L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Sociologie / Economie  

La Force de l'empire - Révolution industrielle et écologie - Ou pourquoi l'Angleterre a fait mieux que la Chine
de Kenneth Pomeranz
ERE - Chercheurs d'ère 2011 /  15 €- 98.25  ffr. / 157 pages
ISBN : 978-2-915453-57-7
FORMAT : 13,5cm x 20cm

Prface de Philippe Minard

Lauteur du compte rendu : Rmi Luglia, professeur agrg dHistoire et interrogateur en deuxime anne dans une classe prparatoire commerciale, est doctorant Sciences-Po Paris o il mne une recherche sur lhistoire de la protection de la nature en France de 1854 nos jours travers le mouvement associatif.


Le briseur de certitude

Jusqu prsent, on constatait que la Rvolution industrielle tait anglaise et quelle ne pouvait tre quanglaise. Tous les autres cas de dveloppement taient alors jugs ltalon anglais, modle dfinitif de dveloppement industriel sur lequel le monde allait saligner sous peine de dclassement.

Kenneth Pomeranz renouvelle profondment la vision de ce processus et de ces divergences en constatant qu la fin du XVIIIe sicle les rgions les plus avances de Chine et dAngleterre se ressemblent trangement. Or, si lAngleterre a connu ensuite un dveloppement foudroyant, la Chine a sembl condamne la stagnation jusquil y a peu de temps. vacuant les hypothses civilisationnistes, racistes ou divines, Kenneth Pomeranz rfute toute fatalit cette volution diffrencie. Si dautres facteurs ont pu avoir leur rle, deux atouts ont pour lui t dterminants au profit de lAngleterre: du charbon abondant et peu cher; un empire, rservoir de matires premires. Ce dont na pas dispos lembouchure du Changjiang (Yangzi).

Ce faisant, Pomeranz rompt avec une abondante historiographie, aux problmatiques bien videmment volutives, mais qui ignore largement les contraintes environnementales. Quintgre Kenneth Pomeranz dans son raisonnement? Lvidence mme. Les socits humaines vivent au sein dun environnement et interagissent avec lui: elles sont contraintes ou favorises par lui; elles ladaptent leurs besoins; elles le faonnent par leur culture. Avec le charbon, lAngleterre dispose dune nergie qui ne concurrence plus une agriculture de plus en plus spcialise dans lalimentaire, voire qui lui permet daugmenter ses rendements. Le coton amricain, associ la machine vapeur, est une seconde tape essentielle car lui aussi dgage lagriculture dune production concurrente de lalimentaire, celle des fibres textiles dsormais importes de lempire. Exit la spirale malthusienne du manque de terre et des rendements dcroissants. En Chine, cest linverse qui se produit: forte pression dmographique; dveloppement intensif en travail; hausse des prix du coton et du riz; chute des revenus de la proto-industrie; dforestation. La force de lAngleterre pour Kenneth Pomeranz est bien davoir russi externaliser ses problmes environnementaux.

Dans le droit fil dune histoire environnementale de plus en plus lgitime, mme en France, Kenneth Pomeranz nous livre ainsi un essai rjouissant. Cette rflexion historique permet de sinterroger sur le prsent: consommation en forte croissance des matires premires par une Chine en plein essor; finitude de ces mmes matires premires; suspicion sur la pertinence et la durabilit du modle de dveloppement mondial...

Rémi Luglia
( Mis en ligne le 31/08/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)