L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Sociologie / Economie  

Atlas des nouvelles fractures sociales en France - Les classes moyennes précarisées et oubliées
de Christophe Noyé et Christophe Guilluy
Autrement 2004 /  14.95 €- 97.92  ffr. / 63 pages
ISBN : 2-7467-0552-4
FORMAT : 18x25 cm

Les classes moyennes n’existent plus

La France aujourdhui ? Une socit dans lensemble intgre, grce aux fameuses classes moyennes, laquelle sopposent des minorits, plus marginales, issues de limmigration et concentres dans les quartiers dits difficiles ? Ce portrait souvent bross par les mdias et les discours politiques est en fait bien loin de la ralit. LAtlas des nouvelles fractures sociales en France vient sinscrire en faux par rapport cette conception confortable intellectuellement. Le plus grand mrite de ce petit opuscule est sans aucun doute de briser les miroirs aux alouettes et daffirmer dans son sous-titre que les classes moyennes [sont] oublies et prcarises.

Lanalyse de Christophe Guilluy et Christophe Noy sappuie principalement sur les rsultats du dernier recensement de la population, ralis en 1999. Graphiques et cartes organiss par double page livrent une radiographie de la population, de ses classes et du territoire franais. Ils servent une dmonstration assez impitoyable : les mtropoles et laccs au progrs aux bourgeois traditionnels et aux fameux bobos, nouvelle bourgeoisie intellectuelle mais qui se veut sociale, et les priphries, de plus en plus loignes et sous-quipes aux couches populaires qui ne peuvent plus se permettre de payer un loyer en ville. Certes, grce au parc social et au logement inconfortable, des poches plus populaires demeurent dans les villes, mais sans empcher la ghttosation par le haut que provoque la gentrification. Les auteurs prfrent donc lexpression la France den bas celle de France priphrique.

Les principales consquences sociales de lexclusion spatiale des villes centres sont le repli sur lindividu et son habitat, et par l, la dsorganisation des classes populaires. Car le dpart du centre se fait souvent au prix de laccession la proprit. Le cadre de vie et sa prservation sont du coup surinvestis par ceux qui ont d quitter des centres urbains bien quips pour des zones de plus en plus loignes des centres, donc souvent rurales. La relgation dans des banlieues populaires, identifies culturellement et politiquement reprsentes par le parti communiste a ainsi cd la place une France populaire aphone. En effet, les classes populaires, quoique toujours majoritaires, se sont retires du monde associatif et sont de moins en moins syndiques, en gnral. La consquence ultime de cette lente perte de voix qui sest faite dans les vingt dernires annes est la constitution dune sorte de contre-culture par opposition aux partis politiques de gouvernement. Contre-culture qui sest traduite par une forte abstention conjugue au vote extrme (principalement Front national) lors des derniers scrutins.

La conclusion de cet atlas, amre, tire la sonnette dalarme et rappelle aux mdias, politiques et associations, lurgence de la situation. Cest un appel oublier la casuistique des discours sur la mixit sociale et lintgration, afin de mieux se saisir de questions telles que la survalution foncire ou la prcarisation des salaris les plus modestes.

Amélie Rigaud
( Mis en ligne le 01/11/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)