L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Témoignages et Sources Historiques  

Odeurs antiques
de Lydie Bodiou et Véronique Mehl
Les Belles Lettres - Signets 2011 /  13,70 €- 89.74  ffr. / 302 pages
ISBN : 978-2-251-03016-6
FORMAT : 11,1 cm × 17,9 cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Dalmon, diplm de lI.E.P. de Toulouse, est titulaire dune matrise en histoire ancienne et dun DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien lve de lInstitut Rgional dAdministration de Bastia et ancien professeur dhistoire-gographie, il est actuellement conservateur la Bibliothque Interuniversitaire Cujas Paris. Il est engag dans un travail de thse en histoire sur les cultes et reprsentations des Nymphes en Grce ancienne.

Parfums d’antan

Ce nest pas la premire fois que Lydie Bodiou et Vronique Mehl, respectivement matres de confrences en histoire grecque lUniversit de Poitiers et lUniversit de Bretagne-Sud, sintressent aux odeurs et aux parfums dans lAntiquit. Elles avaient dj dirig avec Dominique Frre un ouvrage collectif particulirement remarquable sur ce sujet, paru en 2008 aux Presses Universitaires de Rennes. Le livre quelles publient maintenant aux ditions des Belles Lettres, dans la collection ''Signets'', en constitue un complment utile, en permettant de dcouvrir les traductions dextraits de nombreux textes grecs, mais aussi latins, sur le sujet. En effet, bien quhellnistes, les deux auteures ont pris soin doffrir galement un tableau trs complet du monde romain.

Lanthologie de textes anciens est prcde dun entretien avec Pierre Berg, homme daffaires et mcne, mais surtout prsident de la Fondation Pierre Berg-Yves Saint-Laurent la maison de couture YSL, comme beaucoup de ses concurrentes, avait diversifi ses activits avec du parfum. Il y expose notamment lide que le parfum au XXIe sicle ne correspond pas sa reprsentation antique; il nest plus une parure, une offrande ou un aromate, mais un moyen de gagner de largent avec des recettes de marketing. En effet, le succs dun parfum, aujourdhui, tient plus sa publicit et son image qu sa fragrance.

La premire partie de louvrage sintresse aux secrets de fabrication des parfums antiques. Sont prsents ici des textes relatifs au fonctionnement de lodorat, la faon de concevoir un parfum, ses composants (huile, fleurs, rsines), leur origine, leur mode de production, leur commercialisation, notamment chez le Grec Aristote et le Romain Pline lAncien. La gographie des aromates fait intervenir un Orient mythique et fantasm (Inde et surtout Arabie), o, par exemple, lencens est gard par des serpents ails fabuleux. La confection des parfums fait intervenir des substances vgtales, sauf que lexcipient ntait alors pas lalcool, mais lhuile. Cette dernire devait rancir rapidement, et les essences volatiles sestompaient avec le temps; les conditions de conservation taient donc loin dtre optimales. Le parfum antique tait gras et onctueux, rendant la peau autant brillante quodorante; lodorat et la vue taient ainsi tous deux concerns.

La deuxime partie est consacre un vnement de la vie humaine o les parfums occupaient une trs grande place, savoir le mariage. Le parfum apparat en effet comme un vecteur privilgi accompagnant toutes les crmonies de passage, de la naissance la mort, mais avec un accent particulier sur les crmonies nuptiales. Dans les rcits mythiques, ds Homre, la jeune fille en ge de se marier est associe aux prairies et aux fleurs naturelles prtes comme elle tre cueillies. Le parfum est la fois celui des corps que lon prpare la sexualit reproductive, mais aussi celui de la fte, des dcorations florales des maisons, des rites, du banquet et du cortge nuptial.

La toilette et la fonction thrapeutique des parfums sont au centre de la troisime partie. Appliqus sur la peau, ils lembaument et la rendent brillante, alliant la vue lodorat pour sduire. Ovide conseille cependant aux belles den user avec modration. Les odeurs peuvent aussi rvler au mdecin une maladie, comme lindiquent par exemple les textes du corpus hippocratique ou ceux du latin Celse. Certaines odeurs gurissent, ainsi celle du cdrat cher Pline lAncien. La quatrime partie prolonge un peu la mme thmatique, en mettant plus particulirement laccent sur les excs. Car le geste de se parfumer est extrmement norm et contrl, mme si les codes ont volu dans le temps. Dans la posie grecque archaque, les descriptions olfactives abondaient dans les scnes de banquet, mais la truph orientale tait dj condamne par Xnophane de Colophon. A Rome, Pline lAncien se fait lhistorien des parfums, tout en condamnant leur usage excessif, tandis que Sutone expose les extravagances de Nron dont les murs de la domus aurea sont percs de trous afin de rpandre fleurs et senteurs en lhonneur de ses invits.

Une vritable anthropologie olfactive se dessine dans la cinquime partie. La bonne odeur y apparat en premier lieu comme la caractristique des divinits, et ce ds Homre. De la socit des dieux celle des hommes, le parfum distingue les individus et affirme leur identit. Si les immortels sentent naturellement bon, les humains sont obligs duser de parfums pour masquer leurs odeurs corporelles. Les codes et les manires de faire signalent le genre, lge et surtout le statut social, variant suivant les lieux et les poques. La sixime partie traite de la place des parfums dans les rituels religieux visant honorer les dieux, les hros ou les morts. Les textes rassembls ici nous laissent imaginer des odeurs cultuelles varies, allant des parfums brls et de lencens aux fumets sexhalant des chairs brles lors des sacrifices, en passant par les fleurs odorantes des couronnes et des guirlandes, ou les jardins autour des temples et les sanctuaires qui embaument, sans oublier les fragrances saturant lespace olfactif au moment des funrailles.

Cette anthologie se termine sur les mauvaises odeurs. Celles-ci sont avant tout animales, et comparer une personne un bouc ou un phoque puant est une faon de linjurier en le ravalant au rang de bte. Mais chez les hommes, les odeurs schappant du corps sont galement stigmatises: lhaleine ftide, lurine, les excrments, la sueur ou les rots peuvent faire rire ainsi chez Aristophane mais marquent aussi la prcarit de la vie humaine sachevant inluctablement avec la mort et la pourriture des corps en dcomposition. Dans les mythes, les cratures mortifres Harpyes, Hydre de Lerne, Erinyes et les monstres sont souvent malodorants. La mauvaise odeur peut tre lie aussi aux sacrilges et aux punitions divines; ainsi en va-t-il dans les mythes des Lemniennes ou de Philoctte.

Comme pour les autres livres de la collection ''Signets'', on trouve la fin de courtes notices biographiques des auteurs cits, une bibliographie prsentant la fois les sources et des tudes modernes, et un index des auteurs et des uvres. Les extraits cits sont parfois trs connus, et les traductions retenues sont, la plupart du temps, celles de la collection des Universits de France ou de la collection ''La Roue livres'' des ditions des Belles Lettres. Mais Lydie Bodiou et Vronique Mehl ont utilis aussi la traduction de Xnophane de Colophon par Michel Briand, et ont galement pris la peine de traduire elles-mmes des extraits dauteurs moins connus (Antigone de Caryste) ou pour lesquels il nexiste pas de traduction franaise rcente (livres XIII et XV des Deipnosophistes dAthne, livre IX de la Description de la Grce de Pausanias). Cest tout leur honneur de nous offrir ainsi ce bouquet de textes anciens qui nous permettent de mieux imaginer les odeurs et parfums de lAntiquit grco-romaine.

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 01/05/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)