L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Témoignages et Sources Historiques  

Du Niémen à la Bérézina - Lettres et témoignages de soldats français sur la campagne de Russie
de Michel Roucaud et François Houdecek
Service historique de la Défense 2012 /  22 €- 144.1  ffr. / 290 pages
ISBN : 978-2-11-129053-2

Une multitude d’événements complexes

La campagne de Russie, de loin la plus spectaculaire et la plus mobilisatrice de toutes les campagnes napoloniennes, est certainement, de nos jours, la plus documente et la plus travaille, tant du ct franais que du ct russe. Deux sicles dhistoriographie ont fait voluer le regard port sur un conflit unique en son essence et annonciateur des futures guerres totales. Si lon songe notamment la faon dont les historiens russes et sovitiques ont fait voluer leur langage tout en conservant la notion de guerre patriotique et la faon dont les historiens de lEmpire ont reconsidr peu peu le conflit diffrentes chelles, la campagne de Russie est bel et bien lun des vnements historiques dont la signification a t profondment interroge et problmatise. ce titre, on constate non sans intrt que le terreau documentaire sur lequel les chercheurs sappuient ne cesse de stoffer. La preuve avec ces lettres et tmoignages de soldats franais rcemment publis par le Service historique de la Dfense.

La complexit de la campagne de Russie, ce chantier militaire aux dimensions immenses et aux implications politiques et diplomatiques jusque-l ingales dans le systme napolonien, et enfin, la multiplicit des points de vue, ont pu gnrer quantit danalyses logiques au cours des deux cent dernires annes. La plus romance dentre elles, La Guerre et la Paix de Lon Tolsto est galement lune des plus compltes, reposant tant sur les trsors de limagination de leur auteur que sur une documentation patiemment accumule et bnficiant par ailleurs des tmoignages des survivants de la priode, rencontrs par Tolsto. Il est vrai que lanalyse de ce dernier se veut avant tout philosophique et que lauteur confesse plusieurs reprises sinterroger sur des mcanismes plus puissants. Il est en revanche lun des premiers avoir tent de redonner au conflit sa dimension humaine et personnelle travers les histoires de multiples personnages. Il reste une fresque aux multiples degrs de lecture, attachante et mouvante.

Tout aussi attachants et mouvants sont les documents prsents ici, dans ldition ralise par Michel Roucaud et Franois Houdecek. On peut certes sinterroger sur la pertinence de cet ensemble divis en cinq parties (une partie pour chaque tmoin) qui ne donnent jamais quun seul et unique point de vue et dont la cohrence est loin dtre apparente. En ralit, en confrontant chaque tmoignage vis--vis de la qualit de son auteur, merge un rcit plus global o domine lavant et laprs campagne, comme si la campagne ntait pas proprement parl lobjet principal de ce mme rcit. En soi, le choix de faire figurer la relation de la captivit du capitaine Devina en toute fin de volume est une bonne ide, ce dernier ne tirant videmment pas de bilan des vnements, mais donnant entendre nul regret de ce qui est advenu. Une peinture effroyable est faite du commun des Russes, assimils au mieux comme des hommes frustes, au pire comme de vritables barbares, unis dans une conception dune foi rtrograde et primaire.

Cette trs courte relation du capitaine Devina est sans doute le tmoignage le plus cru et le plus direct de la ralit vcue par les prisonniers en Russie et donc dcouvrant le pays lenvers de leurs camarades rests dans le rang. Certes, tous font tat de la mme souffrance, officiers comme simple soldat de ligne, parfois rduits commettre limpensable, comme le capitaine Jean Eymard, qui aprs avoir schement rsum les situations gographiques, en fidle officier spcialiste en topographie, confesse avoir vol du pain des soldats pour ne pas mourir de faim (pain qui savre dailleurs parfaitement immangeable). Cette persistance de la souffrance efface peu peu les repres gographiques et humains, les contingences relatives au service. Le gnral Joseph Puniet de Monfort, dont les souvenirs reprsentent lune des plus compltes relations de la campagne dite dans le prsent volume, qui conserve durant toute la premire partie des oprations, jusqu lvacuation de Moscou, au moins, finit lui aussi par se retrouver parmi les fricoteurs dont le sens de la dbrouille permet de subvenir aux besoins les plus immdiats.

On lit avec un intrt non dissimul les souvenirs du grognard Nottat, dont le parcours simple mais hroque, un hrosme dnu de tout pathos, se poursuit tout au long de la retraite, et avant tout en Allemagne, o les soldats dbands prouvent toutes les difficults du monde rallier leurs rgiments. Ce ne sont que mauvaises rencontres et instants dentraide, interrogations fugaces sur ce que lavenir immdiat peut rserver. Nottat, finalement prisonnier, est redirig vers la Russie au moment prcis o les Prussiens retournent leurs armes contre la France impriale et reviennent vers le tsar.

Tous ces tmoignages saccordent sur lampleur des prparatifs prcdant la campagne et les silences qui entourent les raisons mmes de cette campagne: Puniet de Monfort relve que ses fonctions de responsable du parc gnral du gnie ne lui conviennent gure (ajoutant avec un certain cynisme que les moluments qui lui sont dlivrs sont fort heureusement suffisants), avant de donner une image prcise des diffrents mouvements de la Grande arme et des corps composant la division dont il dpend. Les lettres du capitaine Mosneron Dupin sa famille sont tout aussi efficaces pour dpeindre la traverse des pays allemands avant le passage du Nimen et la lente et efficace conjonction des corps allis.

Cinq parties, donc, dont larticulation vite les rptitions et mnage la construction dun rcit collectif, patient mais aussi lacunaire; rien nest dit, nous lavons vu, sur les raisons de la campagne, illustrant une soumission de fait des ordres qui ne font lobjet daucun questionnement apparent. Les consquences, pourtant terribles, ne sont pas davantage abordes par les tmoins qui ne font que revenir sur une exprience douloureuse et daspect incomprhensible en apparence. Ces textes ne sont donc que la partie premire dune analyse quil faut rebtir travers les diffrents travaux les plus rcents sur la question: Dominic Lieven, et son excellent Russia against Napoleon, qui traite principalement des aspects psychologiques des belligrants, Marie-Pierre Rey, qui tablit une synthse solide dans LEffroyable tragdie. Jacques-Olivier Boudon, de son ct, a galement explor la question des sources en proposant un florilge convaincant de lettres manant de personnalits dhorizons divers.

En cela, le travail de Michel Roucaud et Franois Houdecek, auteurs et diteurs de ce Du Nimen la Brzina, offre des perspectives de lecture renouveles sur une priode dj bien connue mais dont la matire initiale, les archives, semble toujours aussi riche et fconde.

Vincent Haegele
( Mis en ligne le 10/12/2013 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)