L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Sociologie / Economie  

Vies ordinaires, vies précaires
de Guillaume Le Blanc
Seuil - La couleur des idées 2007 /  21 €- 137.55  ffr. / 290 pages
ISBN : 978-2-02-091355-3
FORMAT : 14,0cm x 20,5cm

Lauteur du compte rendu : Professeur de Philosophie, Thibaut de Saint Maurice enseigne dans un lyce des Hauts-de-Seine. Il assure dans le mme temps, des cours de psychosociologie en BTS communication.

Des hommes sans qualité

Les philosophes aujourdhui connu pour leur engagement sur la scne politique et sociale, le sont moins pour leur travail philosophique que pour la pure forme de leur engagement, surtout quand celui-ci prend des couleurs internationales. Ainsi quand Bernard-Henri Lvy part au Darfour, ce nest pas tant pour penser, comprendre et donner comprendre, que pour crer un vnement mdiatique dont on attend, titre de consquence seulement, que les images facilitent une prise de conscience de lopinion publique.

O en est pourtant lengagement de la pense au plus prs des maux de lhomme moderne ? Qui sintresse aux chmeurs, aux immigrs, aux marginaux, aux prostitues, aux prcaires et tout simplement aux pauvres, tous ceux qui ne sont pas sur le devant des scnes simplement parce que nous ne les y voyons plus ? Qui se charge des luttes sociales et des nouveaux problmes quelles font surgir ? Pour beaucoup, le dernier philosophe sen tre charg nen tait pas tout fait un : ctait Pierre Bourdieu, lors des mouvements sociaux de 1995, ou lors de la parution, peu avant, sous sa direction, du grand recueil dtude : La Misre du monde. A sa suite, la comprhension de ces terrains, semble-t-il, fut laiss aux sociologues, comme en tmoigne encore rcemment le livre La France invisible de Stphane Beaud, Joseph Confavreux et Jade Linngaard sur les invisibles de la socit franaise. Si la mthode sociologique permet une approche au plus prs du terrain, et une rvlation tant de la profondeur que de la diversit des problmes, elle ne sengage pourtant pas toujours sur le sens unifi de ces complexits dcouvertes, sarrtant (et cest bien son rle en un sens) la description de la diversit des situations et une analyse de leurs conditions de possibilit.

Ce terrain quelque peu dlaiss ces derniers temps par la philosophie, Guillaume le Blanc, un jeune professeur de philosophie de luniversit de Bordeaux, sen empare dans son dernier livre, en risquant la pense lpreuve de la prcarit et de sa diffusion dans les socits contemporaines. Au dpart il y a une indignation lgard de la naturalisation idologique de la prcarit, lgard par exemple dun propos comme celui de Madame Parisot, prsidente du Medef, au printemps dernier : Tout est prcaire, la vie est prcaire, lamour est prcaire, pourquoi le travail ne le serait-il pas ?. Que lon puisse justifier la prcarit sociale par la contingence naturelle de la vie humaine, voil prcisment ce qui relve non seulement de loubli des processus historiques et sociaux de la constitution de la prcarit, mais aussi de la confusion conceptuelle pure et simple ; double confusion qui justifie amplement une intervention philosophique de distinction et de dfinition. Pour autant la rflexion ne sarrte pas l : la diffusion de la prcarit sociale, son installation et son utilisation dans le quotidien, interrogent plus profondment le rapport la normalit.

Quest-ce quune vie normale ou ordinaire, par rapport des vies prcaires ? Partant du principe que les descriptions des tats de prcarit ont dj t faites, le propos ici est bien plutt de tenter de comprendre la prcarit : comprendre ce quelle est, essayer de fixer son concept. Prcisment, la prcarit, Guillaume le Blanc la comprend comme un processus de dtachement. La prcarit dtache lhomme de ses capacits et le laisse dpossd de lui-mme, tandis que lordinaire de la vie attache des capacits lindividu, qui lui permettent par la suite dincorporer les normes du quotidien, chacun selon un style personnel. tre prcaire, donc, cest ne plus disposer de toutes ses proprits sociales (droits, statuts, reconnaissances), ne plus avoir suffisamment de quoi agir matriellement, et cest parler dune voix qui nest plus entendue. Autrement dit, travers le dtachement de ces trois capacits, cest la capacit intgrer les normes du quotidien qui est fragilise, ce qui signifie peu peu linexistence du prcaire. A terme, la prcarit est un processus de disqualification sociale qui finit par attaquer les qualits personnelles puisqu'ils y perdent jusqu leur capacit de dire, qui est aussi et toujours en mme temps une capacit de se dire et dachever lenveloppe de son identit.

Lengagement philosophique consiste alors pour Guillaume le Blanc faire uvre de traduction. Traduire la langue des prcaires dans la langue philosophique et contribuer ainsi redonner de la voix ceux pour qui elle ne porte plus. Mais il ne sarrte pas l. En sa troisime et dernire partie, il sinterroge sur la politique mener pour dfaire cette prcarit socialement construite. Si la prcarit est une disqualification sociale qui entrane une souffrance sociale et psychique, alors il faut non pas rparer le prcaire pour quil redevienne normal, ce qui produirait de la souffrance supplmentaire ; mais bien plutt mener une politique du soin recratrice et non normalisante, qui donne au prcaire les moyens de remettre sa vie en mouvement partir de lui-mme. A terme, et cest l sans doute la porte la plus originale de la rflexion de Guillaume le Blanc, il ne sagit pas de sortir de la prcarit en accompagnant vers la normalit apparente des vies ordinaires, mais bien de soigner les vies prcaires pour qu partir delles puissent slargir les frontires de la vie ordinaire. Revigorer en quelques sortes les vies ordinaires par la requalification de formes de vies insouponnes du fait de leur dviations par rapport aux normes du quotidien.

On comprend alors que le livre sachve par un loge des dviations, si lon comprend la dviation comme un lger dsajustement personnel par rapport une norme ordinaire. Dvier de la sorte pour ne pas btement et simplement reproduire des normes de vie et passer toute son existence dans langoisse ou le dilemme de lordinaire : soit subir trop fortement la prsence des normes, soit au contraire souffrir de leur absence.

Avec ce brillant essai, Guillaume le Blanc signe le retour fracassant de la philosophie dans la critique sociale. Fort de ses travaux passs sur Canguilhem et sur Foucault, il montre avec ce livre que la philosophie a encore les moyens de semparer des plis du rel et de les dplier sans casser leur sens. Il reste nanmoins une distance que la sincrit de lengagement ne parvient pas rduire : celle de la diffusion. Il nest pas sr que lanalyse soit accessible aux prcaires eux-mmes, si comme le montre bien le livre, la prcarit signifie aussi une tranget aux normes de la prise de parole publique et de lintervention dans le dbat public.

Thibaut de Saint-Maurice
( Mis en ligne le 17/10/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)