L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Sociologie / Economie  

Les Malentendus de la dépendance - De l'incapacité au lien social
de Bernard Ennuyer
Dunod - Action sociale 2002 /  28 €- 183.4  ffr. / 330 pages
ISBN : 2-10-006705-2
FORMAT : 16x24 cm

Lauteur du compte rendu : Raymonde Roman, infirmire dEtat, ctoie, dans le cadre de lexercice libral de sa fonction, les personnes ges depuis plus de trente ans. Elle a cr dans lAude, avec des assistantes sociales, une association de coordination, Slne, visant proposer aux personnes ges lensemble des services mdicaux, sanitaires et sociaux les concernant. Lassociation a finalement t dboute par les collectivits territoriales...

Un pont nécessaire entre le médical et le social dans la gestion du vieillissement des populations occidentales

Bernard Ennuyer, ingnieur, docteur en sociologie et directeur d'un service d'aide domicile auprs des personnes ges, prsente dans cet ouvrage la presque intgralit du texte de sa thse dhabilitation diriger des recherches en sciences humaines et sociales (Paris V-Sorbonne). C'est dire si lessai est riche, document, pertinent et technique. S'il s'adresse l'ensemble des acteurs sociaux qui travaillent auprs des personnes ges, aux responsables des services et aux politiques, louvrage a aussi un grand intrt pour tous, dans la mesure ou il amne rflchir sur la vieillesse en gnral.

La notion de dpendance est devenue en France une institution. Or sa dfinition est floue car elle n'atteint pas que les personnes ges. Sans doute cette stigmatisation des "personnes ges dpendantes" mane-t-elle d'une socit individualiste qui prne l'indpendance. Il faut cependant raliser que les situations de dpendance ou d'indpendance n'existent pas dans la vie sociale ; il n'existe que des relations d'interdpendance. En instituant la dpendance comme un tat biologique, ne relevant donc que du mdical, le politique masque le fait que celle-ci s'inscrit dans le champ social en l'enfermant dans un groupe homogne et statique.

C'est l toute l'ambigut d'une politique sociale/vieillesse, qui vise l'intgration des personnes tout en les valuant incapables de le faire. Dans les annes venir, il faudra, par ncessits dmographique, conomique et politique, resituer la population vieillissante dans un processus social dynamique, et se dbarrasser de cette vision d'enfermement travers la variable ge. La dpendance ou, plus justement, la perte d'autonomie, devra inclure la notion d'adaptabilit, savoir l'ide d'un tat non pas dficitaire mais volutif, pour permettre de vivre dans une socit qui accepte l'individu comme se faisant et non comme fig.

Bernard Ennuyer pose remarquablement les bases de cette problmatique dans ce qui sera un ouvrage de rfrence. Car il faut savoir qu'en matire de rflexion autour du troisime ge, les textes ne se bousculent pas et linnovation manque : le rapport de rfrence, dit rapport Laroche, date de 1963. Jamais contest depuis, il na t que trs parcimonieusement amnag, sans rapport aucun avec les volution lourdes de la socit. Pour nos politiques, il y a par consquent urgence poser les vrais problmes autour de ces notions.

Raymonde Roman
( Mis en ligne le 05/04/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)