L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Géopolitique  

Rupture dans la civilisation - Le révélateur irakien
de Jacques Julliard
Gallimard - NRF Essais 2003 /  5.50 €- 36.03  ffr. / 84 pages
ISBN : 2-07-074682-8
FORMAT : 14x21 cm

Malaise dans la civilisation

Jacques Julliard propose avec ce court essai comme un ditorial allong, tel que ceux dont les habitus du Nouvel Observateur sont familiers. En une petite centaine de pages, lintellectuel et minent historien propose une vue toute personnelle de la situation mondiale. De quoi nourrir sa propre rflexion sur les alas et les consquences de la politique bushienne.

Demble, Jacques Julliard se positionne parmi les opposants farouches celle-ci, nhsitant pas attaquer de front les volutions politiques et culturelles en cours outre-atlantique ; il ne se sent en effet retenu en rien par les dcennies dentente franco-amricaine. Contrairement dautres, il ne veut pas suivre aveuglment Bush par fidlit Wilson (p.12) mais cherche montrer les fautes amricaines, au nom mme de cette amiti Pour lui, le fiasco irakien fut le rvlateur le plus flagrant dune drive et de ce quil appelle une rupture civilisationnelle dans lOccident Rappelant les motifs bancals de la politique amricaine en Irak (la suppose prsence darmes de destruction massive, les liaisons prtendues entre Saddam Hussein et Al-Qaida, la prtention une contagion dmocratique dans le monde musulman et le rglement de la question palestinienne), il pointe ensuite du doigt les raisons sous-jacentes cette intervention, rappelant quau mme moment, la Core annonait quelle se dotait elle-mme dun arsenal nuclaire Sans tomber dans une vision ptrochimique de lhistoire (p.17) forcment rductrice, lintellectuel cite videmment les intrts ptroliers amricains dans la rgion. Il y ajoute le dsir de vengeance n des attentats du 11 septembre et la prparation de la rlection de Bush cette anne

Ce contexte, connu de tous, expliquerait ltonnant changement des mentalits amricaines et sa rapidit. Jacques Julliard stonne, voire salarme, quau pays du Watergate, du "Monicagate" et de la toute puissante libert dexpression, un peuple [], le plus puissant du monde, ait pu se laisser persuader quun lointain pays arabe, exsangue et sous dvelopp, constituait une menace pour sa scurit (p.25). Cest sans doute grossir le trait et oublier que la socit civile amricaine est moins dupe et bushiste quil nous semble, sans doute aussi "bushiste" en fait que la socit franaise, au vu des rsultats des prsidentielles 2002, apparat comme unanimement chiraquienne

Cest lanalyse globale donne par J. Julliard sur lOccident et lEurope, notamment au chapitre IV, qui retient surtout lattention. Pour lauteur en effet, la plus grande victoire de Ben Laden [] cest enfin lclatement de lOccident qui sen est suivi. (p.73). Gopolitiquement et culturellement, lauteur identifie une ligne de partage entre lAmrique rpublicaine et lEurope en construction, foss que lactualit la plus rcente semble illustrer. A lunilatralisme amricain sopposerait un multilatralisme europen autour de valeurs divergentes. Il souligne lhostilit gnrale des Etats-Unis envers une Europe dont la fragilit politique nempche pas un incroyable potentiel fdrateur, et dont la puissance conomique et financire rivalise avec lhyper puissance tats-unienne. Leuropisme de Julliard, coupl un ralisme politique mtin dun grand espoir, sexprime seul dans cette dclaration : Nous voulons que lEurope soit un gouvernement ! (p.59), entendons une puissance mondiale. Pour ce faire, laune de llargissement de lUnion aux PECO, il affirme la ncessit dun noyau dur franco-allemand, dans une Europe plusieurs vitesses dont il montre les mrites. Il va jusqu proposer lide insolente mais convaincante dun fdralisme diplomatique franco-allemand En un mot, il explique que, face lhybris amricaine, lEurope a le droit daffirmer elle aussi sa puissance

Lhistorien et ditorialiste offre par l une grille de lecture intressante, devinant, loin des projections huntingtoniennes dun choc des civilisations, une fracture au cur mme de la civilisation occidentale. Lide est catastrophiste, et caricaturale prise au pied de la lettre. Mais ce malaise dans la civilisation, pour reprendre lexpression freudienne, nen est pas moins une problmatique sduisante. Il illustrerait ce que le grand psychanalyste appelait le narcissisme des petites diffrences. Nest-ce pas l, en effet, lun des moteurs les plus dynamiques des conflits et des tensions dans lhistoire, cependant que la dignit de la diffrence, pour reprendre le titre du rcent essai de Jonathan Sacks (Bayard, 2004), pourrait au contraire constituer une facteur dapaisement, sinon dindiffrence ?

Quoiquil en soit, avec Rupture dans la civilisation, Jacques Julliard incarne brillamment la fonction de lintellectuel, qui est de ragir lvnement en maintenant cette disposition, rarfie, ltonnement.

Thomas Roman
( Mis en ligne le 09/04/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)