L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Géopolitique  

Sociétés militaires privées - Enquête sur les soldats sans armées
de Philippe Chapleau
Le Rocher 2005 /  22.90 €- 150  ffr. / 310 pages
ISBN : 2-268-05429-2
FORMAT : 15.x24 cm

L'auteur du compte rendu : Agrg dhistoire et titulaire dun DESS dtudes stratgiques (Paris XIII), Antoine Picardat est professeur en lyce et matre de confrences lInstitut dEtudes Politiques de Paris. Ancien charg de cours lInstitut catholique de Paris, luniversit de Marne la Valle et ATER en histoire lIEP de Lille, il a galement t analyste de politique internationale au ministre de la Dfense.

Vers la privatisation de la guerre ?

Les guerres menes par les Etats-Unis au Kowet, en Afghanistan ou en Iraq depuis une quinzaine dannes ont mis en vidence limportance de ce que lon a baptis Rvolution dans les affaires militaires. On peut en rsumer la nature en disant que, dsormais, la technologie est devenue un lment dterminant de la puissance militaire. lectronique, informatique, connaissance du champ de bataille grce aux drones et aux satellites, instantanit des transmissions, armes prcises, voire intelligentes (sic), sont les cls de cette rvolution.

La guerre et loccupation de lIraq ont aussi rvl une autre rvolution, plus discrte, moins tlgnique, mais sans doute plus profonde et beaucoup plus importante dans ses implications. Il sagit de la privatisation de la guerre : les tats confient une partie croissante de lactivit militaire et guerrire des socits prives. Socits militaires prives. Enqute sur les soldats sans arme fait un tat des lieux de cette privatisation. Lauteur, Philippe Chapleau, est journaliste Ouest-France et spcialiste des questions militaires. Son livre est passionnant. Il propose un panorama prcis, document et rflchi de la situation.

Des entreprises, allant de quelques dizaines demploys plusieurs milliers offrent, notamment aux tats, toute une gamme de services dans le domaine militaire, un peu limage des condottieri de la Renaissance ou de Wallenstein pendant la guerre de Trente Ans. ct du sempiternel conseil, de lentretien dinstallation, des travaux publics ou de la restauration, on y trouve des activits sentant beaucoup plus le treillis : maintenance de matriel militaire, transport, protection rapproche, surveillance de sites, et mme combat. Dans les faits, il sagit toujours de mercenaires, mais fini les temps des Affreux qui cumaient des coins dAfrique au gr des dcolonisations et des coups tordus. Ils sont bien vieux aujourdhui et ont pris leur retraite. Place dsormais de respectables socits, gres avec rigueur et professionnalisme, ayant pignon sur rue et leurs entres dans les ministres. Elles sont gnralement diriges par danciens militaires, souvent des hauts-grads, et emploient danciens militaires, dont beaucoup viennent des forces spciales et autres units dlite. Cest une affaire qui marche : le chiffre daffaire des socits militaires prives (les SMP) est estim une centaine de milliards de dollars par an !

Pourquoi ? Pourquoi les tats recourent-ils des SMP pour faire une partie de ce quils faisaient jusquici ? Les raisons sont multiples. D'une part, la rduction des budgets militaires est sans doute la principale. Lexternalisation frappe ici comme elle a frapp ailleurs. Dautre part, les SMP ont la rputation dtre plus souples, plus ractives que des armes permanentes, qui sont aussi des bureaucraties, avec tout ce que cela implique comme dfauts et comme dfauts ! Dailleurs, certains envisagent de recourir des SMP pour accomplir des missions dinterposition ou de maintien de la paix pour le compte des Nations unies. Les vnements de Sierra Lone ont montr que les mercenaires sud-africains ou britanniques taient beaucoup plus efficaces et moins coteux que des Casques bleus fidjiens ou jordaniens. Et puis en cas de pertes, on na pas annoncer que des soldats-citoyens ou des engags ont pri, cest lentreprise de se dbrouiller avec les familles des morts. Pas la peine dembter le citoyen-tlspectateur avec a. Surtout lorsquils sont tus dans des zones o larme de leur pays na pas le droit de se rendre. Par exemple en Colombie, o des SMP amricaines oprent dans un grand flou artistique contre ou du ct des diffrentes gurillas. Cest un moyen classique pour des gouvernements de contourner des obstacles diplomatiques. Mais prsent, ils peuvent le faire en recourant de vritables petites armes prives.

Dernier point, ce recours aux SMP permet de profiter, ou de faire profiter ses amis et anciens collgues, du gteau budgtaire, grce des contrats dont les conditions dattribution sont plutt opaques, o les relations sont plus importantes que le respect de cahiers des charges en bonne et due forme. En tmoignent les nombreuses affaires de favoritisme et des surfacturation qui impliquent la socit Halliburton et ses filiales, et son ancien directeur et actuel vice-prsident des Etats-Unis, Dick Cheney.

Trois chapitres du livre de Philippe Chapleau dcrivent donc la situation. Lun deux est consacr la France o, pour le moment, les SMP occupent encore une place rduite dans lappareil de dfense. Deux chapitres dressent ltat des lieux aux Etats-Unis, paradis des SMP, et dans dautres pays davant-garde : Royaume Uni, Afrique du Sud ou Isral. Ce catalogue est un peu fastidieux et rptitif, mais il constitue un outil de travail prcieux, bien complt par les listes et adresses internet fournies en annexe. Le chapitre conclusif propose une rflexion sur les consquences et les dangers de cette rvolution. Lauteur constate dabord quelle est inluctable : hommes politiques, technocrates et entreprises y poussent pour des raisons diverses mais convergentes. Il estime cependant que cet abandon de la prrogative rgalienne par excellence, faire la guerre et dtenir le monopole de la violence lgitime, doit tre lobjet dun vritable dbat dmocratique et citoyen. Avec des accents rpublicains, au sens franais, il en appelle la prise de conscience de chacun et la comprhension des risques quun abandon irrflchi de souverainet ferait courir la dmocratie, la scurit et par l, la libert dans le monde.

Antoine Picardat
( Mis en ligne le 27/07/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)