de sorganiser en conseils vicinaux de base pour la vie quotidienne et lentretien de leurs quartiers. A travers les emplois familiaux, et une conomie informelle qui abolit la division sociale du travail, ils ont constitu des ensembles sociaux disperss qui en temps de paix chappent au contrle des institutions verticales et qui en temps de rvolte ont su se transformer en de redoutables machines de guerre, trs mobiles et dune trs grande inventivit tactique.

Loin de se limiter au recensement ethnographique et sociologique, Zibechi formalise les modes daction politique de la socit quil observe. Tout un dispositif de concepts imags est ici mis en uvre. Dans le cadre dun dialogue polmique avec la gauche autoritaire, il sattache dmontrer que lindivision des tches et le refus de dlguer le pouvoir un centre peut tre un gage defficacit dans la lutte, et ouvrir la voie dune rforme profonde de lEtat dans le sens du respect de la diversit des groupes et des individus.

Le lecteur qui parvient franchir lobstacle de la prface un peu terne et jonche de coquilles de Miguel Benasayag dcouvre ainsi un livre stimulant qui aide non seulement comprendre la culture politique indienne andine, mais aussi rflchir aux conditions de possibilit des rvoltes populaires, voire aux moyens dviter leur rcupration par des systmes reprsentatifs susceptibles terme den trahir les intrts. Cest en somme une manire de reprendre nouveaux frais de vieux dbats qui remontent la Commune de Paris et la Rvolution sovitique.

Frédéric Delorca
( Mis en ligne le 01/09/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)