L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Témoignages et Sources Historiques  

Journal politique - La République gaullienne (1958-1981)
de Michel Winock
Thierry Marchaisse Editions 2015 /  25 €- 163.75  ffr. / 495 pages
ISBN : 978-2-36280-085-6
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est matre de confrences en histoire contemporaine luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris. Il est l'auteur d'une Histoire du terrorisme (Perrin, 2014).

Le dernier des grands témoins ?

2 mars 1958: les socialistes qui nous gouvernent ne varient pas 10 mai 1981: lalternance dmocratique fonctionne enfin. De 1958 1981, un socialisme chasse lautre, et dans lintervalle, un jeune tudiant engag est devenu un clerc, un intellectuel au sens noble du terme, observateur et acteur, autant quun professeur, et un entrepreneur culturel.

Dans ce Journal politique (qui est bien plus que cela, soit dit en passant), Michel Winock offre comment le dire autrement ses lecteurs lacuit dun regard autant que le charme dun style. De la question algrienne et de ses dbats llection de Franois Mitterrand, il observe, commente, comme tudiant puis comme professeur accomplissant le cursus honorum, et diteur. A cet gard, le journal se prsente comme une belle galerie de portraits scande par quelques fortes analyses et autant de formules ciseles: sur de Gaulle bien sr (Cet homme l nous a tous grandis la formule qui annonce la mort de de Gaulle pourrait tre place en exergue), sur Mitterrand, le hros de lObservatoire, qui merge en opposant majeur des brumes de la IVe Rpublique grce son Coup dEtat permanent, sur Giscard le smillant, Pompidou le matois, etc. Les notes sont plus ou moins frquentes, parfois quotidiennes, parfois mensuelles, cest un tableau pointilliste, o chaque envoi fait mouche.

Et si la politique est une passion manifeste mais raisonne: de llan oui, mais pas rvolutionnaire , elle va de pair avec un regard sur les dbats de son temps: lhistoire et les historiens certes, mais plus largement le dbat dide dans les sciences humaines au temps o il est encore vif, engag. On cause entre amis, entre collgues (et les amateurs de sociabilit scientifique y trouveront la matire de beaux graphiques), on commente le cinma, la littrature, on sinterroge sur la porte politique de lHistoire, on se prpare au jugement des pairs et aux fleurets plus ou moins mouchets. La presse est particulirement sollicite, en un temps o la rflexion ne se limitait pas un tweet. On feuillette ainsi Le Nouvel Observateur (un panier de crabes distingus) comme Esprit, on sattriste de la mort du Libration rsistant, et de la fin des grands journaux engags, on dcouvre la fac de Vincennes (et son public htroclite) et les coulisses du Seuil, on va applaudir au TNP et dfendre Furet dans LHumanit.

Ce sont vingt annes de vie intellectuelle qui se droulent, avec ses hauts et ses bas: depuis les angoisses dun jeune auteur publiant un premier ouvrage sur la Commune et les dbats dun jeune chroniqueur collaborant aux Lettres franaises jusquaux aventures la fois humaines et intellectuelles, comme laccouchement dune revue historique gnraliste (ce qui, dans le paysage des annes 70, et face des forteresses comme lEHESS, ntait pas si vident). Michel Winock campe un entrepreneur culturel autant quun intellectuel: cest l aussi lun des intrts de ce journal de souligner lamplitude dune carrire.

Avec ce journal, Michel Winock sinscrit dans une grande tradition un peu oublie, celle des journaux et correspondances, un genre pourtant majeur, illustr par les grands noms de la politique et de la diplomatie, indispensable aux historiens comme aux amateurs dactualit, et qui offre du pass et du prsent un tableau impressionniste. A lheure de limmdiatet et du prsentisme, cette lecture est une respiration, la fois historique le regard dun homme qui passe, dun analyste, dun savant et politique car Michel Winock, contrairement tant dautres, su ne pas se perdre dans les extrmes et garda la tte froide, il fut de ceux qui eurent raison avec Aron plutt que tort avec Sartre. Cette cohrence celle dun homme de centre gauche lucide et enthousiaste - va de pair avec un style sobre, sans excs rhtorique, mais avec cet art de la formule, du trait qui rvle le grand pdagogue. Michel Winock ne proclame ni ne dclame, il observe, croque certains profils et lon retrouve parfois sous sa plume cette ironie tendre du Flaubert de Bouvard et Pcuchet son mmoire de matrise. `

Le journal dun honnte homme pour les honntes gens, mais surtout un tmoignage passionnant sur une Rpublique qui sinstalle, simpose et se mtamorphose, mtamorphosant les citoyens et le dbat public. Une lecture stimulante, passionnante, qui allie le plaisir dune belle plume et la vivacit dun regard, pour quiconque entend comprendre lvolution des ides depuis la fin des annes 60.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 04/11/2015 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)