L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Témoignages et Sources Historiques  

Un Volontaire de la Nuit Dans l'Enfer des Camps Nazis
de Pierre de Froment
Lavauzelle - Renseignement, histoire et géopolitique 2005 /  23 €- 150.65  ffr. / 176 pages
ISBN : 2.7025.1270.4
FORMAT : 14,8 x 21 cm

dition tablie et prsente par Robert Belot.

L'auteur du compte rendu : Sbastien Laurent, agrg et docteur en histoire, est matre de confrences lUniversit Bordeaux 3 et Sciences-Po Paris. Il consacre ses recherches depuis plusieurs annes aux services de renseignements militaires et policiers aux XIXe et XXe sicles dans le cadre dune histoire de ltat. Il est le fondateur de la section "Histoire & sciences sociales" de Parutions.com.


Dire les camps

Les annes qui ont suivi la Deuxime Guerre mondiale ont vu de nombreux anciens dports publier leurs souvenirs. La littrature concentrationnaire est devenue un quasi-genre littraire portant haut les noms de David Rousset, Bruno Bettelheim ou encore Primo Levi, plus rcemment Genevive Anthonioz de Gaulle.

Certains ont analys rationnellement leur exprience en tentant de comprendre, dautres lont simplement raconte afin de lutter contre loubli. En ce dbut de XXIe sicle, il nest presque plus de tmoins survivants et il est peu probable que, parmi eux, de nouveaux tmoignages crits apparaissent dsormais. Do la ncessit de signaler Un volontaire de la nuit dans lenfer des camps nazis, et ce, plus dun titre.

Ce bref tmoignage, particulirement dense, a en effet t rdig la fin de lanne 1946 alors que son auteur, Pierre de Froment, se reposait de sa dportation dans un sanatorium des Alpes. crit donc trs peu de temps aprs les faits, il sagit l dun tmoignage trs prcis de la part dun jeune officier entr en rsistance en 1940, aux cts de son camarade Henri Frnay, dans le mouvement de rsistance Combat et arrt la suite dune dnonciation en janvier 1943. Une prsentation fouille de lhistorien Robert Belot claire le pass et le destin de ce personnage, entirement silencieux sur lui-mme dans le rcit. Son martyre le mena de camp en camp pour aboutir Mauthausen. Sa constitution physique le fit affecter alors dans un kommando de travail, au service de leffort de guerre allemand. Dans ce simple tmoignage apparat, en filigrane, un personnage tonnant : nulle acrimonie, nulle haine. Lauteur manifeste un anti-germanisme dont labsence aurait tonn mais il dnonce plutt la dimension criminelle du systme nazi quil ne retourne la haine des gardiens contre eux.

Lon y voit les stratgies de survie des uns et des autres, et lauteur se plat distinguer les caractres nationaux des Franais, des Russes, des Polonais On y voit aussi la rsistance passive sexprimant dans les kommandos par le sabotage ou le ralentissement des cadences de travail. Ce tmoignage fourmille danecdotes, dobservations prcises qui restituent une part du quotidien concentrationnaire. La dernire partie qui voque au printemps 1945, les longues marches mortifres pour chapper lavance sovitique, est la plus poignante. Il ny a l nulle littrature mais un rcit qui entend au plus prs, sans pathos, restituer une part de la ralit.

Sébastien Laurent
( Mis en ligne le 16/11/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)