L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Sociologie / Economie  

Le Plus beau but était une passe - Ecrits sur le football
de Jean-Claude Michéa
Flammarion - Champs Université 2014 /  15 €- 98.25  ffr. / 147 pages
ISBN : 978-2-08-131314-9
FORMAT : 13,6 cm × 21,0 cm

Dribbling game vs.passing game

Cet essai n'est pas indispensable dans la bibliographie de Jean-Claude Micha. Pour dcouvrir l'auteur, il vaut mieux se reporter d'autres ouvrages controverss, comme LEmpire du moindre mal, La Double pense ou, celui-ci essentiel par contre, Le Complexe dOrphe. Nanmoins Le Plus beau but tait une passe illustre bien les thses de l'auteur, savoir une critique de l'extension progressive de la logique librale sur toutes les sphres du vcu, et notamment ce qui reste du lien entre les individus, rsistance aux eaux glaces de lgosme et du froid calcul de l'intrt.

Le titre est cet gard rvlateur. Regroupant ici ses crits sur le football (''Nous sommes tous des mendiants du beau jeu'', ''Y a-t-il une philosophie du football ?'', ''Appel sauver le stade de football Pierre-Rouge'' et ''Les Intellectuels, le peuple et le ballon rond''), lauteur est explicite dans sa dmonstration. Il oppose le dribbling game originel (qui est fond sur le vieil idal aristocratique de la prouesse individuelle, cest--dire sur le fait que chaque joueur sefforce ds quil est en possession du ballon daller seul au but et de marquer) au passing game (jeu fond sur lentraide, la coopration et le travail en commun). Micha fait ainsi rfrence la phrase dEric Cantona dans le film de Ken Loach. Quand on a demand au joueur quel tait son plus beau but, celui-ci rponditque son plus beau but tait une passe, seffaant devant son co-quipier et indiquant par l le travail dquipe dfinissant ce sport populaire.

Micha scelle sa dmonstration en marquant la diffrence entre le jeu goste-libral du dribbling game et le passing game centr sur le don et lentraide, notions si importantes au sein des classes populaires pour se prserver du capitalisme et de sa froide logique goste. L'auteur en veut larrt Bosman - impos par lUEFA en 1995 - de la Cour de justice europenne, qui allait modifier le statut social et symbolique des joueurs professionnels. Avant cela, il tait rare quun joueur pt vivre de la gloire du terrain et gagner plus de deux fois le salaire dun ouvrier qualifi ou dun contrematre. Cet arrt allait permettre aux grands clubs sportifs de se transformer en entreprises capitalistes, susceptibles dtre cotes en Bourse et de recruter prix dor les meilleurs joueurs du monde, transformant un nombre croissant de ceux-ci en mercenaires, plus soucieux de leur image que de leur talent sur le terrain.

Do dailleurs la pauvret actuelle du jeu ; il sagit pour sduire les sponsors de gagner le match et de ne pas encaisser de but (la fameux 1-0) au lieu de prendre un plaisir rel jouer en quipe, doffrir un spectacle bouriffant quitte prendre des buts si lon peut en mettre un de plus au fond des filets. Les matchs dantan, rappelle-t-il, se concluaient par des scores fleuves, du genre 6-5.

Jean-Claude Micha cible aussi dessein les intellectuels libraux, de droite comme de gauche, qui ne cessent de qualifier le football de sport de bas tage, dopium du peuple. Il sagit videmment d'intellectuels qui mprisent le peuple et qualifient de populiste toute tendance qui pourrait verser soi-disant dans le fascisme. Or, comme le rappelle notre philosophe, le populisme est lalli naturel de la dmocratie puisquil sagit du pouvoir par le peuple et pour le peuple. Le dessinateur Cabu est par exemple attaqu par l'auteur, pour avoir stigmatis ce Franais populaire de beauf.

Mais au-del de la dfense du football (Albert Camus disait, rappelle l'auteur: Tout ce que je sais de la morale, cest le football qui me la appris), Jean-Claude Micha rappelle qui veut bien lentendre que le don, lentraide et tout autre sentiment dappartenance une communaut et de lien autrui restent fondamentalement opposs cette logique librale qui tend ruiner tout ce qui reste dhumain en lHomme.

Yannick Rolandeau
( Mis en ligne le 12/05/2014 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)