L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Géopolitique  

Aux origines de la tragédie arabe
de René Naba
Bachari - Orient & Vous 2006 /  18 €- 117.9  ffr. / 261 pages
ISBN : 2-913678-25-4
FORMAT : 15,0cm x 23,0cm

Le courage de l'honnêteté

Journaliste, Ren Naba a eu une carrire de spcialiste reconnu du monde arabe au service diplomatique de lAFP (o il a t responsable de la rubrique Monde Arabo-musulman de 1981 1989) puis RMC (comme Conseiller du Directeur Gnral Moyen Orient Charg de lInformation de 1989 1994). Il devient alors crivain politique et publie LHarmattan plusieurs ouvrages denqute journalistique srieuse sur les dessous des relations de lEurope et du monde arabe: Guerre des Ondes Guerre des Religions : la bataille hertzienne dans le ciel de la Mditerrane (1998), puis Rafic Hariri, un homme daffaires premier ministre (2000), enfin Du bougnoule au sauvageon : voyage dans limaginaire franais (2002). Etant donne limportance de ces thmes pour le prsent et lvolution de nos rapports avec le voisin arabo-musulman mditerranen, ces livres auraient d rencontrer un large cho dans la presse et valoir leur auteur le statut dexpert sur les plateaux des mdias, mais nest pas spcialiste patent qui veut. La carrire de Ren Naba ne lui a presque servi de rien quand il a voulu partager son exprience et ses annes de rflexion sur un des sujets prfrs de la communication grand public et de linfo de masse. Cest dautant plus dommage quil y a des ignorances meurtrires.

Il faut donc remercier les ditions Bachari et leur collection "Orient et vous", qui prennent le relais de LHarmattan, de faire passer la parole R. Naba vers un public indpendant authentiquement dsireux de sinformer. Il est bon que de petites maisons ddition, spcialises ou non, puissent trouver un crneau commercial et des auteurs de qualit publier, mais on se demande tout de mme do vient quun spcialiste du niveau de R. Naba nait jamais t publi par les grands diteurs parisiens/nationaux. On croyait les affaires du Proche et Moyen Orient de la plus brlante actualit ! On croyait que le sujet demandait tre expliqu pdagogiquement et sans caricature aux citoyens ! Une censure dguise ? En rapport avec le message de lauteur ? Avec sa complexit pour le grand public (entendre sa qualit, sa richesse dinformation et son niveau rflexif) ? Avec sa dissonance par rapport dautres auteurs, les vrais experts proposs aux masses ? R. Naba irait-il contre le sens du vent ?

Le livre souvre sur une mouvante ddicace plusieurs victimes de la tragdie arabe (Ben Barka, Kamal Joumblatt, etc.), liste non-exhaustive mais reprsentative de la superposition des combats et des enjeux pour un avenir moins violent des socits arabes. Demble, R. Naba se signale par sa grande libert de ton et son absence de tabous : Liban : Farjallah Hlou, fondateur du PC libanais, tortur et dilu dans lacide en 1959 par les services syriens sous les ordres du pro-consul gyptien le Colonel Abdel Hamid Sarraj lpoque de la fusion syro-gyptienne (1958-1961). Responsables et coupables : Nasser, Saddam, Kadhafi, Abou Nidal, Hassan II, etc. Pas question de taire les divergences et les conflits internes du monde arabe par une fausse solidarit pan-arabe! Ni doublier le rle de la France, dIsral, etc. Et l'on croit deviner que pour R. Naba il ne sagissait pas toujours du nom de figures lointaines... Une histoire crite en lettres de sang.

Le Prologue, Une dmocratie cathodique, traite dabord de OPEP versus OPEA : la victoire des marchands darmes sur les ptroliers. Il sagit de comprendre l'enjeu majeur pour l'occident (le ptrole) et son rle de pourvoyeur d'armes conventionnelles coteuses destines maintenir la mfiance et la surenchre militaire entre Etats rivaux, sans inquiter les grandes puissances. L'auteur confirme que la manne ptrolire et gazire na pas t investie dans le rattrapage efficace des retards du monde arabe. Le monde arabe aborde le 21me sicle en tat de carence politique, conomique, militaire et technologique, cest--dire en tat de carence dans les 4 domaines qui conditionnent la puissance. (p.28) Au point quau moment du coup de force de Saddam en 1991, lIrak tait hors dtat dimposer lannexion dune rgion stratgique lOccident ptrolivore coalis. Selon Jacques Attali : La 1re Guerre du golfe constitue la 1re alliance militaire objective entre Isral, lEgypte et les ptromonarchies arabes, mais galement la premire guerre Nord-sud par la ralisation de lUnion sacre des consommateurs de ptrole contre lun de leurs principaux fournisseurs. Un exploit de surcrot financ, faut-il le dire, par les deniers arabes. (p.28). Utile mettre en regard du discours des mdias libres et insolents de lpoque, en plein dlire idologique. Si le monde arabe doit se faire respecter dans lavenir face limprialisme occidental, il doit procder rsolument une restructuration mentale de salut public selon Naba, pralable toute politique efficace de redressement.

Loccident tentera de len empcher par tous les moyens, comme il la toujours fait. Et dabord en jouant de toutes les sources de division du monde arabe. Naba le rappelle : tout commence avec la fondation violente dIsral (1948), consquence de la migration massive des sionistes encourags par la Grande-Bretagne de Lord Balfour, qui pensait ainsi maintenir son rle de protecteur. La Solution finale est alors instrumente comme justification dune dstabilisation permanente de la rgion. Quant aux Etats arabes crs par les Europens aprs les mandats de la SDN, les accords iniques Sykes-Picot (bass sur les ambitions ptrolires britanniques) prvoient un dcoupage artificiel, sources de problmes migratoires et de conflits frontaliers.

Linstrumentalisation de lislam comme arme de combat (ch.1) montre comment par la suite loccident va tenter dutiliser lislam comme moyen de dissension dans des socits fragiles conservatrices auxquelles les rgimes arabes nationalistes lacs essaient de donner les moyens de lindpendance. Car loccident ne supporte pas que loccidentalisation se fasse contre sa domination gopolitique et conomique : il prfre encore saper les rgimes modernisateurs. Quitte ensuite dnoncer, comme ces dernires annes, les islamistes quil a souvent soutenus, protgs et financs au nom de la libert de religion ou dexpression : ainsi Khomeiny, gard en rserve par la France, face un Shah dIran ambitieux ; ainsi le fondamentalisme wahhabite aux sources de Ben Laden, utile autrefois pour motiver les Afghans contre lArme rouge. Depuis lors, Hamid Karza gouverne lAfghanistan en marionnette des Etats-Unis.

Pendant toute cette priode et notamment depuis la Guerre des 6 jours, qui a scell lalliance stratgique entre les Etats-Unis et loccident dune part et Isral dautre part, tout le savoir-faire idologique amricain a t mis en uvre pour masquer cette politique, tandis que la corruption des princes cupides et les pressions ont permis de diviser le monde arabe. Cela a eu pour effet dencourager encore Isral braver le monde arabe avec laide occidentale et finir dhumilier les rgimes nationalistes. Ainsi sexplique la formation et la popularit croissante dun islamisme combattant, qui rejette dune mme logique la lacit politique en Orient et dans de fausses dmocraties ploutocratiques, matrialistes et corruptrices doccident. Avec pour effets, des rvolutions islamiques et la guerre des pauvres au cur du pouvoir occidental : le terrorisme. Dune grande actualit, quand on lit les discours parfaitement idologiques de nos politiciens et de notre presse sur la haine purement irrationnelle des fanatiques qui simplement dtestent notre mode de vie parce que nous aimons la libert (Bush et Blair). (Tout dpend videmment de ce quon met sous mode de vie et libert ! Consommation effrne aux dpens des peuples du sud ? Cynisme goste des puissants ? On sera plus inform et plus humain aprs avoir vu le film amricain Syriana ce sujet)

Les calomnies des lites occidentales envers les leaders arabes qui osent rsister lordre occidental ne sont pas nouvelles : rappelons que Nasser et Arafat ont t traits de Hitler... Encore un signe de linstrumentation dun sionisme dailleurs complaisant. Le chapitre 6 montre le jeu habile et conscient de lEtat isralien sur le calendrier symbolique de loccident pour se placer toujours en posture dhritier (inattaquable par nature donc) de la Shoah : pour condamner un militant palestinien dangereux, on prononce le verdict le 6 juin 2004 pour le 60me anniversaire du dbarquement anti-nazi de libration du monde occidental. Le lien entre terrorisme arabe et cause diabolique nazie est on ne peut plus clair ! En France, les idologues atlantistes Alexandre Adler et Yvan Rouffiol parlent de fascisme vert et de nazislamisme (p.143).

Les chapitres 2 et 3 sur les monstres sacrs dcrivent sans amnit les dirigeants arabes souvent tyranniques dans leur version rpublicaine et monarchique. Naba montre bien que les socits post-coloniales, agraires et nomades, ne pouvaient devenir immdiatement des dmocraties (pas plus que loccident ne lest devenu sans une longue volution) et que la crise de la dcolonisation a entran linvention de rgimes nationalistes autoritaires mens par larme (lment moderniste conscient) et un parti unique (Syrie et Irak) qui souvent conservent des structures archaques tribales - ou la formation de monarchies vassalises. Il est donc facile de pointer le doigt slectivement sur ces rgimes, selon les intrts du Nord maquills en souci des droits de lhomme.

Le chapitre 4 sur la stratgie mdiatique mondiale des Etats-Unis analyse les outils de propagande hypocrite que cet Etat sest donn pour dstabiliser ses adversaires et sapplique bien des zones du monde : fondations humanitaires, radios, presse indpendante, relais dintellectuels stipendis, etc. Lire ce sujet aussi Jean Bricmont sur limprialisme humanitaire. Le chapitre 5 tudie spcialement le cas du thtre arabe, le 6, la stratgie de conditionnement des analphabtes secondaires du monde arabe et de domestication dal-Jazira. Le chapitre 7 critique la posture dclamatoire de la France. Un rapport avec la discrtion de la critique franaise sur Naba ?

Le livre se lit bien et rectifie beaucoup de lgendes de la propagande (sur le Hezbollah par exemple ou les anciens amis de loccident devenus infrquentables depuis). Une petite erreur corriger sur Vladimir Nabokov, qualifi de musicien, alors quil sagit videmment dun clbre romancier (p.142) !

Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 23/10/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)