L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Géopolitique  

Le Rêve méditerranéen - D'Ulysse à Nicolas Sarkozy
de Jean-Paul Gourévitch
Editions de l'Oeuvre 2009 /  20 €- 131  ffr. / 316 pages
ISBN : 978-2-356-31038-5
FORMAT : 14,8cm x 20,5cm

Notre mer

Jean-Paul Gourvitch est un auteur prolifique, qui a crit une vingtaine de livres en 15 ans, dont un certain nombre centrs sur l'immigration et l'Afrique, continent qu'il connat bien, mais aussi sur bien d'autres sujets dont la littrature jeunesse. Le Rve mditerranen est un agrable livre d'histoire ancienne et contemporaine, synthse et prolongement dtudes de pays riverains ou de la Mditerrane dans son ensemble. Une faon plaisante de revoir et d'approfondir ce que nous savons plus ou moins, mais pas toujours de manire ordonne.

Suite la prsentation gographique tant physique qu'humaine, et la description de trois routes qui ne se croisent jamais, identiques depuis des sicles, celles de la cte Nord, celle de la cte sud et celle des les, l'ouvrage propose une histoire de la marine, de la navigation et de ses dangers et l'vocation des envoles littraires et politiques suscites. Cela nous mne directement au rve, ou plutt aux rves qui ressurgissent priodiquement, de celui des Grecs personnifi par Ulysse ceux des Romains, des Byzantins, Arabes, Croiss, Vnitiens, Ottomans, Barbaresques, des puissances coloniales, des nationalismes qui ont suivi et de la tentative de l'Union Pour la Mditerrane, sans oublier le rve hliotropique contemporain.

La gographie de l'Odysse nous est prsente comme un manuel de navigation prparant l'expansion grecque, donnant des renseignements techniques sur les bateaux, les routes commerciales, les vents et les courants et parfois mme le relev des abris. Cette expansion prendra le relais des Phniciens avant d'tre supplante l'ouest par les Carthaginois. Puis bien sr les Romains emportent tout, et nous avons une description trs claire de leur implantation et de leur gestion, notamment de la vie conomique et des transports non seulement maritimes mais aussi routiers circum-mditerranens (avec une coquille amusante p.67 : "musulmans", sans doute au lieu "d'Arabes") Jusqu' l'effondrement final o la fissure chrtienne a jou son rle. Suit un coup de chapeau nuanc la Byzance de Justinien et sa reconqute mditerranenne. Mais celle-ci succombe la conjugaison des conflits internes et de la pression des "Barbares" au nord, l'est et l'ouest et des Arabes, maintenant islamiss, au sud.

Commence alors un jeu complexe entre "Latins" (parfois ex-Barbares), "Grecs" et musulmans. Ces derniers contrlent la rive sud et un nombre variable d'les, arabisent linguistiquement leur rgion et la relient culturellement, conomiquement (et sporadiquement politiquement) au "monde" musulman qui s'est constitu en Orient. Les Latins, ont aussi leur "rve'. Normands et Castillans progressent durablement en Mditerrane occidentale, tandis que les Croisades (bien dcrites) ont comme rsultat final la ruine de Byzance et l'emprise des Turcs sur les Chrtiens au nord et les Arabes au sud.

Venise, dj puissante depuis longtemps, s'enrichit du transport des Croiss et du pillage de Byzance et c'est l'occasion d'voquer le rve d'un empire maritime, qui nous vaut de belles pages d'analyse go-conomique et de description du capitalisme maritime et terrestre (notamment les foires de Champagne), puis l'histoire de la Cit des Doges, des origines nos jours, en passant par llimination des rivales, notamment Pise et Gnes, qui eurent aussi leur heure de gloire.

Les Ottomans, grands bnficiaires de ce remue-mnage s'tendent en Mditerrane : Mer Noire, sud-est adriatique, ctes est et sud (sauf le "protectorat" marocain), sans parler de leurs autres conqutes. L'aide de Franois Ier permet les premiers pas de l'influence franaise au Levant. On retrouvera cette aide franaise ct turco-barbaresque, face notamment aux Espagnols. Le sommet de l'empire est bien dcrit, puis sa dcadence et son dpeage final par l'ensemble des puissances europennes. Cette dcadence dcoule un peu de celle de la Mditerrane face aux ocans menant au reste du monde. Le rve barbaresque est la continuation locale de l'expansion turque, bien que le chapitre Pirates commence par nous entraner dans la plus haute Antiquit, et nous livre beaucoup de pripties conomiques et militaires hautes en couleur, notamment sur l'histoire d'Alger, de l'Espagne et sur la piraterie chrtienne.

Le rve colonial nous restitue l'gypte de Bonaparte et la conqute algrienne, puis le Canal de Suez remet la Mditerrane au centre du monde, au moment de son partage par les Europens. Mais ces derniers se suicident avec les deux guerres mondiales tandis que le ptrole fait son apparition gopolitique. Ensuite la guerre froide, le panarabisme, les nationalismes, le conflit isralo-arabe et la prsence amricaine brisent tout projet mditerranen.

Reste le "rve hliotropique", entretenu par les publicits des agences de voyages. Cela nous vaut une description des cits et lieux de vacances des rives nord et sud, de l'Andalousie Tanger en passant par Istanbul. Et aussi les "400 demeures des dieux" (les les) qui ont perdu leur rle d'escales obliges et se replient donc vers le tourisme. Les principales ont droit un portrait personnalis et trs nuanc.

Puis l'Union Pour la Mditerrane, "le rve de Nicolas Sarkosy", a droit 20 pages. Cette Union devrait prolonger et amplifier "le processus de Barcelone" lanc en 1995 et tu par les conflits de la rive est. Ces conflits minent galement l'UPM, malgr le volontarisme de son promoteur qui doit galement faire face l'hostilit allemande et celle des pays d'Europe orientale. Elle a eu nanmoins le mrite de lancer de nombreux projets concrets, publics ou associatifs.

L'ouvrage semble se terminer par la description des "mauvais gnies" : oppositions dmographique, culturelles, religieuses (laco-judo-christo-musulmanes), mmorielles et conomiques entre Nord et Sud, fragmentation gopolitique et inscurit au Sud et leurs rpercussions au Nord, dont les questions migratoires. Mais la conclusion est que la Mditerrane et ses rves l'emporteront sur les sceptiques.

Une raction personnelle : ces vocations de la Mditerrane sont familires et agrables l'lite occidentale cultive, et une portion plus restreinte des lites arabes et turques. Par contre les peuples du Sud tournent souvent le dos notre mer, son histoire et sa magie ; ils se nationalisent, avec leurs programmes scolaires et leurs mdias, tandis que leurs lites s'internationalisent. Le rve mditerranen est ignor la base et concurrenc au sommet par le rve atlantique. Et pas seulement dans les tats arabes. suivre... Quant aux peuples du Nord non mditerranen (hors lite cultive), leur vision se limite au rve hliotropique. S'approfondira-t-elle sur place ?

Yves Montenay
( Mis en ligne le 02/02/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)