L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Historiographie  

L'Histoire en miettes - Des Annales à la nouvelle histoire
de François Dosse
La Découverte - Poche 2005 /  11 €- 72.05  ffr. / 268 pages
ISBN : 2-7071-4590-4
FORMAT : 13x19 cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

Saintes Annales, priez pour nous

LHistoire a ses propres divinits, olympiennes, inflexibles, quasi immortelles. Elles disposent dun clerg, de temples et de fidles, ont rig une orthodoxie rigoureuse partir dun corpus de texte tabli. Le mouvement des Annales peut lgitimement prtendre ce statut divin, et le Panthon se nomme alors EHESS Mais comme rien nest dfinitivement sacr en ce bas monde, les Annales ont galement trouv des historiens, plus ou moins critiques, pour en valuer le passage lHistoire. Il tait temps de dsenchanter la science historique : cest chose faite (depuis 1987) avec ltude de rfrence, ici rdite, de Franois Dosse, lun des meilleurs spcialistes actuels dhistoriographie (on lui doit rcemment une tude de rfrence sur la biographie). Cet ouvrage, dsormais classique, entreprend de faire lhistoire dun mouvement dont linfluence fut dcisive sur la manire dcrire et de penser lhistoire au XXe sicle.

La rvolution commence aux marges des sciences humaines, au dbut du sicle : les comploteurs viennent des sciences nouvelles, comme la sociologie, et attirent de jeunes historiens novateurs, qui entendent bien se frayer un chemin. F. Dosse claire le contexte et montre bien les filiations et les trajectoires intellectuelles qui mnent Marc Bloch et Lucien Febvre contester le paradigme dalors. Le vocabulaire militaire ou stratgique, rcurrent chez Febvre, atteste de lesprit dans lequel on dbat : il sagit de substituer une orthodoxie une autre, et tous les coups sont permis. On ostracise, on argumente, on critique, on conquiert des territoires. Depuis Strasbourg, les gnraux Febvre et Bloch dveloppent, via les Annales, une stratgie dassimilation (dappropriation) des autres sciences sociales conomie, ethnologie, psychologie, gographie - avec, en horizon radieux, la conqute dun champ scientifique et universitaire. La guerre interrompt un temps loffensive : si un Lucien Febvre saccommode (comme le dirait P. Burrin), Marc Bloch rsiste et succombe. Un dieu mort fait toujours bien dans une religion : les Annales ont leur Christ ! Les aptres peuvent entrer en jeu et se mettre vangliser, solidement assis sur les institutions.

Lre Braudel commence, celle dun btisseur dglise : comme ses prdcesseurs, lhistorien se trouve face un dfi intellectuel, celui de lavnement des sciences sociales. F. Dosse claire alors la stratgie (mondiale) des Annales, devenues Annales, conomie, socit, civilisation : stratgie efficace qui voit les historiens, soutenus par la fondation Rockefeller, semparer des sciences humaines, via la VIe section de lEPHE, future EHESS, et y construire un fortin, sur les ruines de la prison du Cherche-Midi. Oprant un tri dans lhritage, Braudel privilgie alors lconomie, associe la dmographie. Cest le temps des tudes statistiques, des monographies rgionales, des cycles longs : lhistoire camembert dans toute sa splendeur, qui carte lhomme au profit du fait conomique, se nourrissant de courbes, tableaux et diagrammes, postulant au statut de science objective. Statut contest : face aux Annales conqurantes se dresse un nouvel adversaire (restons sur la mtaphore guerrire) : le structuralisme, qui se veut ngation de lhistoire. Louvrage, dans le sillage de F. Braudel, dvoile la rplique des Annales, celle du temps long, voire dun temps immobile (mais il rvle galement les failles humaines et intellectuelles dun F. Braudel - qui ne se reconnaissait dgal que Sartre - au rebours du quasi culte qui lui est vou et dont il fut lun des meilleurs artisans).

La troisime poque, post-braudelienne, est sans doute lune des plus difficiles, celle des illusions perdues, du fait dun constat : lhistoire totale, lidal initial, demeure inaccessible. La complexit croissante de la science historique, son htrognit du fait de lapport des sciences humaines auxiliaires, aboutit une fragmentation, une histoire en miettes (P. Nora), srielle (M. Foucault) qui ne vise la totalit que dans larticulation des diffrentes spcialits ou par le biais de sries. LEHESS devient cette immense auberge espagnole o lon fait de tout, o lon se dtache mme de lhumain pour le climat, non sans talent. Un P. Veyne sensible au rcit y croise un adepte de lordinateur (E. Le Roy Ladurie). Lhritage des fondateurs persiste dans un esprit et un projet, une communaut qui fait significatif ne connat pas de distinctions politiques et semble mme cet gard plutt cumnique, allant du PCF la droite maurassienne. Il persiste peut tre galement du fait dune certaine prsomption incarner la science historique. Lesprit dorthodoxie demeure, mais lhistoire en ressort dconstruite, fragmente.

Louvrage de Franois Dosse est dj ancien (1987, rdition en 1997), mais la lecture de cette nouvelle rdition atteste de son intrt et de sa valeur scientifique. En sympathie, mais toujours critique, lauteur retrace lhistoire dun courant et dune pense, ses circonvolutions, ses esprances, et ses garements, ses voies sans issue. Certes, le ton est parfois un peu dogmatique voire agressif concernant certains historiens (mais lauteur sen explique, et sen excuse dans une introduction la premire rdition), mais cest aussi le charme dun style et dune manire de rflchir que lon pourrait parfois rapprocher par son art de la formule et de lanalyse dcisive des clbrissimes comptes rendus de Lucien Febvre. Louvrage est destin avant tout aux historiens et aux philosophes de lHistoire, qui mesureront ainsi la profondeur des bouleversements amens par les Annales, mais galement les limites dune rvolution quil a bien fallu achever.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 16/05/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)