L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Sociologie / Economie  

Economie hétérodoxe
de John-Kenneth Galbraith
Seuil - Opus 2007 /  35 €- 229.25  ffr. / 1201 pages
ISBN : 978-2-02-089622-1
FORMAT : 14x20,5 cm

Prface de Gilles Dostaler.

L'auteur du compte rendu : Juriste, essayiste, docteur en sociologie, Frdric Delorca a dirig, aux Editions Le Temps des Cerises, Atlas alternatif : le monde l'heure de la globalisation impriale (2006).


Un pape du keynésianisme

Sous le titre Economie htrodoxe, les ditions du Seuil publient cet automne le dernier recueil dessais du trs grand conomiste amricain (n canadien) John Kenneth Galbraith, dcd lan dernier Cambridge (Massachussets). Dans cette srie de textes, lauteur qui fut un pape du keynsianisme et de lEtat providence (il commena sa carrire comme conseiller du New Deal de Roosevelt, et occupa, outre sa chaire Harvard, des postes de responsabilit pendant les Trente glorieuses) confirme lampleur de lrudition conomique mais aussi historique et sociologique qui caractrisait dj son uvre des annes 1960-1970. Le lecteur trouvera notamment dans les chapitres de lessai intitul LEconomie en perspective (1987) un tableau magistral de lhistoire de la science conomique occidentale dAristote au XXe sicle, la fois synthtique et pntrant, et - ce qui ne gche rien - agrment dun solide sens de lhumour anglo-saxon.

Un des intrts de ce travail est notamment de rappeler avec honntet au lecteur soucieux de comprendre les raisons du triomphe actuel du no-libralisme, les motifs du succs mais aussi de la fragilit du systme keynsien que Galbraith contribua pourtant mettre en pratique aux Etats-Unis. Comme le souligne Galbraith, Keynes eut le tort de laisser aux no-classiques la suprmatie dans le domaine de la thorie de la fixation des prix et des salaires (la micro-conomie) tandis que lui ne sintressait qu la rgulation macroconomique. Ce faisant, quand son modle se grippa avec les cycles dinflation de la fin des annes 60, le montarisme de Milton Friedman (la restriction de la masse montaire) devint le seul outil de rechange directement applicable, au service de la rvolution conservatrice, un outil dailleurs plus indolore que les hausses dimpts pour les financeurs des campagnes lectorales. On est ici assez loign de certaines thories de gauche qui tendent imputer lessor du montarisme une sorte de complot acadmique.

La curiosit de Galbraith pour la sociologie le conduit esquisser dans Anatomie du Pouvoir (1983) - une thorie du pouvoir laide de catgories sur les formes de domination la personnalit, la persuasion, la dissuasion et lorganisation qui ressemblent beaucoup des idaux-types weberiens, mme si le mot nest jamais prononc. A la lumire de ces concepts, Galbraith revisite toute lhistoire du monde, pour aboutir au phnomne majeur du XXe sicle : le triomphe de lorganisation, dans tous les domaines (y compris dans larme et dans la religion, dont Galbraith ne cache pas le rle central dans le systme amricain). Le lecteur pourra regretter certaines simplifications (sur lAntiquit notamment), et la prgnance contestable dun certain fonctionnalisme qui spare artificiellement les individus des institutions. On peut en outre se demander si la cl dinterprtation de la modernit (et des impasses actuelles de la science conomique) le dveloppement des organisations nest pas un peu trop systmatique pour tre intellectuellement satisfaisante. Mais force est en tout cas de reconnatre que Galbraith au moins sy rvle comme un social-dmocrate mritant, qui ne sarrte pas la dfense des services publics, et sait aussi faire le procs de la bureaucratie, aussi bien dans le secteur priv que dans les administrations.

Les textes plus rcents, qui remontent aux annes 1990, savrent encore utiles de nos jours, pour comprendre les annes 2000. Dans La Rpublique des satisfaits, crit en 1992, Galbraith plaide pour une approche de la socit en termes de classes sociales, et sattache montrer les ravages cologiques et sociaux que cause lindiffrence des classes suprieures (les satisfaits) lgard des classes populaires dont leur bien-tre pourtant dpend en grande partie. Un aspect original de ces considrations concerne la politique trangre dont Galbraith (en tant quancien ambassadeur en Inde de John Kennedy) soutient quaux Etats-Unis elle repose principalement sur la routine et ne requiert jamais de grandes innovations intellectuelles. Il en rsulte, selon lui, un conservatisme surann dans les mthodes et dans les objectifs, notamment dans la valorisation de la force militaire mme en labsence dennemi de grande envergure. Lanalyste dmocrate qui dnonce lenvole du budget militaire amricain dune dcennie sur lautre, nest alors pas loin danticiper le phnomne Rumsfeld et les utopies no-conservatrices qui conduisent aujourdhui son pays au dsastre militaire.

Cet essai ainsi que les suivants dont la tonalit ne varie gure sachvent sur un constat pessimiste. Les riches, y compris ceux qui parlent pour eux et ceux qui sont leurs allis politiques, sont solidement installs aux commandes. Ils sont ce quon appelle la ralit politique et ils le seront encore dans les temps venir, conclut lconomiste la fin de louvrage. Un diagnostic dsabus, peine tempr par un appel un sursaut dmocratique en forme de bouteille la mer

Frédéric Delorca
( Mis en ligne le 26/10/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)