L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Témoignages et Sources Historiques  

Au combat - Réflexions sur les hommes à la guerre
de Jesse Glenn Gray
Tallandier 2012 /  21.20 €- 138.86  ffr. / 304 pages
ISBN : 978-2-84734-680-0
FORMAT : 14,5cm x 21,5cm

Simon Duran (Traducteur)
Bruno Cabanes (Prfacier)
Hannah Arendt (Prfacier)

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est matre de confrences en histoire contemporaine luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.


Dire l’indicible ?

Sur lexprience de guerre, on a dj lu, et beaucoup: journaux, souvenirs, tmoignages, rcits, analyses universitaires, correspondances, bandes dessines, etc Certains auteurs se sont mme fait une spcialit de dbusquer le faussaire au sein dune production plthorique ltude de Jean Norton Cru sur les rcits de la Grande Guerre, et les nombreux dbats qui surgissent encore autour de son uvre, l'attestent. Le tmoignage est donc la fois une manire den finir avec un traumatisme, comme pour un Erich Maria Remarque, une auto-analyse et un moyen de se souvenir, dentretenir une mmoire Beaucoup denjeux donc, au point que parfois, on puisse avoir limpression dune inflation mmorielle un peu puisante et dun dbat qui tourne vide entre historiens.

Et puis il y a Jesse Glenn Gray et ses Rflexions sur les hommes la guerre. Demble, on se dit quil sagit dun nime journal de guerre la seconde guerre mondiale qui a certes sa valeur documentaire, mais qui ne raconte une fois de plus que le quotidien dun soldat. Certes, certains auteurs, commencer par Paul Fussell (A la guerre, Seuil), ont su tirer de leur exprience la matire une rflexion importante, en ce quelle entend synthtiser, gnraliser une exprience, mais quen est-il de Gray? Au fil de la lecture, on dcouvre que Jesse Glenn Gray qui fit par la suite une carrire universitaire de philosophe, spcialiste de philosophie allemande et notamment dHeidegger entreprend dans cet ouvrage une vritable analyse, sans fards, de lhomo furens, une analyse quasi rvolutionnaire.

Louvrage se prsente, de manire sobre, comme une relecture, tte repose, de ses carnets et de sa correspondance de guerre. Mais ds le chapitre II, le lecteur comprend loriginalit du texte: dcrivant les charmes secrets de la guerre (p.72), Gray dveloppe ce quil appelle la jouissance de voir, la jouissance de la fraternit, la jouissance de la destruction. Cest cette dernire confession qui est la plus troublante, en ce que, rebours du soldat pacifiste, Gray dit lapptit de destruction qui anime parfois le soldat, ramenant lhomme son stade de loup pour lhomme, loin du discours polic de nombreux vtrans. Et si lapptit de fraternit est dj connu (la camaraderie de front, la notion de groupe primaire et ses consquences tactiques, vues par un Omer Bartov notamment), si la luxure du regard voque par Gray ramne une interrogation elle aussi pratique sur le spectacle de la guerre, ces trois jouissances accoles explorent un quotidien et des pulsions plus complexes quil ny parat. Un texte qui dpasse largement le cadre de la Deuxime guerre mondiale, et mme de la guerre en gnral, et trouve des chos dans tout rapport la violence politique Un texte donc trs actuel, hlas.

A lire Gray, on songe invitablement un autre vtran, mais de la Grande Guerre, un immense crivain qui na pas cach son got pour la guerre et son thtre: Ernst Junger Mais au lyrisme dun Junger, Gray rpond par lanalyse, froide, dpassionne, servie par un sens de la formule redoutable. Un talent qui sapplique toutes les expriences du soldat, analyses, classes, dissques: lamour, lennemi, la mort, le traumatisme. Quon le saisisse dans les diverses dclinaisons du sentiment amoureux, ou dans la froide construction de ladversaire (quil faut bien har si lon veut bien le tuer), quon le confronte lexprience de la mort donne - et son corollaire, la culpabilit ou langoisse de la mort subie, moins quun fatalisme absolu ne dissolve la peur, le soldat Gray philosophe, analyse, classe et, imperturbablement, dresse le tableau dune humanit qui donne raison Hobbes, la guerre de tous contre tous plutt quaux irnistes. Lexercice de distanciation entre Gray philosophe et Gray soldat savre dautant plus salutaire que lauteur sait trouver les mots pour exprimer le ct lyrique de lexprience de guerre, et il y a parfois dans son tmoignage plus de repentance que de rejet dune exprience.

Louvrage, prfac par Hannah Arendt, est de ceux qui ne se laissent pas facilement oublier, en ce quil plonge au cur du combat et quil en claire les racines dans le cur de lhomme. Au rythme de quelques descriptions saisissantes, et anecdotes surralistes (tel cet ermite italien, crois par hasard, qui ignore jusqu lexistence de la guerre), Gray traverse les batailles, rencontre des gens de tous bords, et se dcrit, en soldat. Leffet de distanciation est extrmement efficace, et donne au texte une densit que peu de rcit atteignent. Un vrai grand livre sur lexprience du combat.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 03/04/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)