L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Témoignages et Sources Historiques  

Journal inédit - Tome 3, 1903-1907
de Léon Bloy
L'Âge d'homme 2007 /  78 €- 510.9  ffr. / 1384 pages
ISBN : 978-2-8251-1853-5
FORMAT :  13,0cm x 20,0cm

Le retour du Mendiant ingrat

Toute sa vie durant, Bloy aura incarn la figure assume du Mendiant ingrat. Cette identit ne relve en rien dune posture et se situe aux antipodes de lattitude bohme revendique par certains artistes comme condition dexercice de leur talent. Elle fait plutt partie intgrante de la mission dont il se sent investi et quil dcrit en ces termes trs simples : Dieu exigeait que je fusse le tmoin absolu de sa Vrit absolue et jai obi.

La totale soumission de Bloy son idal le relguera irrmdiablement aux marges de la littrature de son sicle. Son refus de la prostitution aux mondanits le maintiendra loin des coteries et du clientlisme si utile pour gravir les chelons du succs. Lintransigeant Lon refuse ainsi dtre achet par quelque parti que ce soit ; il sestime plutt redevable dune charit qui lui est due et dont, toute sa vie, il attendra, souvent en vain, la providentielle venue.

Si on fait donc exception du soutien ponctuel de quelques fidles ou dadmirateurs fervents, Bloy entretiendra continment avec largent un rapport problmatique qui conditionnera sa haine viscrale de la bourgeoisie et, linverse, son exaltation christique du Pauvre. En aot 1903, propos des obsques dun nanti, son courroux le fait tonner en ces termes : Scandale norme. Un homme de mauvaise vie et riche vient de crever. On va lui faire aujourdhui des funrailles de premire classe avec un dploiement de faste inou pour ce pays. Tout le monde court lglise pour voir a. Amertume excessive de penser quavec largent dpens vaniteusement pour cette charogne, nous serions probablement dlivrs ! Ce genre de ressentiment nest pas prouv qu lgard dune catgorie sociale, mais aussi de contemporains plus chanceux que lui, tel J.-K. Huysmans, producteur de sucre de betterave bondieusard dont lauteur de La Femme pauvre ne comprendra jamais le succs.

Enfin, quand il dnonce le peu de charit des Assomptionnistes ou quand il clame son aversion pour le pontificat de Lon XIII, cest avec les reprsentants les plus minents son propre camp quil se met en porte faux. Le ton du plaidoyer est sans appel : Personne na dit aussi fortement que moi linjustice des catholiques, leur avarice infme, leur gosme fangeux, leur poltronnerie faire vomir, leur sottise, leur mpris stupide pour ne pas dire leur haine de tout ce qui est intellectuel, indpendant et gnreux. Et ailleurs : Jaffirme nettement, avec une autorit absolue, que le monde catholique moderne est un monde rprouv, damn, rejet absolument, irrmdiablement, un monde infme dont le Seigneur Jsus a soup de la faon la plus complte, un miroir dignominie o il ne peut pas se regarder sans avoir peur comme Gethsmani.

Ce troisime volume reprend les annes 1903 1907, celles qui correspondent grosso modo au deuxime tome de Quatre ans de captivit Cochon-sur-Marne et LInvendable. Au fil des jours qui sy grnent selon un rituel liturgique scrupuleusement respect, Bloy voque les moments de dtresse et de recueillement, les paroles de son pouse adore, les rcriminations lgard de sa propritaire ou de ceux qui napportent pas une aide pourtant promise. En contempteur de lpoque et en ractionnaire consomm, il peste contre le progrs, dont le symbole le plus envahissant est alors lautomobile, et raille en ces termes limbcile initiative de la course Paris-Madrid : Cette chose moderne parat dmoniaque de plus en plus. Se reprsente-t-on lhorreur de ces deux ou trois cents voitures hideuses lances comme des boulets et triturant, chacune son tour, pendant des lieues, les mmes lambeaux sanglants ! Il y a des consolations. Une delles a pris feu et le chauffeur a t carbonis.

Les saillies de cet esprit corrosif viennent tayer la distinction fondamentale que Bloy opre propos de son double romanesque. linstar de Marchenoir, il est un dsespr philosophique, et non un dsespr thologique, il nattend rien des hommes, mais il attend TOUT de Dieu. Sa force de conviction, son allgeance la supriorit du plan divin, sont indfectibles. Elles participent dun combat personnel et intgral qui forcerait le respect du dernier des mcrants. Elles tmoignent dune croisade intrieure mene en solitaire et hors de notre temps humain contre les Cochons de tout acabit. Elles permettent de rpondre la question que se posait Bloy : Quand viendra lhomme de Dieu qui se servira de la Parole comme dun marteau ?. Il tait l, mais rares sont ceux qui lont remarqu.

Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 21/01/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)