L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Géopolitique  

L'Amérique dérape
de Paul Krugman
Flammarion 2004 /  21 €- 137.55  ffr. / 493 pages
ISBN : 2-08-210332-3
FORMAT : 16x24 cm

Lauteur du compte rendu : Agrg dhistoire et titulaire dun DESS dtudes stratgiques, Antoine Picardat a t charg de cours lInstitut catholique de Paris et analyste de politique internationale au Ministre de la Dfense. Il est actuellement ATER lIEP de Lille.

Inquiétante Amérique

Il parat que George Bush nest pas du genre flner dans les librairies. Et certainement pas dans les librairies franaises. Cest dommage pour lui, parce quil manque parfois loccasion de bien rire. Par exemple, en voyant le bandeau qui vante le livre de Paul Krugman : Lhomme qui empche Bush de dormir. Tous les tmoignages concordent (voir par exemple, Richard Clark, Contre tous les ennemis, Albin Michel, 2004) : George Bush ne lit pas, il se couche tt et ne se fait du souci que pour son ranch ou pour les performances des quipes texanes de base-ball ou de football amricain. Alors autant dire quil ignore sans doute lexistence de Paul Krugman et de ses articles, mme sil a peut-tre entendu parler du journal dans lequel ils sont publis, le New York Times. Et puis, aprs sa rlection somme toute
confortable du 2 novembre dernier, plus rien de lempche de dormir. Mme pas Oussama Ben Laden qui court toujours

En fait, si Paul Krugman empche quelquun de dormir, cest plutt ses lecteurs ! Ce professeur dconomie Princeton, spcialiste des crises
financires, dont certains parlent comme dun possible prix Nobel, tient depuis janvier 2000 une chronique bi-hebdomadaire dans ledit journal. Ce livre rassemble 125 de ses articles, dune longueur de deux trois pages chacun. Il y dveloppe une thse effrayante. Selon lui, les Etats-Unis sont victimes dune entreprise de destruction systmatique de quelques-uns des fondements de leur systme politique, conomique et social. Cette destruction est conduite par une droite ultra ractionnaire, emmene par des religieux fanatiques et des tenants du capitalisme le plus sauvage. LAdministration Bush en est lincarnation, mais elle nen constitue quune partie. Il estime que cette droite est une force rvolutionnaire, cest--dire que son objectif est de balayer le systme existant, systme auquel elle nie toute lgitimit. Par consquent, tous les coups sont permis pour conqurir le pouvoir, le conserver et mettre en uvre le projet rvolutionnaire : mensonges, menaces, chantage,
copinage, mainmise sur tous les leviers de commandement, etc. Il aurait pu ajouter trucage des rsultats des lections dans certains tats disputs

Pour parvenir ses fins, elle compte sur lincrdulit du public amricain. Les gens raisonnables, ceux qui respectent les rgles, ont souvent du mal croire que dautres cherchent tout simplement les pitiner. Ils se disent quil est impossible quune force politique ou que des patrons se comportent dune manire aussi effroyablement cynique. Pour ce qui est de la presse amricaine, Paul Krugman ne se fait gure dillusion sur sa possibilit dalerter lopinion publique. Dune part, les journalistes nagent souvent dans le mme marigot que les hommes politiques et les lobbyistes : ils ont tous besoin les uns des autres et donc se mnagent. Dautre part, lhabitude de vouloir toujours adopter un ton neutre et dtach, le refus denvisager que les objectifs poursuivis puissent tre diffrents de ceux annoncs, font que cette presse, souvent regarde de ltranger comme un modle dindpendance et de comptence, ne saurait tre un contre-pouvoir face une force rvolutionnaire qui se moque de toutes les rgles de la dmocratie amricaine.

Le livre est organis en cinq parties et 18 chapitres thmatiques. La plupart des articles traitent de questions conomiques : budget, finances, bourse, entreprises. Noublions pas que Krugman est conomiste. Mais trs vite, la politique, cest--dire les objectifs, les choix, les moyens mis en uvre, surgissent. Les forces profondes de lconomie ne sont pas autonomes, elles dpendent du politique.

Les centaines de milliards de dollars de rductions dimpts offerts aux contribuables les plus riches, la destruction acclre du systme de retraites, le dmantlement progressif de ltat, laffaire Enron, la bulle boursire du tournant du sicle, les cadeaux faits aux entreprises de dfense acoquines avec lAdministration Bush, le 11 septembre, la guerre en Irak : la liste est longue des thmes qui reviennent ainsi article aprs article. On croise au passage linnarrable Frank Carlucci. Ce copain de fac de Donald Rumsfeld semble tout droit sorti dun film de Martin Scorcese sur la Mafia. Cest le patron de Carlyle, vous savez, cette entreprise qui compte George Bush pre, John Major et une partie de la tribu Ben Laden dans son conseil dadministration!... Carlyle qui le Pentagone passe rgulirement des commandes mirobolantes. Un exemple parmi dautres de ce capitalisme entre copains o les affaires consistent faire main-basse sur largent public

Aucun obstacle ne doit arrter la droite dans son entreprise. Le 11 septembre na pas modifi son programme ou sa dtermination. Au contraire, comme nimporte quelle autre occasion ou circonstance, elle la exploit sans le moindre scrupule, en y trouvant des prtextes pour durcir sa politique et des arguments pour faire taire ses dtracteurs. On peut dailleurs remarquer que plusieurs des constats faits par lauteur sappliquent dautres pays quaux Etats-Unis. Une dmocratie qui se transforme de plus en plus en oligarchie ? Une cole qui ne parvient plus remplir sa fonction dascenseur social ? Une presse qui pense plus se tailler une part du pouvoir qu tre un contre-pouvoir et une force critique ? Nul besoin de regarder trs loin pour rencontrer les mmes tares

Mais au total, que penser de cette charge violente ? Paul Krugman exagre-t-il ? Si ses critiques semblent, prises sparment, toutes valables, peut-tre se trompe-t-il dans son analyse densemble. Mais il est craindre que non ! Cest bien un retour lAmrique des annes 20, celle davant le New deal et ce quelle considre comme une tragique drive tatiste et rglementariste, que rve cette droite rvolutionnaire. Une Amrique douce aux riches et dure aux autres, une Amrique brutale et arrogante, une Amrique dirige par une oligarchie corrompue, nayant dautre objectif que celui de sa reconduction au pouvoir. Le soutien trs net que les lecteurs Amricains ont apport George Bush le 2 novembre dernier est ce titre trs inquitant. Cette droite rvolutionnaire nest pas en train de russir un coup dtat, mais elle sinstalle aux affaires, sans doute pour longtemps, parce quelle
reflte les valeurs dune partie du pays.

En ce sens, le livre de Paul Krugman nest pas, comme on pouvait lesprer lorsquil est paru, l'histoire de quatre annes lamentables, mais un essai sur lavenir des Etats-Unis.

Antoine Picardat
( Mis en ligne le 24/12/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)